= Résumé. Soit G𝐺G un groupe p𝑝p-adique se déployant sur une extension non-ramifiée. Nous décomposons RepΛ0(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λ0𝐺Rep_{\Lambda}^{0}(G), la catégorie abélienne des représentations lisses de G𝐺G de niveau 00 à coefficients dans Λ=¯Λsubscript¯\Lambda=\overline{\mathbb{Q}}_{\ell} ou ¯subscript¯\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}, en un produit de sous-catégories indexées par des paramètres inertiels à valeurs dans le dual de Langlands. Ces dernières sont construites à partir de systèmes d’idempotents sur l’immeuble de Bruhat-Tits et de la théorie de Deligne-Lusztig. Nous montrons ensuite des compatibilités aux foncteurs d’induction et de restriction paraboliques ainsi qu’à la correspondance de Langlands locale. Abstract. Let G𝐺G be a p𝑝p-adic group that splits over an unramified extension. We decompose RepΛ0(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λ0𝐺Rep_{\Lambda}^{0}(G), the abelian category of smooth level 00 representations of G𝐺G with coefficients in Λ=¯Λsubscript¯\Lambda=\overline{\mathbb{Q}}_{\ell} or ¯subscript¯\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}, into a product of subcategories indexed by inertial Langlands parameters. We construct these categories via systems of idempotents on the Bruhat-Tits building and Deligne-Lusztig theory. Then, we prove compatibilities with parabolic induction and restriction functors and the local Langlands correspondence.

Sur les \ell-blocs de niveau zéro des groupes p𝑝p-adiques

Thomas Lanard thomas.lanard@imj-prg.fr

Introduction

Soient k𝑘k un corps local non archimédien et 𝐆𝐆\mathbf{G} un groupe réductif connexe défini sur k𝑘k. Notons G:=𝐆(k)assign𝐺𝐆𝑘G:=\mathbf{G}(k). Soit \ell un nombre premier, p𝑝\ell\neq p, et posons Λ=¯Λsubscript¯\Lambda=\overline{\mathbb{Q}}_{\ell} ou ¯subscript¯\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}. On appelle RepΛ(G)𝑅𝑒subscript𝑝Λ𝐺Rep_{\Lambda}(G) la catégorie abélienne des représentations lisses de G𝐺G à coefficients dans ΛΛ\Lambda et RepΛ0(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λ0𝐺Rep_{\Lambda}^{0}(G) la sous-catégorie pleine des représentations de niveau 0.

Pour Λ=¯Λsubscript¯\Lambda=\overline{\mathbb{Q}}_{\ell} le théorème de décomposition de Bernstein nous fournit une décomposition de Rep¯(G)𝑅𝑒subscript𝑝subscript¯𝐺Rep_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}(G) en un produit de blocs (c’est à dire de sous-catégories indécomposables). Le cas Λ=¯Λsubscript¯\Lambda=\overline{\mathbb{Z}}_{\ell} est quant à lui assez peu connu. Pour 𝐆=GLn𝐆𝐺subscript𝐿𝑛\mathbf{G}=GL_{n}, Vignéras a obtenu dans [Vig98] une décomposition de la catégorie Rep𝔽¯(GLn(k))𝑅𝑒subscript𝑝subscript¯𝔽𝐺subscript𝐿𝑛𝑘Rep_{\overline{\mathbb{F}}_{\ell}}(GL_{n}(k)) en blocs (voir aussi les travaux de Sécherre et Stevens [SS16]). Celle-ci a permis par la suite à Helm [Hel16] d’obtenir une décomposition de Rep¯(GLn(k))𝑅𝑒subscript𝑝subscript¯𝐺subscript𝐿𝑛𝑘Rep_{\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}}(GL_{n}(k)). Prenons une classe d’équivalence inertielle de paires (L,π)𝐿𝜋(L,\pi)L𝐿L est un Levi de GLn(k)𝐺subscript𝐿𝑛𝑘GL_{n}(k) et π𝜋\pi est une représentation supercuspidale irréductible de L𝐿L sur 𝔽¯subscript¯𝔽\overline{\mathbb{F}}_{\ell}. Définissons alors Rep¯(GLn(k))[L,π]𝑅𝑒subscript𝑝subscript¯subscript𝐺subscript𝐿𝑛𝑘𝐿𝜋Rep_{\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}}(GL_{n}(k))_{[L,\pi]} la sous-catégorie pleine de Rep¯(GLn(k))𝑅𝑒subscript𝑝subscript¯𝐺subscript𝐿𝑛𝑘Rep_{\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}}(GL_{n}(k)) dont les objets sont les ΠΠ\Pi tels que tous les sous-quotients simples de ΠΠ\Pi ont un "support supercuspidal inertiel mod \ell" donné par (L,π)𝐿𝜋(L,\pi). Les blocs de Rep¯(GLn(k))𝑅𝑒subscript𝑝subscript¯𝐺subscript𝐿𝑛𝑘Rep_{\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}}(GL_{n}(k)) sont exactement les sous-catégories Rep¯(GLn(k))[L,π]𝑅𝑒subscript𝑝subscript¯subscript𝐺subscript𝐿𝑛𝑘𝐿𝜋Rep_{\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}}(GL_{n}(k))_{[L,\pi]}.


Ces méthodes sont basées sur "l’unicité du support supercuspidal", qui est vraie pour GLn𝐺subscript𝐿𝑛GL_{n} mais ne l’est pas en général. Un contre exemple dans Sp8𝑆subscript𝑝8Sp_{8} sur un corps fini a été trouvé récemment par Dudas puis a été relevé sur un corps p𝑝p-adique par Dat dans [Dat17b].


Dans le cas du niveau 0, Dat propose (voir [Dat16]) une nouvelle construction des blocs de GLn(k)𝐺subscript𝐿𝑛𝑘GL_{n}(k) en utilisant la théorie de Deligne-Lusztig et des systèmes d’idempotents sur l’immeuble de Bruhat-Tits semi-simple (comme dans l’article de Meyer et Solleveld [MS10]). Il réinterprète également dans [Dat17a] les paramétrisations des décompositions précédentes de RepΛ(GLn(k))𝑅𝑒subscript𝑝Λ𝐺subscript𝐿𝑛𝑘Rep_{\Lambda}(GL_{n}(k)) en termes "duaux". Introduisons quelques notations pour un énoncé plus précis.


On suppose que 𝐆𝐆\mathbf{G} est déployé sur l’extension non-ramifiée maximale de k𝑘k, c’est à dire que 𝐆𝐆\mathbf{G} est une forme intérieure d’un groupe non-ramifié. Soient Wksubscript𝑊𝑘W_{k} le groupe de Weil absolu de k𝑘k et Iksubscript𝐼𝑘I_{k} le sous-groupe d’inertie. Le groupe Γ:=Gal(k¯/k)/IkassignΓ𝐺𝑎𝑙¯𝑘𝑘subscript𝐼𝑘\Gamma:=Gal(\bar{k}/k)/I_{k} est topologiquement engendré par le Frobenius inverse Frob. Via le choix d’un épinglage de 𝐆^^𝐆\widehat{\mathbf{G}}, le dual de 𝐆𝐆\mathbf{G} sur ¯subscript¯\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}, Frob induit un automorphisme que l’on nomme ϑ^^italic-ϑ\widehat{\vartheta} sur 𝐆^^𝐆\widehat{\mathbf{G}}. On note Φ(G)ΦG\Phi(\textbf{G}) l’ensemble des morphismes admissibles ϕ:WkGL(¯):italic-ϕsubscriptsuperscript𝑊𝑘superscriptG𝐿subscript¯\phi:W^{\prime}_{k}\rightarrow{}^{L}\textbf{G}(\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}) modulo les automorphismes intérieurs par des éléments de G^(¯)^Gsubscript¯\widehat{\textbf{G}}(\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}), où Wk=Wk¯superscriptsubscript𝑊𝑘left-normal-factor-semidirect-productsubscript𝑊𝑘subscript¯W_{k}^{\prime}=W_{k}\ltimes\overline{\mathbb{Q}}_{\ell} désigne le groupe de Weil-Deligne et GL(¯):=ϑ^G^(¯)assignsuperscriptG𝐿subscript¯left-normal-factor-semidirect-productdelimited-⟨⟩^italic-ϑ^Gsubscript¯{}^{L}\textbf{G}(\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}):=\langle\widehat{\vartheta}\rangle\ltimes\widehat{\textbf{G}}(\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}) le groupe de Langlands dual. Posons IkΛ:=Ikassignsuperscriptsubscript𝐼𝑘Λsubscript𝐼𝑘I_{k}^{\Lambda}:=I_{k} si Λ=¯Λsubscript¯\Lambda=\overline{\mathbb{Q}}_{\ell} et IkΛ:=Ik()assignsuperscriptsubscript𝐼𝑘Λsuperscriptsubscript𝐼𝑘I_{k}^{\Lambda}:=I_{k}^{(\ell)}, le sous-groupe fermé maximal de Iksubscript𝐼𝑘I_{k} de pro-ordre premier à \ell, si Λ=¯Λsubscript¯\Lambda=\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}. Pour I𝐼I un sous-groupe de Wksubscript𝑊𝑘W_{k}, définissons Φ(I,G)Φ𝐼G\Phi(I,\textbf{G}) l’ensemble des classes de G^^G\widehat{\textbf{G}}-conjugaison de morphismes continus IGL(¯)𝐼superscriptG𝐿subscript¯I\rightarrow{}^{L}\textbf{G}(\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}) qui admettent une extension à un L𝐿L-morphisme de Φ(G)ΦG\Phi(\textbf{G}). On s’intéressera principalement à Φ(IkΛ,G)Φsuperscriptsubscript𝐼𝑘ΛG\Phi(I_{k}^{\Lambda},\textbf{G}). Enfin, si I𝐼I contient l’inertie sauvage, posons Φm(I,G)subscriptΦ𝑚𝐼G\Phi_{m}(I,\textbf{G}) les éléments de Φ(I,G)Φ𝐼G\Phi(I,\textbf{G}) qui sont triviaux sur l’inertie sauvage.

Il y a alors une bijection entre les blocs de Bernstein pour GLn(k)𝐺subscript𝐿𝑛𝑘GL_{n}(k) et les éléments de Φ(Ik,GLn)Φsubscript𝐼𝑘𝐺subscript𝐿𝑛\Phi(I_{k},GL_{n}) ainsi qu’entre les blocs de Vignéras-Helm et Φ(Ik(),GLn)Φsuperscriptsubscript𝐼𝑘𝐺subscript𝐿𝑛\Phi(I_{k}^{(\ell)},GL_{n}), nous donnant ainsi une décomposition en blocs

RepΛ(GLn(k))=ϕΦ(IkΛ,GLn)RepΛϕ(GLn(k)).𝑅𝑒subscript𝑝Λ𝐺subscript𝐿𝑛𝑘subscriptproductitalic-ϕΦsuperscriptsubscript𝐼𝑘Λ𝐺subscript𝐿𝑛𝑅𝑒subscriptsuperscript𝑝italic-ϕΛ𝐺subscript𝐿𝑛𝑘Rep_{\Lambda}(GL_{n}(k))=\prod_{\phi\in\Phi(I_{k}^{\Lambda},GL_{n})}Rep^{\phi}_{\Lambda}(GL_{n}(k)).

De plus les facteurs apparaissant dans RepΛ0(GLn(k))𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λ0𝐺subscript𝐿𝑛𝑘Rep_{\Lambda}^{0}(GL_{n}(k)), la sous-catégorie de niveau 0, correspondent aux ϕΦm(IkΛ,GLn)italic-ϕsubscriptΦ𝑚superscriptsubscript𝐼𝑘Λ𝐺subscript𝐿𝑛\phi\in\Phi_{m}(I_{k}^{\Lambda},GL_{n}).


La méthode de Vignéras ne pouvant s’appliquer dans le cas général, nous nous proposons ici de généraliser la construction de systèmes d’idempotents via la théorie de Deligne-Lusztig pour obtenir des décompositions de RepΛ0(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λ0𝐺Rep_{\Lambda}^{0}(G). Nous obtenons ainsi une décomposition analogue à celle de Dat (voir sections 3 et 4)

Théorème.

Soit 𝐆𝐆\mathbf{G} un groupe réductif connexe défini sur k𝑘k et déployé sur une extension non-ramifiée de k𝑘k. Alors la catégorie de niveau 00 se décompose en

RepΛ0(G)=ϕΦm(IkΛ,𝐆)RepΛϕ(G).𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λ0𝐺subscriptproductitalic-ϕsubscriptΦ𝑚superscriptsubscript𝐼𝑘Λ𝐆𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λitalic-ϕ𝐺Rep_{\Lambda}^{0}(G)=\prod_{\phi\in\Phi_{m}(I_{k}^{\Lambda},\mathbf{G})}Rep_{\Lambda}^{\phi}(G).

De plus, les catégories RepΛϕ(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λitalic-ϕ𝐺Rep_{\Lambda}^{\phi}(G) vérifient les propriétés suivantes :

  1. (1)

    Lien entre ¯subscript¯\overline{\mathbb{Z}}_{\ell} et ¯subscript¯\overline{\mathbb{Q}}_{\ell} : Soit ϕΦm(Ik(),𝐆)italic-ϕsubscriptΦ𝑚superscriptsubscript𝐼𝑘𝐆\phi\in\Phi_{m}(I_{k}^{(\ell)},\mathbf{G}), alors Rep¯ϕ(G)Rep¯(G)=ϕRep¯ϕ(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝subscript¯italic-ϕ𝐺𝑅𝑒subscript𝑝subscript¯𝐺subscriptproductsuperscriptitalic-ϕ𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝subscript¯superscriptitalic-ϕ𝐺Rep_{\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}}^{\phi}(G)\cap Rep_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}(G)=\prod_{\phi^{\prime}}Rep_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}^{\phi^{\prime}}(G) où le produit est pris sur les ϕΦm(Ik,𝐆)superscriptitalic-ϕsubscriptΦ𝑚subscript𝐼𝑘𝐆\phi^{\prime}\in\Phi_{m}(I_{k},\mathbf{G}) tels que ϕIk()ϕ\phi^{\prime}_{\mid I_{k}^{(\ell)}}\sim\phi.

  2. (2)

    Représentations irréductibles de Rep¯ϕ(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝subscript¯italic-ϕ𝐺Rep_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}^{\phi}(G) : Soit πIrr¯(G)𝜋subscriptIrrsubscript¯𝐺\pi\in\text{Irr}_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}(G). Alors πRep¯ϕ(G)𝜋𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝subscript¯italic-ϕ𝐺\pi\in Rep_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}^{\phi}(G) si et seulement s’il existe 𝐓𝐓\mathbf{T} un tore maximal non-ramifié de 𝐆𝐆\mathbf{G}, ϕ𝐓Φm(Ik,𝐓)subscriptitalic-ϕ𝐓subscriptΦ𝑚subscript𝐼𝑘𝐓\phi_{\mathbf{T}}\in\Phi_{m}(I_{k},\mathbf{T}) et x𝑥x un sommet de l’immeuble de G𝐺G (sur k𝑘k) qui est dans l’appartement de 𝐓𝐓\mathbf{T} (sur K𝐾K) tels que

    1. (a)

      πGx+,TxG¯x(θ𝐓)0superscript𝜋superscriptsubscript𝐺𝑥superscriptsubscriptsubscriptT𝑥subscript¯G𝑥subscript𝜃𝐓0\langle\pi^{G_{x}^{+}},\mathcal{R}_{\textbf{{T}}_{x}}^{\overline{\textsf{{G}}}_{x}}(\theta_{\mathbf{T}})\rangle\neq 0

    2. (b)

      ιϕ𝐓ϕsimilar-to𝜄subscriptitalic-ϕ𝐓italic-ϕ\iota\circ\phi_{\mathbf{T}}\sim\phi

    ι𝜄\iota est un plongement ι:𝐓L𝐆L:𝜄superscript𝐓𝐿superscript𝐆𝐿\iota:{}^{L}\mathbf{T}\hookrightarrow{}^{L}\mathbf{G}, Gxsuperscriptsubscript𝐺𝑥G_{x}^{\circ} est le sous-groupe parahorique en x𝑥x, Gx+superscriptsubscript𝐺𝑥G_{x}^{+} son pro-p-radical, G¯xGx/Gx+similar-to-or-equalssubscript¯G𝑥superscriptsubscript𝐺𝑥superscriptsubscript𝐺𝑥\overline{\textsf{G}}_{x}\simeq G_{x}^{\circ}/G_{x}^{+} le quotient réductif, TxsubscriptT𝑥\textbf{{T}}_{x} est le tore induit par 𝐓𝐓\mathbf{T} sur G¯xsubscript¯G𝑥\overline{\textsf{G}}_{x}, TxG¯xsuperscriptsubscriptsubscriptT𝑥subscript¯G𝑥\mathcal{R}_{\textbf{{T}}_{x}}^{\overline{\textsf{{G}}}_{x}} est l’induction de Deligne-Lusztig et θ𝐓subscript𝜃𝐓\theta_{\mathbf{T}} est le caractère de niveau 0 de 𝐓Fsuperscript𝐓𝐹\mathbf{T}^{F} correspondant à ϕ𝐓subscriptitalic-ϕ𝐓\phi_{\mathbf{T}} via la correspondance de Langlands pour les tores restreinte à l’inertie.
    (Notons que l’on obtient également une description de Rep¯ϕ(G)Irr¯(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝subscript¯italic-ϕ𝐺subscriptIrrsubscript¯𝐺Rep_{\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}}^{\phi}(G)\cap\text{Irr}_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}(G) grâce au (1)1(1).)

  3. (3)

    Compatibilité à l’induction et à la restriction parabolique : Soient 𝐏𝐏\mathbf{P} un sous-groupe parabolique de 𝐆𝐆\mathbf{G} ayant pour facteur de Levi 𝐌𝐌\mathbf{M} et ι:𝐌L𝐆L:𝜄superscript𝐌𝐿superscript𝐆𝐿\iota:{}^{L}\mathbf{M}\hookrightarrow{}^{L}\mathbf{G} un plongement.

    1. (a)

      Soit ϕMΦm(IkΛ,𝐌)subscriptitalic-ϕ𝑀subscriptΦ𝑚superscriptsubscript𝐼𝑘Λ𝐌\phi_{M}\in\Phi_{m}(I_{k}^{\Lambda},\mathbf{M}), alors iPG(RepΛϕM(M))RepΛιϕM(G)superscriptsubscript𝑖𝑃𝐺𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λsubscriptitalic-ϕ𝑀𝑀𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λ𝜄subscriptitalic-ϕ𝑀𝐺i_{P}^{G}(Rep_{\Lambda}^{\phi_{M}}(M))\subseteq Rep_{\Lambda}^{\iota\circ\phi_{M}}(G), où iPGsuperscriptsubscript𝑖𝑃𝐺i_{P}^{G} désigne l’induction parabolique.

    2. (b)

      Soit ϕΦm(IkΛ,𝐆)italic-ϕsubscriptΦ𝑚superscriptsubscript𝐼𝑘Λ𝐆\phi\in\Phi_{m}(I_{k}^{\Lambda},\mathbf{G}), alors rPG(RepΛϕ(G))ϕMRepΛϕM(M)superscriptsubscript𝑟𝑃𝐺𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λitalic-ϕ𝐺subscriptproductsubscriptitalic-ϕ𝑀𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λsubscriptitalic-ϕ𝑀𝑀r_{P}^{G}(Rep_{\Lambda}^{\phi}(G))\subseteq\prod_{\phi_{M}}Rep_{\Lambda}^{\phi_{M}}(M), où rPGsuperscriptsubscript𝑟𝑃𝐺r_{P}^{G} désigne la restriction parabolique et le produit est pris sur les ϕMΦm(IkΛ,𝐌)subscriptitalic-ϕ𝑀subscriptΦ𝑚superscriptsubscript𝐼𝑘Λ𝐌\phi_{M}\in\Phi_{m}(I_{k}^{\Lambda},\mathbf{M}) tels que ιϕMϕsimilar-to𝜄subscriptitalic-ϕ𝑀italic-ϕ\iota\circ\phi_{M}\sim\phi.

    3. (c)

      Soit ϕMΦm(IkΛ,𝐌)subscriptitalic-ϕ𝑀subscriptΦ𝑚superscriptsubscript𝐼𝑘Λ𝐌\phi_{M}\in\Phi_{m}(I_{k}^{\Lambda},\mathbf{M}). Posons ϕ=ιϕMΦm(IkΛ,𝐆)italic-ϕ𝜄subscriptitalic-ϕ𝑀subscriptΦ𝑚superscriptsubscript𝐼𝑘Λ𝐆\phi=\iota\circ\phi_{M}\in\Phi_{m}(I_{k}^{\Lambda},\mathbf{G}) et notons C𝐆^(ϕ)subscript𝐶^𝐆italic-ϕC_{\widehat{\mathbf{G}}}(\phi) le centralisateur dans 𝐆^^𝐆\widehat{\mathbf{G}} de l’image de ϕitalic-ϕ\phi. Alors si C𝐆^(ϕ)ι(𝐌^)subscript𝐶^𝐆italic-ϕ𝜄^𝐌C_{\widehat{\mathbf{G}}}(\phi)\subseteq\iota(\widehat{\mathbf{M}}) le foncteur iPGsuperscriptsubscript𝑖𝑃𝐺i_{P}^{G} réalise une équivalence de catégories entre RepΛϕM(M)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λsubscriptitalic-ϕ𝑀𝑀Rep_{\Lambda}^{\phi_{M}}(M) et RepΛϕ(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λitalic-ϕ𝐺Rep_{\Lambda}^{\phi}(G).

On s’attend à ce que cette décomposition soit compatible à la correspondance de Langlands. Nous le vérifions dans le cas des groupes classiques.

Théorème.

Supposons que 𝐆𝐆\mathbf{G} est un groupe classique non-ramifié, Λ=¯Λsubscript¯\Lambda=\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}, k𝑘k est de caractéristique nulle et de caractéristique résiduelle impaire. On obtient alors également les propriétés suivantes

  1. (1)

    Compatibilité à la correspondance de Langlands : Soient πIrr¯(G)𝜋subscriptIrrsubscript¯𝐺\pi\in\text{Irr}_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}(G) une représentation irréductible de niveau 0 et ϕΦm(Ik,𝐆)italic-ϕsubscriptΦ𝑚subscript𝐼𝑘𝐆\phi\in\Phi_{m}(I_{k},\mathbf{G}). Notons φπsubscript𝜑𝜋\varphi_{\pi} le paramètre de Langlands associé à π𝜋\pi via la correspondance de Langlands locale pour les groupes classiques ([HT01] [Hen00] [Art13] [Mok15] [KMSW14]). Alors

    πRep¯ϕ(G)φπ|Ikϕ𝜋𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝subscript¯italic-ϕ𝐺similar-tosubscript𝜑conditional𝜋subscript𝐼𝑘italic-ϕ\pi\in Rep_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}^{\phi}(G)\Leftrightarrow\varphi_{\pi|I_{k}}\sim\phi
  2. (2)

    Blocs stables : Soit ϕΦm(Ik,𝐆)italic-ϕsubscriptΦ𝑚subscript𝐼𝑘𝐆\phi\in\Phi_{m}(I_{k},\mathbf{G}) tel que C𝐆^(ϕ)subscript𝐶^𝐆italic-ϕC_{\widehat{\mathbf{G}}}(\phi) soit connexe. Alors Rep¯ϕ(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝subscript¯italic-ϕ𝐺Rep_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}^{\phi}(G) est un "bloc stable" (c’est-à-dire, correspond à un idempotent primitif du centre de Bernstein stable au sens de Haines [Hai14]).

Contrairement au cas de GLn𝐺subscript𝐿𝑛GL_{n} les catégories RepΛϕ(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λitalic-ϕ𝐺Rep_{\Lambda}^{\phi}(G) ne sont pas des facteurs indécomposables en général. Dans un prochain article, en cours d’écriture, nous expliquerons comment pousser la méthode utilisée ici, pour obtenir une décomposition minimale construite à partir de systèmes d’idempotents et de la théorie de Deligne-Lusztig. Nous interpréterons également cette nouvelle décomposition à l’aide d’invariants cohomologiques.


Dans cet article nous nous limitons à l’étude de RepΛ0(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λ0𝐺Rep_{\Lambda}^{0}(G) la catégorie de niveau 0. On peut cependant espérer que les travaux menés sur la théorie des types permettront d’en déduire des résultats sur RepΛ(G)𝑅𝑒subscript𝑝Λ𝐺Rep_{\Lambda}(G). En effet Chinello montre dans [Chi17] que l’on a une équivalence de catégories entre chaque bloc de RepΛ(GLn(k))𝑅𝑒subscript𝑝Λ𝐺subscript𝐿𝑛𝑘Rep_{\Lambda}(GL_{n}(k)) et un bloc de niveau 0 de RepΛ0(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝Λ0superscript𝐺Rep_{\Lambda}^{0}(G^{\prime})Gsuperscript𝐺G^{\prime} est un groupe de la forme G=i=1rGLni(Di)superscript𝐺superscriptsubscriptproduct𝑖1𝑟𝐺subscript𝐿subscript𝑛𝑖subscript𝐷𝑖G^{\prime}=\prod_{i=1}^{r}GL_{n_{i}}(D_{i}) avec pour i{1,,r}𝑖1𝑟i\in\{1,\cdots,r\}, nisubscript𝑛𝑖n_{i} un entier et Disubscript𝐷𝑖D_{i} une algèbre à division centrale de dimension finie sur un corps p𝑝p-adique. Des travaux en cours de Stevens et Kurinczuk tentent d’étendre ces résultats à un G𝐺G plus général.


Cet article se compose de 4 parties. La partie 1 rappelle les résultats sur les systèmes cohérents d’idempotents. Dans la seconde partie nous expliquons comment construire des idempotents à partir de la théorie de Deligne-Lusztig. Nous associons aux paramètres de l’inertie modérés des systèmes cohérents dans la troisième partie pour obtenir la décomposition du théorème précédent. La dernière partie a pour but de montrer les propriétés des facteurs directs ainsi obtenus. Les quatre premières propriétés découlent de la construction de ces catégories et la dernière repose sur les travaux de Moeglin [Moe14], Moussaoui [Mou15], Haines [Hai14], Lust et Stevens [LS16].


Remerciements

Je tiens à remercier Jean-François Dat pour son aide précieuse concernant la rédaction de cet article.

Notations

Soit k𝑘k un corps local non archimédien et 𝔣𝔣\mathfrak{f} son corps résiduel. Notons q=|𝔣|𝑞𝔣q=|\mathfrak{f}|. On fixe une clôture algébrique k¯¯𝑘\overline{k} de k𝑘k et on note K𝐾K l’extension non-ramifiée maximale de k𝑘k dans k¯¯𝑘\overline{k}. On appellera 𝔬ksubscript𝔬𝑘\mathfrak{o}_{k} (resp. 𝔬Ksubscript𝔬𝐾\mathfrak{o}_{K}) l’anneau des entiers de k𝑘k (resp. K𝐾K). Notons également 𝔉𝔉\mathfrak{F} le corps résiduel de K𝐾K qui est alors une clôture algébrique de 𝔣𝔣\mathfrak{f}.

On adopte les conventions d’écriture suivantes. G désignera un groupe réductif connexe défini sur k𝑘k que l’on identifiera avec G(k¯)G¯𝑘\textbf{G}(\overline{k}) et l’on notera G:=G(k)assign𝐺G𝑘G:=\textbf{G}(k) et Gnr:=G(K)assignsuperscript𝐺𝑛𝑟G𝐾G^{nr}:=\textbf{G}(K). On appellera 𝐆^^𝐆\widehat{\mathbf{G}} son groupe dual sur ¯subscript¯\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}. Pour les groupes réductifs connexes sur 𝔣𝔣\mathfrak{f}, nous utiliserons la police d’écriture G et l’on identifiera G avec G(𝔉)G𝔉\textsf{{G}}(\mathfrak{F}) et de même on note G:=G(𝔣)assignGG𝔣\textsf{G}:=\textsf{{G}}(\mathfrak{f}). Le groupe dual de G sur 𝔉𝔉\mathfrak{F} sera noté GsuperscriptG\textsf{{G}}^{*}.

Si H𝐻H désigne l’ensemble des points d’un groupe algébrique à valeur dans un corps alors Hsssubscript𝐻𝑠𝑠H_{ss} désigne l’ensemble des classes de conjugaison semi-simples dans H𝐻H.

On fixe dans tout ce papier un système compatible de racines de l’unité (/)p𝔉×subscriptsuperscript𝑝superscript𝔉(\mathbb{Q}/\mathbb{Z})_{p^{\prime}}\overset{\backsim}{\rightarrow}\mathfrak{F}^{\times} et (/)p¯×subscriptsuperscript𝑝superscriptsubscript¯(\mathbb{Q}/\mathbb{Z})_{p^{\prime}}\hookrightarrow\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}^{\times}.

Dans la suite G désignera un groupe réductif connexe défini sur k𝑘k.

1. Système cohérent d’idempotents

Les diverses décompositions obtenues dans cet article sont construites à partir de systèmes cohérents d’idempotents. Cette partie à pour but de rappeler leur définition ainsi que les premières propriétés.


Soit K1subscript𝐾1K_{1} une extension non-ramifiée de k𝑘k. On note BT(K1)𝐵𝑇subscript𝐾1BT(K_{1}) l’immeuble de Bruhat-Tits semi-simple associé à 𝐆(K1)𝐆subscript𝐾1\mathbf{G}(K_{1}). L’immeuble est un complexe polysimplicial et l’on note BT0(K1)𝐵subscript𝑇0subscript𝐾1BT_{0}(K_{1}) pour l’ensemble des polysimplexes de dimension 0, c’est à dire les sommets. Dans la suite on utilisera des lettres latines x𝑥x,y𝑦y,\cdots pour parler des sommets et des lettres grecques pour parler des polysimplexes généraux σ𝜎\sigma,τ𝜏\tau, \cdots. L’immeuble BT(K1)𝐵𝑇subscript𝐾1BT(K_{1}) est partiellement ordonné par la relation d’ordre στ𝜎𝜏\sigma\leq\tau si σ𝜎\sigma est une facette de τ𝜏\tau. Un ensemble de polysimplexes σ1,,σksubscript𝜎1subscript𝜎𝑘\sigma_{1},\cdots,\sigma_{k} est dit adjacent s’il existe un polysimplexe σ𝜎\sigma tel que i1,,kfor-all𝑖1𝑘\forall i\in{1,\cdots,k}, σiσsubscript𝜎𝑖𝜎\sigma_{i}\leq\sigma. Si x𝑥x et y𝑦y sont deux sommets adjacents on notera [x,y]𝑥𝑦[x,y] le plus petit polysimplexe contenant xy𝑥𝑦x\cup y. Notons également, pour σ𝜎\sigma,τ𝜏\tau deux polysimplexes, H(σ,τ)𝐻𝜎𝜏H(\sigma,\tau) l’enveloppe polysimpliciale de σ𝜎\sigma et τ𝜏\tau, c’est à dire l’intersection de tous les appartements contenant στ𝜎𝜏\sigma\cup\tau.

Pour simplifier les notations nous noterons BT:=BT(k)assign𝐵𝑇𝐵𝑇𝑘BT:=BT(k) et BT0:=BT0(k)assign𝐵subscript𝑇0𝐵subscript𝑇0𝑘BT_{0}:=BT_{0}(k).


Soit R𝑅R un anneau commutatif dans lequel p𝑝p est inversible. On munit G𝐺G d’une mesure de Haar et on note R(G)subscript𝑅𝐺\mathcal{H}_{R}(G) l’algèbre de Hecke à coefficients dans R𝑅R, c’est à dire l’algèbre des fonctions de G𝐺G dans R𝑅R localement constantes et à support compact.

1.0.1 Définition.

On dit qu’un système d’idempotents e=(ex)xBT0𝑒subscriptsubscript𝑒𝑥𝑥𝐵subscript𝑇0e=(e_{x})_{x\in BT_{0}} de R(G)subscript𝑅𝐺\mathcal{H}_{R}(G) est cohérent si les propriétés suivantes sont satisfaites :

  1. (1)

    exey=eyexsubscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥e_{x}e_{y}=e_{y}e_{x} lorsque x𝑥x et y𝑦y sont adjacents.

  2. (2)

    exezey=exeysubscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑧subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦e_{x}e_{z}e_{y}=e_{x}e_{y} lorsque zH(x,y)𝑧𝐻𝑥𝑦z\in H(x,y) et z𝑧z est adjacent à x𝑥x.

  3. (3)

    egx=gexg1subscript𝑒𝑔𝑥𝑔subscript𝑒𝑥superscript𝑔1e_{gx}=ge_{x}g^{-1} quel que soit xBT0𝑥𝐵subscript𝑇0x\in BT_{0} et gG𝑔𝐺g\in G.

Soit RepR(G)𝑅𝑒subscript𝑝𝑅𝐺Rep_{R}(G) la catégorie abélienne des représentations lisses de G𝐺G à coefficients dans R𝑅R. Grâce à un résultat de Meyer et Solleveld on a :

1.0.2 Théorème ([MS10], Thm 3.1).

Soit e=(ex)xBT0𝑒subscriptsubscript𝑒𝑥𝑥𝐵subscript𝑇0e=(e_{x})_{x\in BT_{0}} un système cohérent d’idempotents, alors la sous-catégorie pleine RepRe(G)𝑅𝑒superscriptsubscript𝑝𝑅𝑒𝐺Rep_{R}^{e}(G) des objets V𝑉V de RepR(G)𝑅𝑒subscript𝑝𝑅𝐺Rep_{R}(G) tels que V=xBT0exV𝑉subscript𝑥𝐵subscript𝑇0subscript𝑒𝑥𝑉V=\sum_{x\in BT_{0}}e_{x}V est une sous-catégorie de Serre.

Soit σBT𝜎𝐵𝑇\sigma\in BT. Notons Gσsubscript𝐺𝜎G_{\sigma} le fixateur de σ𝜎\sigma. Celui-ci contient un sous-groupe appelé sous-groupe parahorique, que l’on note Gσsuperscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{\circ}, qui est le "fixateur connexe" de σ𝜎\sigma. Enfin on note Gσ+superscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{+} le pro-p𝑝p-radical (pro-p𝑝p-sous-groupe distingué maximal) de Gσsuperscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{\circ}.

Si x𝑥x est un sommet de l’immeuble BT𝐵𝑇BT alors Gx+superscriptsubscript𝐺𝑥G_{x}^{+} détermine un idempotent ex+[1/p](Gx)superscriptsubscript𝑒𝑥subscriptdelimited-[]1𝑝subscript𝐺𝑥e_{x}^{+}\in\mathcal{H}_{\mathbb{Z}[1/p]}(G_{x}).

1.0.3 Proposition ([MS10], Section 2.2).

Le système d’idempotents (ex+)xBT0subscriptsuperscriptsubscript𝑒𝑥𝑥𝐵subscript𝑇0(e_{x}^{+})_{x\in BT_{0}} est cohérent.

On a de plus que, pour tout polysimplexe σ𝜎\sigma, l’idempotent eσ+:=xσex+assignsuperscriptsubscript𝑒𝜎subscriptproduct𝑥𝜎superscriptsubscript𝑒𝑥e_{\sigma}^{+}:=\prod_{x\in\sigma}e_{x}^{+} est l’idempotent associé à Gσ+superscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{+}.

1.0.4 Lemme.

Soient x,yBT0𝑥𝑦𝐵subscript𝑇0x,y\in BT_{0} deux sommets. Alors il existe une suite de sommets x0=x,x1,,x=yformulae-sequencesubscript𝑥0𝑥subscript𝑥1subscript𝑥𝑦x_{0}=x,x_{1},\cdots,x_{\ell}=y joignant x𝑥x à y𝑦y, telle que pour tout i{0,,l1}𝑖0𝑙1i\in\{0,\cdots,l-1\}, xi+1subscript𝑥𝑖1x_{i+1} est adjacent à xisubscript𝑥𝑖x_{i} et xi+1H(xi,y)subscript𝑥𝑖1𝐻subscript𝑥𝑖𝑦x_{i+1}\in H(x_{i},y).

Démonstration.

Pour x1subscript𝑥1x_{1}, il suffit de prendre un sommet dans H(x,y)𝐻𝑥𝑦H(x,y) qui est adjacent à x𝑥x et tel que la distance de x1subscript𝑥1x_{1} à y𝑦y est strictement inférieure à celle de x𝑥x à y𝑦y. En ré-appliquant ce résultat à x1subscript𝑥1x_{1} et y𝑦y on construit x2subscript𝑥2x_{2} et ainsi de suite pour obtenir le résultat voulu par récurrence. ∎

1.0.5 Définition.

On dit qu’un système (eσ)σBTsubscriptsubscript𝑒𝜎𝜎𝐵𝑇(e_{\sigma})_{\sigma\in BT} est 0-cohérent si

  1. (1)

    egx=gexg1subscript𝑒𝑔𝑥𝑔subscript𝑒𝑥superscript𝑔1e_{gx}=ge_{x}g^{-1} quel que soit xBT0𝑥𝐵subscript𝑇0x\in BT_{0} et gG𝑔𝐺g\in G.

  2. (2)

    eσ=eσ+ex=exeσ+subscript𝑒𝜎superscriptsubscript𝑒𝜎subscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝜎e_{\sigma}=e_{\sigma}^{+}e_{x}=e_{x}e_{\sigma}^{+} pour xBT0𝑥𝐵subscript𝑇0x\in BT_{0} et σBT𝜎𝐵𝑇\sigma\in BT tels que xσ𝑥𝜎x\leq\sigma.

En s’inspirant de [Dat16] section 3.2.1 on montre :

1.0.6 Proposition.

Soit (eσ)σBTsubscriptsubscript𝑒𝜎𝜎𝐵𝑇(e_{\sigma})_{\sigma\in BT} un système d’idempotents 0-cohérent, alors le système d’idempotents (ex)xBT0subscriptsubscript𝑒𝑥𝑥𝐵subscript𝑇0(e_{x})_{x\in BT_{0}} est cohérent.

On a de plus, pour x,yBT0𝑥𝑦𝐵subscript𝑇0x,y\in BT_{0}, ex+ey=exeysuperscriptsubscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦e_{x}^{+}e_{y}=e_{x}e_{y}.

Démonstration.

Il ne reste à vérifier que les conditions 1. et 2. de la définition 1.0.1.

Commençons par vérifier la propriété 1. de 1.0.1: Soient x𝑥x et y𝑦y deux sommets adjacents et σ𝜎\sigma le polysimplexe [x,y]𝑥𝑦[x,y]. On sait déjà que ex+ey+=eσ+=eσ+eσ+superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑦superscriptsubscript𝑒𝜎superscriptsubscript𝑒𝜎superscriptsubscript𝑒𝜎e_{x}^{+}e_{y}^{+}=e_{\sigma}^{+}=e_{\sigma}^{+}e_{\sigma}^{+}. Ainsi

exey=exex+ey+ey=exeσ+eσ+ey=eσeσ=eσsubscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝜎superscriptsubscript𝑒𝜎subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝜎subscript𝑒𝜎subscript𝑒𝜎e_{x}e_{y}=e_{x}e_{x}^{+}e_{y}^{+}e_{y}=e_{x}e_{\sigma}^{+}e_{\sigma}^{+}e_{y}=e_{\sigma}e_{\sigma}=e_{\sigma}

Ce qui montre la propriété 1. de 1.0.1.

Examinons maintenant la propriété 2. de 1.0.1: Soient x𝑥x,y𝑦y et z𝑧z des sommets de BT𝐵𝑇BT tels que z𝑧z soit dans l’enveloppe polysimpliciale de {x,y}𝑥𝑦\{x,y\} et z𝑧z adjacent à x𝑥x. Par la proposition 1.0.3 on sait que ex+ey+=ex+ez+ey+superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑦superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑧superscriptsubscript𝑒𝑦e_{x}^{+}e_{y}^{+}=e_{x}^{+}e_{z}^{+}e_{y}^{+}. Par ce qui précède e[x,z]=exezsubscript𝑒𝑥𝑧subscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑧e_{[x,z]}=e_{x}e_{z} et on a

exey=exex+ey+ey=exex+ez+ey+ey=exe[x,z]+ey=e[x,z]ey=exezeysubscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑧superscriptsubscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑥𝑧subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥𝑧subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑧subscript𝑒𝑦e_{x}e_{y}=e_{x}e_{x}^{+}e_{y}^{+}e_{y}=e_{x}e_{x}^{+}e_{z}^{+}e_{y}^{+}e_{y}=e_{x}e_{[x,z]}^{+}e_{y}=e_{[x,z]}e_{y}=e_{x}e_{z}e_{y}

Le système d’idempotents (ex)xBT0subscriptsubscript𝑒𝑥𝑥𝐵subscript𝑇0(e_{x})_{x\in BT_{0}} est cohérent.


Montrons maintenant que ex+ey=exeysuperscriptsubscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦e_{x}^{+}e_{y}=e_{x}e_{y}.
Si x𝑥x et y𝑦y sont adjacents on obtient que

ex+ey=ex+ey+ey=e[x,y]+ey=e[x,y]=exeysuperscriptsubscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑦superscriptsubscript𝑒𝑥𝑦subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥𝑦subscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦e_{x}^{+}e_{y}=e_{x}^{+}e_{y}^{+}e_{y}=e_{[x,y]}^{+}e_{y}=e_{[x,y]}=e_{x}e_{y}

Dans le cas général choisissons grâce au lemme 1.0.4 une suite de sommets x0=x,x1,,x=yformulae-sequencesubscript𝑥0𝑥subscript𝑥1subscript𝑥𝑦x_{0}=x,x_{1},\cdots,x_{\ell}=y joignant x𝑥x à y𝑦y, telle que pour tout i{0,,l1}𝑖0𝑙1i\in\{0,\cdots,l-1\}, xi+1subscript𝑥𝑖1x_{i+1} est adjacent à xisubscript𝑥𝑖x_{i} et xi+1H(xi,y)subscript𝑥𝑖1𝐻subscript𝑥𝑖𝑦x_{i+1}\in H(x_{i},y). Alors

ex+eysuperscriptsubscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦\displaystyle e_{x}^{+}e_{y} =ex+ey+ey=ex+ex1+ey+ey==ex+ex1+exl1+ey+eyabsentsuperscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑦superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒subscript𝑥1superscriptsubscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑦superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒subscript𝑥1superscriptsubscript𝑒subscript𝑥𝑙1superscriptsubscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑦\displaystyle=e_{x}^{+}e_{y}^{+}e_{y}=e_{x}^{+}e_{x_{1}}^{+}e_{y}^{+}e_{y}=\cdots=e_{x}^{+}e_{x_{1}}^{+}\cdots e_{x_{l-1}}^{+}e_{y}^{+}e_{y}
=ex+ex1+exl1+ey=ex+ex1+exl1ey==exex1exl1eyabsentsuperscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒subscript𝑥1superscriptsubscript𝑒subscript𝑥𝑙1subscript𝑒𝑦superscriptsubscript𝑒𝑥superscriptsubscript𝑒subscript𝑥1subscript𝑒subscript𝑥𝑙1subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥subscript𝑒subscript𝑥1subscript𝑒subscript𝑥𝑙1subscript𝑒𝑦\displaystyle=e_{x}^{+}e_{x_{1}}^{+}\cdots e_{x_{l-1}}^{+}e_{y}=e_{x}^{+}e_{x_{1}}^{+}\cdots e_{x_{l-1}}e_{y}=\cdots=e_{x}e_{x_{1}}\cdots e_{x_{l-1}}e_{y}
=exex1exl2ey==exex1ey=exeyabsentsubscript𝑒𝑥subscript𝑒subscript𝑥1subscript𝑒subscript𝑥𝑙2subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥subscript𝑒subscript𝑥1subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦\displaystyle=e_{x}e_{x_{1}}\cdots e_{x_{l-2}}e_{y}=\cdots=e_{x}e_{x_{1}}e_{y}=e_{x}e_{y}

(La première ligne découle de la propriété 2. de 1.0.1 appliquée aux ex+superscriptsubscript𝑒𝑥e_{x}^{+}. Pour la seconde, on utilise le fait que exi+exi+1=exiexi+1superscriptsubscript𝑒subscript𝑥𝑖subscript𝑒subscript𝑥𝑖1subscript𝑒subscript𝑥𝑖subscript𝑒subscript𝑥𝑖1e_{x_{i}}^{+}e_{x_{i+1}}=e_{x_{i}}e_{x_{i+1}} car xisubscript𝑥𝑖x_{i} et xi+1subscript𝑥𝑖1x_{i+1} sont adjacents. Enfin pour la dernière on applique que exiexi+1ey=exieysubscript𝑒subscript𝑥𝑖subscript𝑒subscript𝑥𝑖1subscript𝑒𝑦subscript𝑒subscript𝑥𝑖subscript𝑒𝑦e_{x_{i}}e_{x_{i+1}}e_{y}=e_{x_{i}}e_{y} car xi+1subscript𝑥𝑖1x_{i+1} est adjacent à xisubscript𝑥𝑖x_{i} et xi+1H(xi,y)subscript𝑥𝑖1𝐻subscript𝑥𝑖𝑦x_{i+1}\in H(x_{i},y).)

Ainsi

x,yBT0,ex+ey=exeyformulae-sequencefor-all𝑥𝑦𝐵subscript𝑇0superscriptsubscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦subscript𝑒𝑥subscript𝑒𝑦\forall x,y\in BT_{0},e_{x}^{+}e_{y}=e_{x}e_{y}

2. Construction d’idempotents

Nous expliquons ici comment construire des idempotents sur l’immeuble à partir de la théorie de Deligne-Lusztig ainsi que les conditions qu’ils doivent vérifier pour obtenir un système cohérent.

2.1. Théorie de Deligne-Lusztig

Rappelons brièvement le fonctionnement de la théorie de Deligne-Lusztig. Dans cette section les groupes algébriques considérés seront sur 𝔉𝔉\mathfrak{F} et \ell est un nombre premier différent de p𝑝p.


Soit G un groupe réductif défini sur 𝔣𝔣\mathfrak{f}. Soit P un sous-groupe parabolique de radical unipotent U et supposons que P contienne un Levi F𝐹F-stable L. On associe alors à ces données la variété de Deligne-Lusztig YPsubscript𝑌PY_{\textsf{{P}}} définie par

YP={gUG/U,g1F(g)UF(U)}subscript𝑌Pformulae-sequence𝑔UGUsuperscript𝑔1𝐹𝑔U𝐹UY_{\textsf{{P}}}=\{g\textsf{{U}}\in\textsf{{G}}/\textsf{{U}},g^{-1}F(g)\in\textsf{{U}}F(\textsf{{U}})\}

C’est une variété définie sur 𝔉𝔉\mathfrak{F} avec une action à gauche de 𝖦:=GFassign𝖦superscriptG𝐹\mathsf{G}:=\textsf{{G}}^{F} donnée par (γ,gU)γgUmaps-to𝛾𝑔U𝛾𝑔U(\gamma,g\textsf{{U}})\mapsto\gamma g\textsf{{U}} et une action à droite de 𝖫:=LFassign𝖫superscriptL𝐹\mathsf{L}:=\textsf{{L}}^{F} donnée par (gU,δ)gδUmaps-to𝑔U𝛿𝑔𝛿U(g\textsf{{U}},\delta)\mapsto g\delta\textsf{{U}}. Le complexe cohomologique RΓc(YP,¯)𝑅subscriptΓ𝑐subscript𝑌Psubscript¯R\Gamma_{c}(Y_{\textsf{{P}}},\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}) est alors un complexe de (¯[G],¯[L])subscript¯delimited-[]𝐺subscript¯delimited-[]𝐿(\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}[G],\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}[L])-bimodules et induit deux foncteurs adjoints

LPG=RΓc(YP,¯)¯[L]:Db(¯[L])Db(¯[G])\mathcal{R}_{\textsf{{L}}\subset\textsf{{P}}}^{\textsf{{G}}}=R\Gamma_{c}(Y_{\textsf{{P}}},\overline{\mathbb{Z}}_{\ell})\otimes_{\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}[L]}-:D^{b}(\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}[L])\longrightarrow D^{b}(\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}[G])
LPG=RHom¯[G](RΓc(YP,¯),):Db(¯[G])Db(¯[L]):superscriptsuperscriptsubscriptLPG𝑅subscriptHomsubscript¯delimited-[]𝐺𝑅subscriptΓ𝑐subscript𝑌Psubscript¯superscript𝐷𝑏subscript¯delimited-[]𝐺superscript𝐷𝑏subscript¯delimited-[]𝐿{}^{*}\mathcal{R}_{\textsf{{L}}\subset\textsf{{P}}}^{\textsf{{G}}}=R\text{Hom}_{\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}[G]}(R\Gamma_{c}(Y_{\textsf{{P}}},\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}),-):D^{b}(\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}[G])\longrightarrow D^{b}(\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}[L])

Dbsuperscript𝐷𝑏D^{b} signifie "catégorie dérivée bornée".


Nous avons fixé des systèmes compatibles de racines de l’unité (/)p𝔉×subscriptsuperscript𝑝superscript𝔉(\mathbb{Q}/\mathbb{Z})_{p^{\prime}}\overset{\backsim}{\longrightarrow}\mathfrak{F}^{\times} et (/)p¯×subscriptsuperscript𝑝superscriptsubscript¯(\mathbb{Q}/\mathbb{Z})_{p^{\prime}}\hookrightarrow\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}^{\times}. Si T est un tore défini sur 𝔣𝔣\mathfrak{f} et TsuperscriptT\textsf{{T}}^{*} est son tore dual, aussi défini sur 𝔣𝔣\mathfrak{f}, alors les deux applications précédentes permettent de définir une bijection TFHom(T,¯×)superscriptTabsent𝐹Hom𝑇superscriptsubscript¯\textsf{{T}}^{*F}\rightarrow\text{Hom}(T,\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}^{\times}). Ainsi un élément tTF𝑡superscriptTabsent𝐹t\in\textsf{{T}}^{*F} détermine un caractère t^:T¯×:^𝑡𝑇superscriptsubscript¯\widehat{t}:T\rightarrow\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}^{\times}.

Soit s𝑠s une classe de conjugaison semi-simple dans 𝖦:=GFassignsuperscript𝖦superscriptGabsent𝐹\mathsf{G}^{*}:=\textsf{{G}}^{*F}. Une représentation irréductible πIrr¯(𝖦)𝜋subscriptIrrsubscript¯𝖦\pi\in\text{Irr}_{\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}(\mathsf{G}) appartient à la série rationnelle attachée à s𝑠s s’il existe un tore F𝐹F-stable T dans G, un élément tTF𝑡superscriptTabsent𝐹t\in\textsf{{T}}^{*F} qui appartienne à s𝑠s et un Borel B contenant T tel que π𝜋\pi apparaisse avec une multiplicité non nulle dans [TBG(t^)]delimited-[]superscriptsubscriptTBG^𝑡[\mathcal{R}_{\textsf{{T}}\subset\textsf{{B}}}^{\textsf{{G}}}(\widehat{t})] (où la notation []delimited-[][\cdot] signifie que l’on prend l’image du complexe dans le groupe de Grothendieck). On note alors (𝖦,s)𝖦𝑠\mathcal{E}(\mathsf{G},s) l’ensemble des telles séries rationnelles et par es,¯𝖦¯[G]superscriptsubscript𝑒𝑠subscript¯𝖦subscript¯delimited-[]Ge_{s,\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}^{\mathsf{G}}\in\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}[\textsf{G}] l’idempotent central les sélectionnant.

2.1.1 Proposition.
  1. (1)

    ([CE04] théorème 8.23) Nous avons 1=ses,¯𝖦1subscript𝑠superscriptsubscript𝑒𝑠subscript¯𝖦1=\sum_{s}e_{s,\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}^{\mathsf{G}} dans ¯[𝖦]subscript¯delimited-[]𝖦\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}[\mathsf{G}].

  2. (2)

    ([BR03] théorème A’ et remarque 11.3) Si s𝑠s se compose d’éléments \ell-réguliers, alors nous avons un idempotent es,¯𝖦=sses,¯𝖦¯[𝖦]superscriptsubscript𝑒𝑠subscript¯𝖦subscriptsubscriptsuperscript𝑠𝑠superscriptsubscript𝑒superscript𝑠subscript¯𝖦subscript¯delimited-[]𝖦e_{s,\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}}^{\mathsf{G}}=\sum_{s^{\prime}\backsim_{\ell}s}e_{s^{\prime},\overline{\mathbb{Q}}_{\ell}}^{\mathsf{G}}\in\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}[\mathsf{G}], où sssubscriptsuperscript𝑠𝑠s^{\prime}\backsim_{\ell}s signifie que s𝑠s est la partie \ell-régulière de ssuperscript𝑠s^{\prime}.

Soit L un Levi F𝐹F-stable de G contenu dans un parabolique P. Une classe de conjugaison t𝑡t dans LsuperscriptL\textsf{L}^{*} donne une classe de conjugaison s𝑠s dans GsuperscriptG\textsf{G}^{*}. Ainsi nous avons une application φL,Gsubscript𝜑superscriptLsuperscriptG\varphi_{\textsf{L}^{*},\textsf{G}^{*}} à fibres finies définie par

φL,G:LssGsstssubscript𝜑superscriptLsuperscriptG:subscriptsuperscriptL𝑠𝑠subscriptsuperscriptG𝑠𝑠missing-subexpressionmissing-subexpression𝑡maps-to𝑠\begin{array}[]{ccccc}\varphi_{\textsf{L}^{*},\textsf{G}^{*}}&:&\textsf{L}^{*}_{ss}&\to&\textsf{G}^{*}_{ss}\\ &&t&\mapsto&s\end{array}

Soit Λ=¯Λsubscript¯\Lambda=\overline{\mathbb{Q}}_{\ell} ou ¯subscript¯\overline{\mathbb{Z}}_{\ell}. Construisons alors un idempotent es,Λ𝖫:=tφL,G1(s)et,Λ𝖫assignsuperscriptsubscript𝑒𝑠Λ𝖫subscript𝑡superscriptsubscript𝜑superscriptLsuperscriptG1𝑠superscriptsubscript𝑒𝑡Λ𝖫e_{s,\Lambda}^{\mathsf{L}}:=\sum_{t\in\varphi_{\textsf{L}^{*},\textsf{G}^{*}}^{-1}(s)}e_{t,\Lambda}^{\mathsf{L}}.

Dans le cas où P est lui-même F𝐹F-stable, on note U le radical unipotent de P et U=UFUsuperscriptU𝐹\textsf{U}=\textsf{{U}}^{F}. Notons e𝖴:=1|𝖴|x𝖴𝟙xassignsubscript𝑒𝖴1𝖴subscript𝑥𝖴subscript1𝑥e_{\mathsf{U}}:=\frac{1}{|\mathsf{U}|}\sum_{x\in\mathsf{U}}\mathds{1}_{x} l’idempotent réalisant la moyenne sur 𝖴𝖴\mathsf{U}. Alors on a

2.1.2 Proposition ([Dat16] section 2.1.4).
es,Λ𝖦e𝖴=e𝖴es,Λ𝖫=:es,Λ𝖯e_{s,\Lambda}^{\mathsf{G}}e_{\mathsf{U}}=e_{\mathsf{U}}e_{s,\Lambda}^{\mathsf{L}}=:e_{s,\Lambda}^{\mathsf{P}}

es,Λ𝖯superscriptsubscript𝑒𝑠Λ𝖯e_{s,\Lambda}^{\mathsf{P}} est un idempotent central dans Λ[𝖯]Λdelimited-[]𝖯\Lambda[\mathsf{P}].

Soient GsuperscriptG\textsf{{G}}^{\prime} un autre groupe réductif défini sur 𝔣𝔣\mathfrak{f} et φ:GG:𝜑GsuperscriptG\varphi:\textsf{{G}}\rightarrow\textsf{{G}}^{\prime} un isomorphisme compatible avec les F𝐹F-structures. Alors φ𝜑\varphi induit une bijection (voir annexe A)

φ:𝖦ss𝖦ss:superscript𝜑subscriptsuperscript𝖦𝑠𝑠subscriptsuperscript𝖦𝑠𝑠\varphi^{*}:\mathsf{G}^{*}_{ss}\longrightarrow\mathsf{G}^{\prime*}_{ss}
2.1.3 Lemme.

On a

φ(es,Λ𝖦)=eφ(s),Λ𝖦𝜑superscriptsubscript𝑒𝑠Λ𝖦superscriptsubscript𝑒superscript𝜑𝑠Λsuperscript𝖦\varphi(e_{s,\Lambda}^{\mathsf{G}})=e_{\varphi^{*}(s),\Lambda}^{\mathsf{G}^{\prime}}
Démonstration.

Par construction un élément tTF𝑡superscriptTabsent𝐹t\in\textsf{{T}}^{*F} appartenant à s𝑠s est envoyé sur φ(t)superscript𝜑𝑡\varphi^{*}(t) appartenant à φ(s)superscript𝜑𝑠\varphi^{*}(s). Ainsi φ𝜑\varphi envoie (𝖦,s)𝖦𝑠\mathcal{E}(\mathsf{G},s) sur (𝖦,φ(s))superscript𝖦superscript𝜑𝑠\mathcal{E}(\mathsf{G}^{\prime},\varphi^{*}(s)) et on a le résultat. ∎

2.2. Construction d’idempotents sur l’immeuble

Maintenant que l’on sait fabriquer des idempotents sur les groupes finis, il nous faut les relever en des idempotents sur le groupe p𝑝p-adique. On utilise pour cela le fait que les sous-groupes parahoriques Gσsuperscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{\circ} admettent un modèle entier et que le quotient Gσ/Gσ+superscriptsubscript𝐺𝜎superscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{\circ}/G_{\sigma}^{+} est alors l’ensemble des points d’un groupe réductif connexe à valeur dans un corps fini.


Soit σ𝜎\sigma un polysimplexe dans BT𝐵𝑇BT. D’après [Tit79] section 3.4 il existe un schéma en groupes affine lisse 𝒢σsubscript𝒢𝜎\mathcal{G}_{\sigma} défini sur 𝔬ksubscript𝔬𝑘\mathfrak{o}_{k}, unique à isomorphisme près, tel que

  1. (1)

    La fibre générique 𝒢σ,ksubscript𝒢𝜎𝑘\mathcal{G}_{\sigma,k} de 𝒢σsubscript𝒢𝜎\mathcal{G}_{\sigma} est G𝐺G

  2. (2)

    Pour toute extension galoisienne non-ramifiée K1subscript𝐾1K_{1} de k𝑘k, 𝒢σ(𝔬K1)subscript𝒢𝜎subscript𝔬subscript𝐾1\mathcal{G}_{\sigma}(\mathfrak{o}_{K_{1}}) est le sous-groupe compact maximal de 𝐆(K1)σ𝐆subscriptsubscript𝐾1𝜎\mathbf{G}(K_{1})_{\sigma}, où σ𝜎\sigma est identifié avec son image canonique dans BT(K1)𝐵𝑇subscript𝐾1BT(K_{1}).

L’application de réduction modulo p𝑝p fournit un morphisme surjectif Gσ=𝒢σ(𝔬k)𝖦~σ:=G~σFsubscript𝐺𝜎subscript𝒢𝜎subscript𝔬𝑘subscript~𝖦𝜎assignsuperscriptsubscript~G𝜎𝐹G_{\sigma}=\mathcal{G}_{\sigma}(\mathfrak{o}_{k})\rightarrow\tilde{\mathsf{G}}_{\sigma}:=\tilde{\textbf{{G}}}_{\sigma}^{F}, où G~σsubscript~G𝜎\tilde{\textsf{{G}}}_{\sigma}, la fibre spéciale de 𝒢σsubscript𝒢𝜎\mathcal{G}_{\sigma}, est un groupe algébrique défini sur 𝔣𝔣\mathfrak{f}. On note 𝒢σsuperscriptsubscript𝒢𝜎\mathcal{G}_{\sigma}^{\circ} la composante neutre de 𝒢σsubscript𝒢𝜎\mathcal{G}_{\sigma} et G~σsuperscriptsubscript~G𝜎\tilde{\textsf{{G}}}_{\sigma}^{\circ} celle de G~σsubscript~G𝜎\tilde{\textsf{{G}}}_{\sigma}. D’après [BT84] section 5.2.6, on a Gσ=𝒢σ(𝔬k)superscriptsubscript𝐺𝜎superscriptsubscript𝒢𝜎subscript𝔬𝑘G_{\sigma}^{\circ}=\mathcal{G}_{\sigma}^{\circ}(\mathfrak{o}_{k}). D’où un morphisme surjectif GσG~σsuperscriptsubscript𝐺𝜎superscriptsubscript~G𝜎G_{\sigma}^{\circ}\rightarrow\tilde{\textsf{G}}_{\sigma}^{\circ}.

Notons G¯σsubscript¯G𝜎\overline{\textbf{{G}}}_{\sigma} le quotient réductif de G~σsuperscriptsubscript~G𝜎\tilde{\textbf{{G}}}_{\sigma}^{\circ}. On a donc un morphisme surjectif Gσ𝖦¯σsuperscriptsubscript𝐺𝜎subscript¯𝖦𝜎G_{\sigma}^{\circ}\rightarrow\overline{\mathsf{G}}_{\sigma} de noyau Gσ+superscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{+}, d’où un isomorphisme :

Gσ/Gσ+𝖦¯σsuperscriptsubscript𝐺𝜎superscriptsubscript𝐺𝜎similar-tosubscript¯𝖦𝜎G_{\sigma}^{\circ}/G_{\sigma}^{+}\overset{\sim}{\longrightarrow}\overline{\mathsf{G}}_{\sigma}

Soit s(𝖦¯σ)ss𝑠subscriptsubscriptsuperscript¯𝖦𝜎𝑠𝑠s\in(\overline{\mathsf{G}}^{*}_{\sigma})_{ss} (rappelons que 𝖦¯σ=G¯σF\overline{\mathsf{G}}^{*}_{\sigma}=\overline{\textsf{{G}}}{}^{*F}_{\sigma}) d’ordre inversible dans ΛΛ\Lambda, on peut alors tirer en arrière par cet isomorphisme l’idempotent es,ΛG¯σsuperscriptsubscript𝑒𝑠Λsubscript¯G𝜎e_{s,\Lambda}^{\overline{\textsf{G}}_{\sigma}} en un idempotent eσs,ΛΛ[Gσ/Gσ+]Λ(Gσ)superscriptsubscript𝑒𝜎𝑠ΛΛdelimited-[]superscriptsubscript𝐺𝜎superscriptsubscript𝐺𝜎subscriptΛsubscript𝐺𝜎e_{\sigma}^{s,\Lambda}\in\Lambda[G_{\sigma}^{\circ}/G_{\sigma}^{+}]\subset\mathcal{H}_{\Lambda}(G_{\sigma}).


Soit xBT0𝑥𝐵subscript𝑇0x\in BT_{0}. Si l’on considère la sous-partie de l’immeuble constituée des polysimplexes τ𝜏\tau tels que xτ𝑥𝜏x\leq\tau alors d’après [Tit79] section 3.5.4, on obtient l’immeuble sphérique ("immeuble des sous-groupes 𝔣𝔣\mathfrak{f}-paraboliques") de 𝖦¯xsubscript¯𝖦𝑥\overline{\mathsf{G}}_{x}.

Soit σBT𝜎𝐵𝑇\sigma\in BT tel que xσ𝑥𝜎x\leq\sigma. Alors GσGxsuperscriptsubscript𝐺𝜎superscriptsubscript𝐺𝑥G_{\sigma}^{\circ}\subset G_{x}^{\circ}. On a ainsi un morphisme GσGx𝖦¯xsuperscriptsubscript𝐺𝜎superscriptsubscript𝐺𝑥subscript¯𝖦𝑥G_{\sigma}^{\circ}\rightarrow G_{x}^{\circ}\rightarrow\overline{\mathsf{G}}_{x}. Notons 𝖯σsubscript𝖯𝜎\mathsf{P}_{\sigma} l’image de Gσsuperscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{\circ} dans 𝖦¯xsubscript¯𝖦𝑥\overline{\mathsf{G}}_{x} qui est un sous-groupe parabolique et 𝖴σsubscript𝖴𝜎\mathsf{U}_{\sigma} son radical unipotent. L’image réciproque de 𝖴σsubscript𝖴𝜎\mathsf{U}_{\sigma} dans Gσsuperscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{\circ} est Gσ+superscriptsubscript𝐺𝜎G_{\sigma}^{+}. Ceci fournit donc un isomorphisme Gσ/Gσ+𝖦¯σ𝖯σ/𝖴σsimilar-to-or-equalssubscript𝐺𝜎superscriptsubscript𝐺𝜎subscript¯𝖦𝜎similar-to-or-equalssubscript𝖯𝜎subscript𝖴𝜎</