Concentration et confinement des fonctions propres dans un ouvert borné (version 2)

A. Benabdallah1, M. Ben-Artzi2& Y. Dermenjian3    Assia Benabdallah, Matania Ben-Artzi & Yves Dermenjian,
† Aix Marseille Univ, CNRS, Centrale Marseille, I2M, Marseille, France
‡  Hebrew University, Jerusalem, Israël
(17 mars 2024)
Résumé

Si ω𝜔\omega et Ω,ωΩ:=(0,L)×(0,H),Ω𝜔Ωassign0𝐿0𝐻\Omega,\omega\subset\Omega:=(0,L)\times(0,H), sont deux ouverts bornés de 2superscript2\mathbb{R}^{2}, il est bien connu qu’il existe une constante Cωsubscript𝐶𝜔C_{\omega} telle que 0<CωRω(u):=uL2(ω)2uL2(Ω)2<Vol(ω)Vol(Ω)0subscript𝐶𝜔subscript𝑅𝜔𝑢assignsubscriptsuperscriptnorm𝑢2superscript𝐿2𝜔subscriptsuperscriptnorm𝑢2superscript𝐿2ΩVol𝜔VolΩ0<C_{\omega}\leq R_{\omega}(u):=\frac{\|u\|^{2}_{L^{2}(\omega)}}{\|u\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}}<\frac{\mbox{Vol}(\omega)}{\mbox{Vol}(\Omega)} pour toute fonction propre u𝑢u du Laplacien-Dirichlet ΔΔ-\Delta sur Ω.Ω\Omega. Ce résultat n’étant plus exact pour un opérateur autoadjoint elliptique A𝐴A du deuxième ordre sans coefficients constants, plusieurs travaux l’ont considéré dont récemment [2]. On crée une partition 𝔉NG𝔉Gsubscript𝔉𝑁𝐺subscript𝔉𝐺\mathfrak{F}_{NG}\cup\mathfrak{F}_{G} de l’ensemble des fonctions propres de l’opérateur A𝐴A :

  • les fonctions propres non guidées i.e. ω,Cω>0formulae-sequencefor-all𝜔subscript𝐶𝜔0\forall\omega\not=\emptyset,\exists C_{\omega}>0 tel que Rω(u)>Cω,subscript𝑅𝜔𝑢subscript𝐶𝜔R_{\omega}(u)>C_{\omega}, si u𝔉NG,𝑢subscript𝔉𝑁𝐺u\in\mathfrak{F}_{NG},

  • les fonctions propres guidées i.e. ω,𝜔\exists\omega\not=\emptyset, tel que infu𝔉GRω(u)=0.subscriptinfimum𝑢subscript𝔉𝐺subscript𝑅𝜔𝑢0\inf\limits_{u\in\mathfrak{F}_{G}}R_{\omega}(u)=0.

Entre autres choses, le papier caractérise spectralement ces deux ensembles pour des modèles très simples de milieux stratifiés, ce qui donne une condition suffisante, et parfois nécessaire. La stratification permet le passage de la représentation habituelle du spectre de l’opérateur A𝐴A, i.e. σ(A),𝜎𝐴\sigma(A)\subset\mathbb{R}, à une représentation à deux indices d’où une description géométrique des deux familles de fonctions propres. Dans la précédente version, la section 4.1 était incorrecte, elle est donc corrigée, d’autres preuves sont simplifiées et un résultat plus général ajouté.

Abstract

Let ΔΔ-\Delta be the Laplacian in Ω:=(0,L)×(0,H),assignΩ0𝐿0𝐻\Omega:=(0,L)\times(0,H), subject to Dirichlet boundary conditions and let u𝑢u be an eigenfunction of Δ.Δ-\Delta. For any open set ωΩ𝜔Ω\omega\subset\Omega define Rω(u)=uL2(ω)2uL2(Ω)2.subscript𝑅𝜔𝑢subscriptsuperscriptnorm𝑢2superscript𝐿2𝜔subscriptsuperscriptnorm𝑢2superscript𝐿2ΩR_{\omega}(u)=\frac{\|u\|^{2}_{L^{2}(\omega)}}{\|u\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}}. It is well known that there exists a constant Cω>0subscript𝐶𝜔0C_{\omega}>0 such that CωRω(u)subscript𝐶𝜔subscript𝑅𝜔𝑢C_{\omega}\leq R_{\omega}(u) for all eigenfunctions. This is no longer true for certain more general second-order elliptic operators and many authors have considered this subject whose [2] recently. This work is concerned with such operators, occuring in “layered media”. In this more general case the set of eigenfunctions is the disjoint union of two non-empty sets 𝔉NG𝔉Gsubscript𝔉𝑁𝐺subscript𝔉𝐺\mathfrak{F}_{NG}\cup\mathfrak{F}_{G} as follows.

  • non-guided eigenfunctions: ωfor-all𝜔\forall\omega\not=\emptyset, any u𝔉NG𝑢subscript𝔉𝑁𝐺u\in\mathfrak{F}_{NG} satisfies Rω(u)>Cω,subscript𝑅𝜔𝑢subscript𝐶𝜔R_{\omega}(u)>C_{\omega},

  • guided eigenfunctions: ω,ω𝜔𝜔\exists\omega,\omega\not=\emptyset, such that infu𝔉GRω(u)=0.subscriptinfimum𝑢subscript𝔉𝐺subscript𝑅𝜔𝑢0\inf\limits_{u\in\mathfrak{F}_{G}}R_{\omega}(u)=0.

The paper deals with a spectral characterization of theses two sets among others things. The layered structure of the operator permits a representation of its spectrum as a subset of points indexed by (k,l)×.𝑘𝑙(k,l)\in\mathbb{N}\times\mathbb{N}. This allows a geometric description of the guided and non-guided eigenfunction categories. Section 4.1 of the previous version was not correct, now it is corrected, many proofs are simplified and a new general result is added.

1 Introduction : objectifs et le modèle principal

Pour un opérateur elliptique autoadjoint agissant dans un ouvert ΩΩ\Omega borné ou non, on sait que les variations des coefficients de la partie principale, ainsi que certaines conditions au bord, peuvent créer un phénomène de concentration de l’énergie. La littérature étant abondante, nous ne donnerons que quelques exemples,

  1. 1.

    en 1930, Epstein [6] a mis en évidence, en milieu non borné, des ondes guidées acoustiques pour une famille de vitesses, chacune étant une fonction analytique ne dépendant que de la coordonnée verticale, ce qui a donné naissance à de nombreux travaux. Les applications vont de l’acoustique aux fibres optiques111Les fibres optiques sont de très bonnes illustrations. La fibre monophase correspond au modèle N=1𝑁1N=1 traité ici : deux vitesses avec un cœur d’indice plus grand (donc avec la vitesse la plus petite). Elle est un bon exemple de la concentration de l’énergie dans le cœur. Cette concentration est d’autant plus grande que le rayon transversal du cœur (l’analogue du h0subscript0h_{0} de ce travail) est petit. , (cf. [10] ainsi que [12] et sa bibliographie).

  2. 2.

    le système de l’élasticité linéaire dans le demi-espace Ω=n×(0,+)Ωsuperscript𝑛0\Omega=\mathbb{R}^{n}\times(0,+\infty) avec la condition de surface libre crée un couplage au bord qui donne naissance à l’onde de Rayleigh. Elle est particulièrement destructrice lors d’un tremblement de terre ([11], [4]). Les noms des physiciens Lamb, Love et Stoneley ont aussi été donnés à des phénomènes voisins ([3]).

Dans ces deux items, le milieu était stratifié et les fonctions propres ne l’étaient qu’en un sens généralisé car elles n’appartenaient pas au domaine de l’opérateur mais des sous-familles guidées étaient quand même distinguées. Maintenant notre ouvert Ω:=(0,L)×(O,H)assignΩ0𝐿𝑂𝐻\Omega:=(0,L)\times(O,H) est borné et notre opérateur elliptique A𝐴A est (c)𝑐-\nabla\cdot(c\nabla) ou cΔ𝑐Δ-c\Delta avec la condition de Dirichlet au bord. Le coefficient de diffusion c𝑐c étant une fonction ne dépendant que la seconde coordonnée x2,subscript𝑥2x_{2}, le milieu est stratifié et l’approche par séparation des variables s’impose. Par suite, les valeurs propres sont naturellement indexées par deux indices, à savoir (λk,),k,1.subscript𝜆𝑘𝑘1(\lambda_{k,\ell}),k,\ell\geq 1. On construit ainsi une base orthonormée \mathcal{B} de fonctions propres (vk,)k1,1subscriptsubscript𝑣𝑘formulae-sequence𝑘11(v_{k,\ell})_{k\geq 1,\ell\geq 1} associées aux valeurs propres λk,.subscript𝜆𝑘\lambda_{k,\ell}. Elles sont de la forme vk,(x1,x2)=ak,sin(kπLx1)uk,(x2)subscript𝑣𝑘subscript𝑥1subscript𝑥2subscript𝑎𝑘𝑘𝜋𝐿subscript𝑥1subscript𝑢𝑘subscript𝑥2v_{k,\ell}(x_{1},x_{2})=a_{k,\ell}\sin(\frac{k\pi}{L}x_{1})u_{k,\ell}(x_{2})uk,(x2)subscript𝑢𝑘subscript𝑥2u_{k,\ell}(x_{2}) satisfait

(cu)+(λk,ck2π2L2)u=0,u(0)=u(H)=0.formulae-sequencesuperscript𝑐superscript𝑢subscript𝜆𝑘𝑐superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2𝑢0𝑢0𝑢𝐻0(cu^{\prime})^{\prime}+(\lambda_{k,\ell}-c\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}})u=0,u(0)=u(H)=0. (1)

On trouvera deux exemples explicites en (8) et (34). Le résultat qui suit, la démonstration étant dans l’annexe A, peut être considéré comme un point de départ de notre réflexion car il montre comment certaines fonctions propres peuvent se concentrer dans des régions particulières de Ω.Ω\Omega.

Théoreme 1.1.

Soit Ω:=(0,L)×(0,H)assignΩ0𝐿0𝐻\Omega:=(0,L)\times(0,H) et l’opérateur autoadjoint positif A=cΔ,𝐴𝑐ΔA=-c\Delta, opérant dans :=L2(Ω,c1dx)assignsuperscript𝐿2Ωsuperscript𝑐1d𝑥\mathcal{H}:=L^{2}(\Omega,c^{-1}{\rm d}x) et de domaine D(A):=H01(Ω)H2(Ω).assign𝐷𝐴superscriptsubscript𝐻01Ωsuperscript𝐻2ΩD(A):=H_{0}^{1}(\Omega)\cap H^{2}(\Omega). On suppose le coefficient de diffusion cL𝑐superscript𝐿c\in L^{\infty} non constant, positif, borné inférieurement mais constant pour 0<h0<x2<H0subscript0subscript𝑥2𝐻0<h_{0}<x_{2}<H :

c(x)={γ0(x2),0<x2<h0c1,h0<x2<H,0<c¯:=essinfc<c1.𝑐𝑥casessubscript𝛾0subscript𝑥2.0subscript𝑥2subscript0subscript𝑐1subscript0subscript𝑥2𝐻0¯𝑐assignessinfimum𝑐subscript𝑐1\begin{array}[]{c}c(x)=\left\{\begin{array}[]{l}\gamma_{0}(x_{2}),0<x_{2}<h_{0}\\ c_{1},h_{0}<x_{2}<H,\end{array}\right.\\ 0<\underline{c}:={\rm ess}\inf\,c<c_{1}.\end{array}

Soit ω:=(0,L)×(a,b)assign𝜔0𝐿𝑎𝑏\omega:=(0,L)\times(a,b) où l’intervalle (a,b)𝑎𝑏(a,b) satisfait h0a<bH,subscript0𝑎𝑏𝐻h_{0}\leq a<b\leq H, et ε𝜀\varepsilon assez petit. Il existe une constante Kε,csubscript𝐾𝜀𝑐K_{\varepsilon,c} telle que, pour chaque valeur propre λk,subscript𝜆𝑘\lambda_{k,\ell} verifiant c¯k2π2L2<λk,<(c1ε)k2π2L2,¯𝑐superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2subscript𝜆𝑘subscript𝑐1𝜀superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2\underline{c}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}<\lambda_{k,\ell}<(c_{1}-\varepsilon)\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}, on ait

vk,L2(ω)2vk,L2(Ω)2Kε,ce2k2π2L2λk,c1(ah0).subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣𝑘2superscript𝐿2𝜔subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣𝑘2superscript𝐿2Ωsubscript𝐾𝜀𝑐superscript𝑒2superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2subscript𝜆𝑘subscript𝑐1𝑎subscript0\frac{\|v_{k,\ell}\|^{2}_{L^{2}(\omega)}}{\|v_{k,\ell}\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}}\leq K_{\varepsilon,c}e^{-2\sqrt{\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}-\frac{\lambda_{k,\ell}}{c_{1}}}(a-h_{0})}.

Notre principal modèle sera moins général mais, en contrepartie, nous obtiendrons des résultats plus précis. Nous considérons donc

   Hypothèse générale (H0) { Deux ouverts : ωΩ:=(0,L)×(0,H),ω:=ω1×(a,b),0a<bH, la fonction scalaire c, constante par morceau, ne dépend que de la seconde coordonnée x2, la fonction c est monotone croissante avec 0<cminccmax<+,{A=cΔ de domaine D(A):=H01(Ω)H2(Ω), opérant dans :=L2(Ω,c1dx) ou A=(c) de domaine D(A):={uH01(Ω);AuL2(Ω)}, opérant dans L2(Ω,dx).\left\{\begin{array}[]{l}\bullet\;\mbox{ Deux ouverts : }\omega\subset\Omega:=(0,L)\times(0,H),\omega:=\omega_{1}\times(a,b),0\leq a<b\leq H,\\ \bullet\;\mbox{ la fonction scalaire $c,$ constante par morceau, ne d\'{e}pend que de la seconde coordonn\'{e}e $x_{2},$}\\ \bullet\;\mbox{ la fonction }c\mbox{ est monotone croissante avec }0<c_{\min}\leq c\leq c_{\max}<+\infty,\\ \bullet\;\left\{\begin{array}[]{l}A=-c\Delta\mbox{ de domaine }D(A):=H_{0}^{1}(\Omega)\cap H^{2}(\Omega),\mbox{ op\'{e}rant dans }\mathcal{H}:=L^{2}(\Omega,c^{-1}{\rm d}x)\\ \mbox{ ou }\\ A=-\nabla\cdot(c\nabla)\mbox{ de domaine }D(A):=\{u\in H_{0}^{1}(\Omega);Au\in L^{2}(\Omega)\},\mbox{ op\'{e}rant dans }L^{2}(\Omega,{\rm d}x).\end{array}\right.\end{array}\right.

Nous complétons l’hypothèse (H0) par la suivante

   Hypothèse (𝐇𝟏)𝐇𝟏\mathbf{(H1)} : Modèle à N sauts \bullet  l’ouvert Ω:=(0,L)×(0,H)2assignΩ0𝐿0𝐻superscript2\Omega:=(0,L)\times(0,H)\subset\mathbb{R}^{2} est partagé en N+1𝑁1N+1 parties, Ω0:=(0,L)×(0,h0),assignsubscriptΩ00𝐿0subscript0\Omega_{0}:=(0,L)\times(0,h_{0}), Ωi:=(0,L)×(hi1,hi),i=1,,N,formulae-sequenceassignsubscriptΩ𝑖0𝐿subscript𝑖1subscript𝑖𝑖1𝑁\Omega_{i}:=(0,L)\times(h_{i-1},h_{i}),i=1,\ldots,N,0=h1<h0<<hi<hi+1<<hN1<hN=H,0subscript1subscript0subscript𝑖subscript𝑖1subscript𝑁1subscript𝑁𝐻0=h_{-1}<h_{0}<\ldots<h_{i}<h_{i+1}<\ldots<h_{N-1}<h_{N}=H, qui sont séparées par N𝑁N interfaces horizontales Si:=(0,L)×{hi},i=0,,N1;formulae-sequenceassignsubscript𝑆𝑖0𝐿subscript𝑖𝑖0𝑁1S_{i}:=(0,L)\times\{h_{i}\},i=0,\ldots,N-1; \bullet  une fonction scalaire c𝑐c prenant N+1𝑁1N+1 valeurs, à savoir c(x)={c0 si 0<x2<h0,c1 si h0<x2<h1,cN si hN1<x2<H,𝑐𝑥casessubscript𝑐0 si 0subscript𝑥2subscript0subscript𝑐1 si subscript0subscript𝑥2subscript1subscript𝑐𝑁 si subscript𝑁1subscript𝑥2𝐻c(x)=\left\{\begin{array}[]{l}c_{0}\mbox{ si }0<x_{2}<h_{0},\\ c_{1}\mbox{ si }h_{0}<x_{2}<h_{1},\\ \vdots\\ c_{N}\mbox{ si }h_{N-1}<x_{2}<H,\end{array}\right. avec c0<c1<<cN1<cN.subscript𝑐0subscript𝑐1subscript𝑐𝑁1subscript𝑐𝑁c_{0}<c_{1}<\ldots<c_{N-1}<c_{N}.

Pour l’opérateur elliptique A𝐴A autoadjoint et positif, nous sommes intéressés par le rapport

Rω(v):=ω|v(x)|2dxΩ|v(x)|2dx,assignsubscript𝑅𝜔𝑣subscript𝜔superscript𝑣𝑥2differential-d𝑥subscriptΩsuperscript𝑣𝑥2differential-d𝑥R_{\omega}(v):=\frac{\int_{\omega}|v(x)|^{2}{\rm d}x}{\int_{\Omega}|v(x)|^{2}{\rm d}x}, (2)

qui nous permettra de distinguer deux sous-familles de fonctions propres : les fonctions propres guidées et les autres. L’idée de s’intéresser au rapport (2) n’est pas nouvelle. Pour le Laplacien sur des variétés compactes, analytiques réelles avec une métrique analytique réelle, l’inégalité

Cecλj12φjL2(Ω)2φjL2(ω)2𝐶superscript𝑒𝑐superscriptsubscript𝜆𝑗12subscriptsuperscriptnormsubscript𝜑𝑗2superscript𝐿2Ωsubscriptsuperscriptnormsubscript𝜑𝑗2superscript𝐿2𝜔Ce^{-c\lambda_{j}^{\frac{1}{2}}}\|\varphi_{j}\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}\leq\|\varphi_{j}\|^{2}_{L^{2}(\omega)} (3)

est connue, cf. [5]. Elle est devenue un cas particulier de l’inégalité de Lebeau-Robbiano, cf. [7], [9], pour des opérateurs à coefficients variables réguliers dans un ouvert borné. Dans un récent travail de Camille Laurent et Matthieu Léautaud, cf.[8], les auteurs généralisent (3) à des opérateurs hypoelliptiques lorsque ΩΩ\Omega est une variété compacte sans bord, disons un tore, toujours sous la condition d’analyticité. Nos encadrements sont plus précis sur certains sous-espaces vectoriels de L2(Ω)superscript𝐿2ΩL^{2}(\Omega) et ils montrent que l’exposant λj12superscriptsubscript𝜆𝑗12\lambda_{j}^{\frac{1}{2}} de (3) ne peut être amélioré (i.e. diminué) que pour certains.

Refer to caption

Figure 1: un modèle à un saut : répartition des valeurs propres. Dans ce cas particulier, λ3,3=λ4,2subscript𝜆3.3subscript𝜆4.2\lambda_{3,3}=\lambda_{4,2} et ces valeurs propres sont de part et d’autre de la ligne rouge.

Prenons le modèle à un saut, i.e. N=1,0<c0<c1.𝑁1.0subscript𝑐0subscript𝑐1N=1,0<c_{0}<c_{1}. Pour chaque k,𝑘k, il n’y a qu’un nombre fini de valeurs propres entre c0k2π2L2subscript𝑐0superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2c_{0}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}} et c1k2π2L2subscript𝑐1superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2c_{1}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}, les autres étant supérieures à λ=c1k2π2L2.𝜆subscript𝑐1superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2\lambda=c_{1}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}. Dans notre partition, les fonctions dites guidées, i.e. appartenant à 𝔉Gsubscript𝔉𝐺\mathfrak{F}_{G}, sont associées aux valeurs propres comprises entre c0k2π2L2subscript𝑐0superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2c_{0}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}} et c1k2π2L2subscript𝑐1superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2c_{1}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}. La partie gauche de la Figure 1 les visualise dans cette zone en forme de corne parabolique. La concentration en norme L2superscript𝐿2L^{2} des fonctions propres associées aux grandes valeurs propres de cette corne a lieu du côté Ω0subscriptΩ0\Omega_{0} de l’interface (théorème 2.2, Cas 2) et cette concentration est d’autant plus forte que la valeur propre est grande. Noter que ces paraboles déterminent deux zones qui deviennent coniques par un changement de variables (partie droite de la Figure 1). Par exemple (k,λ)(κ,λ)=(kπ,λ)𝑘𝜆𝜅𝜆𝑘𝜋𝜆(k,\lambda)\to(\kappa,\sqrt{\lambda})=(k\pi,\sqrt{\lambda}) permet d’établir une correspondance avec les notions microlocales habituelles en travaillant dans Ω×((πL)×)Ω𝜋𝐿\Omega\times((\mathbb{N}\frac{\pi}{L})\times\mathbb{R})222L’application (k,λ)(k2π2L2,λ)𝑘𝜆superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2𝜆(k,\lambda)\to(\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}},\lambda) convient aussi (cf. la partie droite de la Figure 1) mais ne donne pas une correspondance immédiate avec les coordonnées microlocales., d’où un autre point de vue pour mesurer la localisation si on utilise la

Définition 1.2.

On pose ρ~k,:=(1+c12c1ρk,)12assignsubscript~𝜌𝑘superscript1superscriptsubscript𝑐12subscript𝑐1subscript𝜌𝑘12\tilde{\rho}_{k,\ell}:=(\frac{\sqrt{1+c_{1}^{2}}}{c_{1}}\rho_{k,\ell})^{\frac{1}{2}}ρk,subscript𝜌𝑘\rho_{k,\ell} est la distance du point (κ=k2π2L2,λk,)𝜅superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2subscript𝜆𝑘(\kappa=\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}},\lambda_{k,\ell}) à la droite d’équation λ=c1κ𝜆subscript𝑐1𝜅\lambda=c_{1}\kappa.

Théoreme 1.3.

On suppose (H0) et (H1) avec N=1,ωΩ,ω:=ω1×(a,b)formulae-sequence𝑁1formulae-sequence𝜔Ωassign𝜔subscript𝜔1𝑎𝑏N=1,\omega\subset\Omega,\omega:=\omega_{1}\times(a,b)0a<bH.0𝑎𝑏𝐻0\leq a<b\leq H.
1. Cas non-guidé. Il existe une constante Cω>0subscript𝐶𝜔0C_{\omega}>0 telle que

Cωvk,L2(ω)2vk,L2(Ω)2,λk,>c1k2π2L2,formulae-sequencesubscript𝐶𝜔subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣𝑘2superscript𝐿2𝜔subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣𝑘2superscript𝐿2Ωfor-allsubscript𝜆𝑘subscript𝑐1superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2C_{\omega}\leq\frac{\|v_{k,\ell}\|^{2}_{L^{2}(\omega)}}{\|v_{k,\ell}\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}},\quad\forall\lambda_{k,\ell}>c_{1}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}, (4)

sans restriction sur la localisation de l’ouvert ω.𝜔\omega.
1. Cas guidé. Soit 0<ε<c1c00𝜀subscript𝑐1subscript𝑐00<\varepsilon<c_{1}-c_{0} et une suite de valeurs propres (λkn,n)n,kn,subscriptsubscript𝜆subscript𝑘𝑛subscript𝑛𝑛subscript𝑘𝑛(\lambda_{k_{n},\ell_{n}})_{n},k_{n}\to\infty, contenue dans la corne parabolique c0k2π2L2<λ<(c1ε)k2π2L2.subscript𝑐0superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2𝜆subscript𝑐1𝜀superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2c_{0}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}<\lambda<(c_{1}-\varepsilon)\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}. Alors, si ω𝜔\omega est contenu dans (0,L)×(h0,H)0𝐿subscript0𝐻(0,L)\times(h_{0},H) (partie où le coefficient de diffusion est le plus grand), on a

vkn,nL2(ω)2vkn,nL2(Ω)2=O(e2(ah0)ρ~kn,nρ~kn,n)subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣subscript𝑘𝑛subscript𝑛2superscript𝐿2𝜔subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣subscript𝑘𝑛subscript𝑛2superscript𝐿2Ω𝑂superscript𝑒2𝑎subscript0subscript~𝜌subscript𝑘𝑛subscript𝑛subscript~𝜌subscript𝑘𝑛subscript𝑛\frac{\|v_{k_{n},\ell_{n}}\|^{2}_{L^{2}(\omega)}}{\|v_{k_{n},\ell_{n}}\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}}=O\left(\frac{e^{-2(a-h_{0})\tilde{\rho}_{k_{n},\ell_{n}}}}{\tilde{\rho}_{k_{n},\ell_{n}}}\right) (5)

Ainsi la masse de ces fonctions propres se concentre de plus en plus dans la «  vallée  » qui correspond, ici, à la partie inférieure de Ω.Ω\Omega.

Remarque 1.4.

Trois choses sont importantes à retenir :

  1. 1.

    Si λ𝜆\lambda est une valeur propre multiple (Figure 1, à gauche), il y a plusieurs possibilités : les fonctions propres associées peuvent n’être que des éléments de 𝔉Gsubscript𝔉𝐺\mathfrak{F}_{G} (fonctions propres guidées) ou bien de 𝔉NGsubscript𝔉𝑁𝐺\mathfrak{F}_{NG} (fonctions propres non guidées) ou certaines de 𝔉Gsubscript𝔉𝐺\mathfrak{F}_{G} et les autres de 𝔉NGsubscript𝔉𝑁𝐺\mathfrak{F}_{NG} (par exemple λ3,3subscript𝜆3.3\lambda_{3,3} et λ4,2subscript𝜆4.2\lambda_{4,2} de la figure 1).

  2. 2.

    Pour mesurer le taux de décroissance, nous avons d’abord utilisé k2π2L2λk,c1superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2subscript𝜆𝑘subscript𝑐1\sqrt{\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}-\frac{\lambda_{k,\ell}}{c_{1}}} (théorème 1.1), puis la distance ρ~kn,nsubscript~𝜌subscript𝑘𝑛subscript𝑛\tilde{\rho}_{k_{n},\ell_{n}} dans (5) mais nous disposons aussi de la valeur propre λkn,nsubscript𝜆subscript𝑘𝑛subscript𝑛\lambda_{k_{n},\ell_{n}} comme il est fait en (3) et, plus loin, dans la proposition 2.6.

  3. 3.

    On verra plus loin que selon la suite de fonctions propres guidées et la localisation «  microlocale  » de celle-ci, le taux de convergence de Rω(vn)subscript𝑅𝜔subscript𝑣𝑛R_{\omega}(v_{n}) vers 0 varie de eb1λn12superscript𝑒subscript𝑏1superscriptsubscript𝜆𝑛12e^{-b_{1}\lambda_{n}^{\frac{1}{2}}} à cωλn3/2subscript𝑐𝜔superscriptsubscript𝜆𝑛32c_{\omega}\lambda_{n}^{-3/2} en passant par eb2λn14,λnsuperscript𝑒subscript𝑏2superscriptsubscript𝜆𝑛14subscript𝜆𝑛e^{-b_{2}\lambda_{n}^{\frac{1}{4}}},\lambda_{n} étant la valeur propre associée à la fonction propre guidée vnsubscript𝑣𝑛v_{n}.

Définir la partition 𝔉NG,𝔉Gsubscript𝔉𝑁𝐺subscript𝔉𝐺\mathfrak{F}_{NG},\mathfrak{F}_{G} est une question délicate. Pour le modèle à 1 saut (N=1,c0<c1)N=1,c_{0}<c_{1}) nous l’avons fait de façon précise. Une autre approche est la suivante :
\bullet Pour la famille 𝔉NGsubscript𝔉𝑁𝐺\mathfrak{F}_{NG} (fonctions propres non guidées) le rapport Rω(v)subscript𝑅𝜔𝑣R_{\omega}(v) est uniformément minoré par une constante positive. Autrement dit, on se trouve dans le cas d’un opérateur elliptique du second ordre à coefficients constants (se reporter au théorème 1.5)
\bullet Si (vn)subscript𝑣𝑛(v_{n}) est une suite de fonctions propres guidées, i.e. contenue dans 𝔉G,subscript𝔉𝐺\mathfrak{F}_{G}, alors le rapport Rω(vn)0subscript𝑅𝜔subscript𝑣𝑛0R_{\omega}(v_{n})\to 0 si ω¯Ω1,¯𝜔subscriptΩ1\bar{\omega}\subset\Omega_{1}, i.e. est contenu dans la zone où le coefficient de diffusion a sa plus grande valeur.
Avec cette définition, la partition 𝔉G,𝔉NGsubscript𝔉𝐺subscript𝔉𝑁𝐺\mathfrak{F}_{G},\mathfrak{F}_{NG} n’est pas unique : le transfert d’un nombre fini d’éléments de l’une des familles à l’autre ne changera pas les propriétés ci-dessus. Ce n’est pas vraiment gênant puisque ce sont les propriétés asymptotiques des éléments de la partition qui nous intéressent.

Dans le modèle à deux sauts, i.e. N=2,𝑁2N=2, nous conjecturons que les fonctions dites guidées correspondent aux valeurs propres situées entre les deux paraboles λ=c0k2π2L2𝜆subscript𝑐0superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2\lambda=c_{0}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}} et λ=c2k2π2L2𝜆subscript𝑐2superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2\lambda=c_{2}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}} que nous divisons en la zone (0)={c0k2π2L2<λk,<c1k2π2L2}absentsubscript𝑐0superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2subscript𝜆𝑘subscript𝑐1superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2=\{c_{0}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}<\lambda_{k,\ell}<c_{1}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}\} et la zone (I)={c1k2π2L2<λk,<c2k2π2L2}absentsubscript𝑐1superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2subscript𝜆𝑘subscript𝑐2superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2=\{c_{1}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}<\lambda_{k,\ell}<c_{2}\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}\}. On distinguera donc trois zones spectrales dont deux correspondant à une famille de fonctions propres guidées (voir la Figure 2). Chaque fonction propre associée à la zone (0) est une onde presque rasante en S0subscript𝑆0S_{0} car elle arrive sur cette interface avec un angle supérieur à l’angle limite de la réflexion totale333Pour le voir il suffit d’écrire (33)-(34) avec des exponentielles. ce qui explique que son énergie soit essentiellement localisée dans Ω0subscriptΩ0\Omega_{0} tandis que les fonctions propres associées à la zone (I) peuvent traverser l’interface S0subscript𝑆0S_{0} sans difficulté mais subissent une réflexion totale sur l’interface S1subscript𝑆1S_{1} et sont donc essentiellement localisées dans Ω0Ω1.subscriptΩ0subscriptΩ1\Omega_{0}\cup\Omega_{1}.

Refer to caption
Refer to caption
Figure 2: Modèle à deux sauts.

Pour l’aspect non-guidé, on se reportera à l’annexe B où se trouve la démonstration du

Théoreme 1.5 (cas non guidé).

Soient (𝐇𝟎),(𝐇𝟏),ε>0𝐇𝟎𝐇𝟏𝜀0\mathbf{(H0)},\mathbf{(H1)},\varepsilon>0 et un ouvert ω:=ω1×(a,b)assign𝜔subscript𝜔1𝑎𝑏\omega:=\omega_{1}\times(a,b) avec 0a<bH0𝑎𝑏𝐻0\leq a<b\leq H qui sont fixés. Si nous posons cH:=sup0<x2<Hc(x2)assignsubscript𝑐𝐻subscriptsupremum0subscript𝑥2𝐻𝑐subscript𝑥2c_{H}:=\sup_{0<x_{2}<H}c(x_{2}), alors il existe une constante Cωsubscript𝐶𝜔C_{\omega} strictement positive, telle que l’on ait pour toute fonction propre vk,subscript𝑣𝑘v_{k,\ell} associée à la valeur propre λk,subscript𝜆𝑘\lambda_{k,\ell}

λk,>(cH+ε)k2π2L20<Cωvk,L2(ω)vk,L2(Ω)1.subscript𝜆𝑘subscript𝑐𝐻𝜀superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿20subscript𝐶𝜔subscriptnormsubscript𝑣𝑘superscript𝐿2𝜔subscriptnormsubscript𝑣𝑘superscript𝐿2Ω1\lambda_{k,\ell}>(c_{H}+\varepsilon)\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}\Longrightarrow 0<C_{\omega}\leq\frac{\|v_{k,\ell}\|_{L^{2}(\omega)}}{\|v_{k,\ell}\|_{L^{2}(\Omega)}}\leq 1. (6)

La constante Cωsubscript𝐶𝜔C_{\omega} est invariante par toute translation de ω.𝜔\omega. Le résultat est aussi valable si on remplace les hypothèses (𝐇𝟎)(𝐇𝟏)𝐇𝟎𝐇𝟏\mathbf{(H0)}-\mathbf{(H1)} par (𝐇𝟎)(𝐇𝟐).𝐇𝟎𝐇𝟐\mathbf{(H0)}-\mathbf{(H2)}.

   Hypothèse (𝐇𝟐)𝐇𝟐\mathbf{(H2)} : Modèle C1superscript𝐶1C^{1} La fonction scalaire c𝑐c est strictement croissante et appartient à C1([0,H]).superscript𝐶10𝐻C^{1}([0,H]).

Les résultats des sections 3 et 4 sur la décroissance exponentielle des fonctions propres feront penser à ceux de S. Agmon (cf. [1]) et d’autres travaux où les auteurs agissent principalement dans des ouverts non bornés. L’analogie s’arrête là pour plusieurs raisons :

  • \bullet

    C’est l’influence d’un potentiel q𝑞q dans l’opérateur (A)+q𝐴𝑞-\nabla\cdot(A\nabla)+q qui les motive, la distance d’Agmon permettant d’estimer la concentration de certaines fonctions propres en des zones dépendant de q.𝑞q. Nous n’avons pas de potentiel car nous considérons des opérateurs de la forme (c)𝑐-\nabla\cdot(c\nabla)444Si cC1𝑐superscript𝐶1c\in C^{1}, un changement de fonction inconnue permettrait d’introduire un potentiel mais le problème changerait. ou cΔ𝑐Δ-c\Delta et ce sont les variations de c𝑐c qui nous importent.

  • \bullet

    Pour les valeurs propres λ𝜆\lambda inférieures à ΣΣ\Sigma, l’infimum du spectre essentiel, les fonctions propres associées décroissent exponentiellement à l’infini avec un taux lié à la différence ΣλΣ𝜆\sqrt{\Sigma-\lambda} (Theorem 4.1 de [1]). Dans notre travail, bien que Σ=+Σ\Sigma=+\infty555Cas que [1] n’exclue pas., on ne voit que pour certaines valeurs propres une décroissance d’allure exponentielle dans la partie supérieure de Ω.Ω\Omega.

Nous parlons donc, comme les physiciens, de solutions guidées et le substitut à ΣΣ\Sigma sera la barrière spectrale mentionnée dans la Remarque 2.1. Les auteurs de [2] élargissent dans un récent travail des idées de S. Agmon mais l’exigence d’un potentiel q0,q0,formulae-sequence𝑞0𝑞0q\geq 0,q\not=0, ne permet qu’une comparaison partielle à ce stade avec nos résultats : elle peut cependant être faite avec notre opérateur réduit Aku:=(cu)+ck2π2L2uassignsubscript𝐴𝑘𝑢superscript𝑐superscript𝑢𝑐superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2𝑢A_{k}u:=-(cu^{\prime})^{\prime}+c\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}}u puisque le potentiel ck2π2L2𝑐superscript𝑘2superscript𝜋2superscript𝐿2c\frac{k^{2}\pi^{2}}{L^{2}} satisfait leur condition.

Le plan de ce papier est le suivant. La section 2 rassemble les propriétés des suites de fonctions propres guidées du modèle à un saut. C’est le modèle le plus simple à comprendre. La section 3 considère aussi les fonctions propres guidées, cette fois-ci pour le modèle à deux sauts, mais elle est incomplète pour le moment. Des extensions sont en devenir : un disque ouvert ΩΩ\Omega et un disque intérieur Ω0subscriptΩ0\Omega_{0} de même centre, Ω1subscriptΩ1\Omega_{1} étant la couronne ΩΩ0,ΩsubscriptΩ0\Omega\setminus\Omega_{0}, ou un tore plat avec un coefficient de diffusion discontinu. Nous pensons que les résultats seront analogues. Il faudrait aussi envisager la généralisation à des situations moins simples. La plupart des calculs sont renvoyés aux annexes.
Notations : Si (fn)subscript𝑓𝑛(f_{n}) et (gn)subscript𝑔𝑛(g_{n}) sont deux suites de fonctions, la notation fngnapproximately-equals-or-equalssubscript𝑓𝑛subscript𝑔𝑛f_{n}\approxeq g_{n} signifiera que ces quantités sont comparables, i.e. qu’il existe des nombres réels positifs M1,M2>0subscript𝑀1subscript𝑀20M_{1},M_{2}>0 tels que M1gnfnM2gnsubscript𝑀1subscript𝑔𝑛subscript𝑓𝑛subscript𝑀2subscript𝑔𝑛M_{1}g_{n}\leq f_{n}\leq M_{2}g_{n} dès que n𝑛n est assez grand. Quand il n’y a aucune possibilité d’ambiguïté, la notation C𝐶C désigne une constante strictement positive qui peut prendre différentes valeurs.

2 Concentration des ondes guidées du modèle à un saut

Maintenant nous considérons les ondes (ou, suivant le langage adopté, fonctions propres) guidées pour un milieu avec un coefficient de diffusion ayant deux valeurs. De manière intuitive, ces fonctions sont celles dont l’essentiel de la masse est concentrée dans une partie de l’ouvert Ω.Ω\Omega. Ici, elles correspondent exactement aux ondes ayant une réflexion dite totale sur l’interface.
On pose par commodité, dans cette section, c1>c0=1,L=1formulae-sequencesubscript𝑐1subscript𝑐01𝐿1c_{1}>c_{0}=1,L=1 et parfois h0=12subscript012h_{0}=\frac{1}{2}. Ces restrictions n’ont aucune conséquence sur la généralité des résultats car des transformations unitaires permettent de se ramener au cas général (cf. la remarque D.1). Avant de détailler la formulation des vk,subscript𝑣𝑘v_{k,\ell}, précisons quelques notations dans lesquelles les λk,subscript𝜆𝑘\lambda_{k,\ell} sont les valeurs propres de l’opérateur A=cΔ𝐴𝑐ΔA=-c\Delta (la forme divergentielle c𝑐-\nabla\cdot c\nabla donne des résultats généraux analogues)

ξ0=ξ0(k,):=(λk,k2π2)1/2,ξ1=ξ1(k,):=(k2π2λk,c1)1/2.formulae-sequencesubscript𝜉0subscript𝜉0𝑘assignsuperscriptsubscript𝜆𝑘superscript𝑘2superscript𝜋212subscriptsuperscript𝜉1subscriptsuperscript𝜉1𝑘assignsuperscriptsuperscript𝑘2superscript𝜋2subscript𝜆𝑘subscript𝑐112\xi_{0}=\xi_{0}(k,\ell):=(\lambda_{k,\ell}-k^{2}\pi^{2})^{1/2},\qquad\xi^{\prime}_{1}=\xi^{\prime}_{1}(k,\ell):=(k^{2}\pi^{2}-\frac{\lambda_{k,\ell}}{c_{1}})^{1/2}. (7)

Les fonctions propres dites guidées sont de la forme

vk,(x)=ak,2sin(kπx1){sin(ξ0x2) si 0<x2<h0,sin(ξ0h0)sinh(ξ1(Hh0))sinh(ξ1(Hx2)) si h0<x2<H,subscript𝑣𝑘𝑥subscript𝑎𝑘2𝑘𝜋subscript𝑥1casessubscript𝜉0subscript𝑥2 si 0subscript𝑥2subscript0subscript𝜉0subscript0subscriptsuperscript𝜉1𝐻subscript0subscriptsuperscript𝜉1𝐻subscript𝑥2 si subscript0subscript𝑥2𝐻v_{k,\ell}(x)=a_{k,\ell}\sqrt{2}\sin(k\pi x_{1})\left\{\begin{array}[]{l}\sin(\xi_{0}x_{2})\mbox{ si }0<x_{2}<h_{0},\\ \frac{\sin(\xi_{0}h_{0})}{\sinh(\xi^{\prime}_{1}(H-h_{0}))}\sinh(\xi^{\prime}_{1}(H-x_{2}))\mbox{ si }h_{0}<x_{2}<H,\end{array}\right. (8)

où les coefficients ak,subscript𝑎𝑘a_{k,\ell} servent à la normalisation des fonctions propres et les quantités λk,,ξ0subscript𝜆𝑘subscript𝜉0\lambda_{k,\ell},\xi_{0} et ξ1subscriptsuperscript𝜉1\xi^{\prime}_{1} sont liées par la relation de dispersion

tanh(ξ1(Hh0))ξ1=tan(ξ0h0)ξ0.subscriptsuperscript𝜉1𝐻subscript0subscriptsuperscript𝜉1subscript𝜉0subscript0subscript𝜉0\frac{\tanh(\xi^{\prime}_{1}(H-h_{0}))}{\xi^{\prime}_{1}}=-\frac{\tan(\xi_{0}h_{0})}{\xi_{0}}. (9)

Cette relation exprime la continuité des traces des fonctions propres et de leurs dérivées normales en x2=h0.subscript𝑥2subscript0x_{2}=h_{0}. Noter que les solutions ne vérifient ni ξ1=0subscriptsuperscript𝜉10\xi^{\prime}_{1}=0 ni ξ0=0subscript𝜉00\xi_{0}=0.

Refer to caption
Figure 3: répartition des valeurs propres

Le membre de gauche de (9) correspond à la courbe croissante en gras de la figure 3. Le membre de droite de (9) est une fonction périodique en ξ0h0subscript𝜉0subscript0\xi_{0}h_{0} ayant a priori une infinité de branches. Pour chaque k𝑘k fixé, on a ksubscript𝑘\mathcal{L}_{k} valeurs propres guidées λk,subscript𝜆𝑘\lambda_{k,\ell} classées dans l’ordre croissant k2π2<λk,1<λk,2<<λk,k<c1k2π2superscript𝑘2superscript𝜋2subscript𝜆𝑘.1subscript𝜆𝑘.2subscript𝜆𝑘subscript𝑘subscript𝑐1superscript𝑘2superscript𝜋2k^{2}\pi^{2}<\lambda_{k,1}<\lambda_{k,2}<\cdots<\lambda_{k,\mathcal{L}_{k}}<c_{1}k^{2}\pi^{2} et seules ces ksubscript𝑘\mathcal{L}_{k} branches nous intéressent (kk𝑘subscript𝑘k\to\mathcal{L}_{k} est une fonction croissante). Elles sont représentées par une ligne continue fine et les valeurs propres guidées sont les abscisses des points d’intersection des deux courbes de la figure 3. Dans la figure 3 on a posé λ=λ(k)=k2π2+(21)2π24h02subscript𝜆subscript𝜆𝑘superscript𝑘2superscript𝜋2superscript212superscript𝜋24superscriptsubscript02\lambda_{\ell}=\lambda_{\ell}(k)=k^{2}\pi^{2}+(2\ell-1)^{2}\frac{\pi^{2}}{4h_{0}^{2}} et λ=λ(k):=k2π2+2π2h02,1k+1.superscript𝜆superscript𝜆𝑘assignsuperscript𝑘2superscript𝜋2superscript2superscript𝜋2superscriptsubscript02.1subscript𝑘1\lambda^{\ell}=\lambda^{\ell}(k):=k^{2}\pi^{2}+\ell^{2}\frac{\pi^{2}}{h_{0}^{2}},1\leq\ell\leq\mathcal{L}_{k}+1.

Remarque 2.1.

Les quantités ξ0subscript𝜉0\xi_{0} et ξ1subscriptsuperscript𝜉1\xi^{\prime}_{1} ont une interprétation spectrale géométrique simple si on pose κ:=k2π2assign𝜅superscript𝑘2superscript𝜋2\kappa:=k^{2}\pi^{2} : dans le nouveau repère (κ,λ)𝜅𝜆(\kappa,\lambda) les paraboles deviennent des droites et la quantité (ξ1)2superscriptsubscriptsuperscript𝜉12(\xi^{\prime}_{1})^{2} est égale à 1+c12c1ρk,1superscriptsubscript𝑐12subscript𝑐1subscript𝜌𝑘\frac{\sqrt{1+c_{1}^{2}}}{c_{1}}\rho_{k,\ell}ρk,subscript𝜌𝑘\rho_{k,\ell} est la distance du point Mλk,=(κ,λk,)subscript𝑀subscript𝜆𝑘𝜅subscript𝜆𝑘M_{\lambda_{k,\ell}}=(\kappa,\lambda_{k,\ell}) à la barrière spectrale d’équation λ=c1κ.𝜆subscript𝑐1𝜅\lambda=c_{1}\kappa. De son côté, 2ξ022superscriptsubscript𝜉02\sqrt{2}\xi_{0}^{2} est la distance de Mλk,subscript𝑀subscript𝜆𝑘M_{\lambda_{k},\ell} à la frontière spectrale d’équation λ=κ.𝜆𝜅\lambda=\kappa.

C’est donc le rapport

Rk,;ωsubscript𝑅𝑘𝜔\displaystyle R_{k,\ell;\omega} :=assign\displaystyle:= ω|vk,(x)|2dxΩ|vk,(x)|2dxsubscript𝜔superscriptsubscript𝑣𝑘𝑥2differential-d𝑥subscriptΩsuperscriptsubscript𝑣𝑘𝑥2differential-d𝑥\displaystyle\frac{\int_{\omega}|v_{k,\ell}(x)|^{2}{\rm d}x}{\int_{\Omega}|v_{k,\ell}(x)|^{2}{\rm d}x} (10)

qui nous intéresse pour les fonctions propres vk,,1k,k1,formulae-sequencesubscript𝑣𝑘.1subscript𝑘𝑘1v_{k,\ell},1\leq\ell\leq\mathcal{L}_{k},k\geq 1, avec ω:=ω1×(a,b),0a<bHassign𝜔subscript𝜔1𝑎𝑏.0𝑎𝑏𝐻\omega:=\omega_{1}\times(a,b),0\leq a<b\leq H et vk,(x):=ak,2Lsin(kπx1)uk,(x2),uk,assignsubscript𝑣𝑘𝑥subscript𝑎𝑘2𝐿𝑘𝜋subscript𝑥1subscript𝑢𝑘subscript𝑥2subscript𝑢𝑘v_{k,\ell}(x):=a_{k,\ell}\sqrt{\frac{2}{L}}\sin(k\pi x_{1})u_{k,\ell}(x_{2}),u_{k,\ell} étant définie implicitement par (8). Notons qu’étudier les vk,subscript𝑣𝑘v_{k,\ell} revient à étudier les uk,subscript𝑢𝑘u_{k,\ell} car ω|vk,(x)|2dxΩ|vk,(x)|2dx=Ck;ωω|uk,(x)|2dxΩ|uk,(x)|2dxsubscript𝜔superscriptsubscript𝑣𝑘𝑥2differential-d𝑥subscriptΩsuperscriptsubscript𝑣𝑘𝑥2differential-d𝑥subscript𝐶𝑘𝜔subscript𝜔superscriptsubscript𝑢𝑘𝑥2differential-d𝑥subscriptΩsuperscriptsubscript𝑢𝑘𝑥2differential-d𝑥\frac{\int_{\omega}|v_{k,\ell}(x)|^{2}{\rm d}x}{\int_{\Omega}|v_{k,\ell}(x)|^{2}{\rm d}x}=C_{k;\omega}\frac{\int_{\omega}|u_{k,\ell}(x)|^{2}{\rm d}x}{\int_{\Omega}|u_{k,\ell}(x)|^{2}{\rm d}x} et, si ω1=(α,β),subscript𝜔1𝛼𝛽\omega_{1}=(\alpha,\beta), le coefficient Ck;ω:=βαL(1sin(kπ(βα))kπ(βα)cos(kπ(α+β)))assignsubscript𝐶𝑘𝜔𝛽𝛼𝐿1𝑘𝜋𝛽𝛼𝑘𝜋𝛽𝛼𝑘𝜋𝛼𝛽C_{k;\omega}:=\frac{\beta-\alpha}{L}\left(1-\frac{\sin(k\pi(\beta-\alpha))}{k\pi(\beta-\alpha)}\cos(k\pi(\alpha+\beta))\right) avec Ck;ωkβαL.subscript𝑘subscript𝐶𝑘𝜔𝛽𝛼𝐿C_{k;\omega}\to_{k\to\infty}\frac{\beta-\alpha}{L}.

2.1 Les énoncés

Les suites de fonctions propres associées à des valeurs propres vérifiant (knπ)2<λkn,n<(c1ε)(knπ)2superscriptsubscript𝑘𝑛𝜋2subscript𝜆subscript𝑘𝑛subscript𝑛subscript𝑐1𝜀superscriptsubscript𝑘𝑛𝜋2(k_{n}\pi)^{2}<\lambda_{k_{n},\ell_{n}}<(c_{1}-\varepsilon)(k_{n}\pi)^{2} sont sans répétition et par conséquent knsubscript𝑘𝑛k_{n}\to\infty. Un résumé rapide pour la quantité n:=Rkn,n;ωassignsubscript𝑛subscript𝑅subscript𝑘𝑛subscript𝑛𝜔\mathcal{R}_{n}:=R_{k_{n},\ell_{n};\omega} est

  1. 1.

    si ω¯Ω1¯𝜔subscriptΩ1\overline{\omega}\subset\Omega_{1} alors nsubscript𝑛\mathcal{R}_{n} tend exponentiellement vers 0 quand n0𝑛0n\to 0 (cf.(5)).

  2. 2.

    si ωΩ0𝜔subscriptΩ0\omega\subset\Omega_{0} alors C1vol(ω)<n<C2vol(ω),C1,C2>0.formulae-sequencesubscript𝐶1vol𝜔subscript𝑛subscript𝐶2vol𝜔subscript𝐶1subscript𝐶20C_{1}{\rm vol}(\omega)<\mathcal{R}_{n}<C_{2}{\rm vol}(\omega),C_{1},C_{2}>0.

Ces deux points sont développés dans le théorème 2.2. Le corollaire 2.4 les précise lorsque l’indice nsubscript𝑛\ell_{n} est fixé et la proposition 2.6 étudie nsubscript𝑛\mathcal{R}_{n} pour la suite des valeurs propres la plus proche de c1(kπ)2.subscript𝑐1superscript𝑘𝜋2c_{1}(k\pi)^{2}. De plus, le lemme 2.9 permet de convertir les coefficients de décroissance en terme de λkn,nsubscript𝜆subscript𝑘𝑛subscript𝑛\lambda_{k_{n},\ell_{n}} au lieu de ξ1.subscriptsuperscript𝜉1\xi^{\prime}_{1}. Pour le cas où ω𝜔\omega est à cheval sur l’interface S0subscript𝑆0S_{0} on se reportera à la Remarque 2.11.

Théoreme 2.2 (cas guidé avec un saut).

Soit l’ouvert ω:=ω1×(a,b)Ωassign𝜔subscript𝜔1𝑎𝑏Ω\omega:=\omega_{1}\times(a,b)\subset\Omega et une suite de fonctions propres guidées (vkn,n)n1.subscriptsubscript𝑣subscript𝑘𝑛subscript𝑛𝑛1(v_{k_{n},\ell_{n}})_{n\geq 1}. On a

si ωΩ1,\displaystyle\!\!\bullet\,\mbox{si }\omega\subset\Omega_{1}, {(ξ1(kn,n))vkn,nL2(ω)2vkn,nL2(Ω)2vol(ω1)h0sin2(ξ0h0)1sin(2ξ0h0)2ξ0h0e2ξ1(ah0)ξ1,(supnξ1(kn,n)<)infnvkn,nL2(ω)2vkn,nL2(Ω)2>0.casessubscriptsuperscript𝜉1subscript𝑘𝑛subscript𝑛absentsubscriptsuperscriptnormsubscript𝑣subscript𝑘𝑛subscript𝑛2superscript𝐿2𝜔subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣subscript𝑘𝑛subscript𝑛2superscript𝐿2Ωsimilar-tovolsubscript𝜔1subscript0superscript2subscript𝜉0subscript012subscript𝜉0subscript02subscript𝜉0subscript0superscript𝑒2subscriptsuperscript𝜉1𝑎subscript0subscriptsuperscript𝜉1subscriptsupremum𝑛subscriptsuperscript𝜉1subscript𝑘𝑛subscript𝑛absentsubscriptinfimum𝑛subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣subscript𝑘𝑛subscript𝑛2superscript𝐿2𝜔subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣subscript𝑘𝑛subscript𝑛2superscript𝐿2Ω0\displaystyle\left\{\begin{array}[]{ll}(\xi^{\prime}_{1}(k_{n},\ell_{n})\to\infty)\!\!\!&\Longrightarrow\frac{\|v_{k_{n},\ell_{n}}\|^{2}_{L^{2}(\omega)}}{\|v_{k_{n},\ell_{n}}\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}}\sim\frac{{\rm vol}(\omega_{1})}{h_{0}}\frac{\sin^{2}(\xi_{0}h_{0})}{1-\frac{\sin(2\xi_{0}h_{0})}{2\xi_{0}h_{0}}}\frac{e^{-2\xi^{\prime}_{1}(a-h_{0})}}{\xi^{\prime}_{1}},\\ (\sup_{n}\xi^{\prime}_{1}(k_{n},\ell_{n})<\infty)\!\!\!&\Longrightarrow\inf_{n}\frac{\|v_{k_{n},\ell_{n}}\|^{2}_{L^{2}(\omega)}}{\|v_{k_{n},\ell_{n}}\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}}>0.\end{array}\right. (13)
 si ωΩ0,\displaystyle\!\!\!\bullet\,\mbox{ si }\omega\subset\Omega_{0}, infnvkn,nL2(ω)2vkn,nL2(Ω)2>0.subscriptinfimum𝑛subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣subscript𝑘𝑛subscript𝑛2superscript𝐿2𝜔subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣subscript𝑘𝑛subscript𝑛2superscript𝐿2Ω0\displaystyle\inf_{n}\frac{\|v_{k_{n},\ell_{n}}\|^{2}_{L^{2}(\omega)}}{\|v_{k_{n},\ell_{n}}\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}}>0. (14)
Remarque 2.3.

On notera que ξ1(kn,n)subscriptsuperscript𝜉1subscript𝑘𝑛subscript𝑛\xi^{\prime}_{1}(k_{n},\ell_{n})\to\infty si, asymptotiquement, nkn1.subscript𝑛subscriptsubscript𝑘𝑛1\ell_{n}\leq\mathcal{L}_{k_{n}}-1. En effet, si nkn1,subscript𝑛subscriptsubscript𝑘𝑛1\ell_{n}\leq\mathcal{L}_{k_{n}}-1, on a c1(ξ1(kn,n))2c1(ξ1(kn,kn1))2=c1kn2π2λkn,kn1>λknλkn1=(π2h0)2(4kn3)subscript𝑐1superscriptsubscriptsuperscript𝜉1subscript𝑘𝑛subscript𝑛2subscript𝑐1superscriptsubscriptsuperscript𝜉1subscript𝑘𝑛subscriptsubscript𝑘𝑛12subscript𝑐1superscriptsubscript𝑘𝑛2superscript𝜋2subscript𝜆subscript𝑘𝑛subscriptsubscript𝑘𝑛1subscript𝜆subscriptsubscript𝑘𝑛superscript𝜆subscriptsubscript𝑘𝑛1superscript𝜋2subscript024subscriptsubscript𝑘𝑛3c_{1}(\xi^{\prime}_{1}(k_{n},\ell_{n}))^{2}\geq c_{1}(\xi^{\prime}_{1}(k_{n},\mathcal{L}_{k_{n}}-1))^{2}=c_{1}k_{n}^{2}\pi^{2}-\lambda_{k_{n},\mathcal{L}_{k_{n}}-1}>\lambda_{\mathcal{L}_{k_{n}}}-\lambda^{\mathcal{L}_{k_{n}}-1}=(\frac{\pi}{2h_{0}})^{2}(4\mathcal{L}_{k_{n}}-3)\to\infty puisque knsubscriptsubscript𝑘𝑛\mathcal{L}_{k_{n}}\to\infty. Par suite, si ε𝜀\varepsilon est fixé tel que 0<ε<c110𝜀subscript𝑐110<\varepsilon<c_{1}-1, l’examen de la figure 3 montre que la condition nkn1subscript𝑛subscriptsubscript𝑘𝑛1\ell_{n}\leq\mathcal{L}_{k_{n}}-1 est alors vérifiée pour n𝑛n grand si (knπ)2<λkn,n(c1ε)(knπ)2.superscriptsubscript𝑘𝑛𝜋2subscript𝜆subscript𝑘𝑛subscript𝑛subscript𝑐1𝜀superscriptsubscript𝑘𝑛𝜋2(k_{n}\pi)^{2}<\lambda_{k_{n},\ell_{n}}\leq(c_{1}-\varepsilon)(k_{n}\pi)^{2}.

Corollaire 2.4.

Soit ω:=ω1×(a,b)Ωassign𝜔subscript𝜔1𝑎𝑏Ω\omega:=\omega_{1}\times(a,b)\subset\Omega et une suite de fonctions propres guidées (vk,)ksubscriptsubscript𝑣𝑘𝑘(v_{k,\ell})_{k}, l’indice \ell étant fixé. On a alors
\bullet Cas 1 : ωΩ1𝜔subscriptΩ1\omega\subset\Omega_{1}, i.e. h0a<b,subscript0𝑎𝑏h_{0}\leq a<b,

a1λk,32ea2λk,12vk,L2(Ω)2kvk,L2(ω)2,subscriptsimilar-to𝑘subscript𝑎1superscriptsubscript𝜆𝑘32superscript𝑒subscript𝑎2superscriptsubscript𝜆𝑘12subscriptsuperscriptnormsubscript𝑣𝑘2superscript𝐿2Ωsubscriptsuperscriptnormsubscript𝑣𝑘2superscript𝐿2𝜔a_{1}\lambda_{k,\ell}^{-\frac{3}{2}}e^{-a_{2}\lambda_{k,\ell}^{\frac{1}{2}}}\|v_{k,\ell}\|^{2}_{L^{2}(\Omega)}\sim_{k\to\infty}\|v_{k,\ell}\|^{2}_{L^{2}(\omega)}, (15)