Pincement du plan hyperbolique complexe

Pierre Pansu1,21111 Univ Paris-Sud, Laboratoire de Mathématiques d’Orsay, Orsay, F-91405 ;
  2 CNRS, Orsay, F-91405.

RESUME. On montre que la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} des espaces symétriques de rang un, de type non compact, est séparée dans des intervalles ou cela ne résulte pas seulement du pincement de la courbure. En utilisant la structure multiplicative sur la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}, on montre que le plan hyperbolique complexe n’est pas quasiisométrique à une variété riemannienne simplement connexe à courbure sectionnelle strictement 1414-\frac{1}{4}-pincée. Malheureusement, la méthode ne s’étend pas aux autres espaces symétriques de rang un.

ABSTRACT. Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}-cohomology of rank one symmetric spaces of noncompact type is shown to be Hausdorff for values of p𝑝p where this does not follow from curvature pinching. Using the multiplicative structure on Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}-cohomology, it is shown that no simply connected Riemannian manifold with strictly 1414-\frac{1}{4}-pinched sectional curvature can be quasiisometric to complex hyperbolic plane. Unfortunately, the method does not extend to other rank one symmetric spaces.

1 Introduction

1.1 Pincement négatif

Si 1δ<01𝛿0-1\leq\delta<0, on dit qu’une variété riemannienne est δ𝛿\delta-pincée s’il existe a>0𝑎0a>0 tel que sa courbure sectionnelle soit comprise entre a𝑎-a et δa𝛿𝑎\delta a.

Par exemple, l’espace hyperbolique réel est 11-1-pincé. Les espaces symétriques de rang un de type non compact à courbure non constante sont 1414-\frac{1}{4}-pincés. Il s’agit des espaces hyperboliques complexes Hmsuperscript𝐻𝑚\mathbb{C}H^{m}, m2𝑚2m\geq 2, des espaces hyperboliques quaternioniens Hmsuperscript𝐻𝑚\mathbb{H}H^{m}, m2𝑚2m\geq 2, et du plan hyperbolique des octaves de Cayley 𝕆H2𝕆superscript𝐻2\mathbb{O}H^{2}.


Sur ces variétés, peut-on changer de métrique riemannienne et améliorer le pincement ? On demande à la nouvelle métrique de rester équivalente à la précédente. Cette question élégante, posée par M. Gromov, [8], a fait l’objet d’une tentative infructueuse, [24], utilisant la torsion en cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}. Dans le présent article, on complète [24], en montrant que la torsion en cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} des espaces symétriques de rang un s’annule là où l’on aurait préféré qu’elle ne s’annule pas. En outre, en utilisant le cup-produit, on résoud le problème dans le cas du plan hyperbolique complexe, mais, malheureusement, seulement dans ce cas là.

1.2 Cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}

Soit M𝑀M une variété riemannienne. Soit p>1𝑝1p>1 un réel. On note LpΩ(M)superscript𝐿𝑝superscriptΩ𝑀L^{p}\Omega^{*}(M) l’espace de Banach des formes différentielles Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} et Ω,p(M)=LpΩ(M)d1LpΩ(M)superscriptΩ𝑝𝑀superscript𝐿𝑝superscriptΩ𝑀superscript𝑑1superscript𝐿𝑝superscriptΩ𝑀\Omega^{*,p}(M)=L^{p}\Omega^{*}(M)\cap d^{-1}L^{p}\Omega^{*}(M) l’espace des formes différentielles Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} dont la différentielle extérieure est aussi Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}, muni de la norme

ωΩ,p=(ωLpp+dωLpp)1/p.subscriptnorm𝜔superscriptΩ𝑝superscriptsuperscriptsubscriptnorm𝜔superscript𝐿𝑝𝑝superscriptsubscriptnorm𝑑𝜔superscript𝐿𝑝𝑝1𝑝\displaystyle{\parallel\omega\parallel}_{\Omega^{*,p}}=\left({\parallel\omega\parallel}_{L^{p}}^{p}+{\parallel d\omega\parallel}_{L^{p}}^{p}\right)^{1/p}.

La cohomologie du complexe (Ω,p(M),d)superscriptΩ𝑝𝑀𝑑(\Omega^{*,p}(M),d) s’appelle la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} de M𝑀M. Elle est intéressante surtout si M𝑀M est non compacte.

Par définition, la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} est invariante par difféomorphisme bilipschitzien. Dans la classe des variétés simplement connexes à courbure négative ou nulle, c’est un invariant de quasiisométrie (cf. [8]).

En toute généralité, la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} se décompose en cohomologie réduite et torsion

0T,pH,pR,p00superscript𝑇𝑝superscript𝐻𝑝superscript𝑅𝑝00\to T^{*,p}\to H^{*,p}\to R^{*,p}\to 0

où la cohomologie réduite est R,p=kerd/imd¯superscript𝑅𝑝ker𝑑¯im𝑑R^{*,p}={\rm ker}\,d/\overline{{\rm im}\,d} et la torsion est T,p=imd¯/imdsuperscript𝑇𝑝¯im𝑑im𝑑T^{*,p}=\overline{{\rm im}\,d}/{\rm im}\,d. La cohomologie réduite (parfois notée H¯(p)ksubscriptsuperscript¯𝐻𝑘𝑝\overline{H}^{k}_{(p)}) est un espace de Banach sur lequel les isométries de M𝑀M agissent isométriquement. La torsion est non séparée.

Par exemple, la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} de la droite réelle est entièrement de torsion. La cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} du plan hyperbolique est entièrement réduite, voir au paragraphe 7.1. Néanmoins, cohomologie réduite et torsion coexistent souvent.

1.3 Torsion et pincement

La torsion en cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} est sensible au pincement de la courbure sectionnelle, de façon optimale.

Théorème.

[24]. Soient δ]1,0[\delta\in]-1,0[ un réel, n𝑛n et k=2,,n𝑘2𝑛k=2,\ldots,n des entiers. Soit M𝑀M une variété riemannienne complète de dimension n𝑛n, simplement connexe, dont la courbure sectionnelle K𝐾K satisfait 1Kδ1𝐾𝛿-1\leq K\leq\delta. Alors

Tk,p(M)=0,i.e.Hk,p(M)est séparé pour1<p<1+nkk1δ.formulae-sequencesuperscript𝑇𝑘𝑝𝑀0i.e.superscript𝐻𝑘𝑝𝑀est séparé pour1𝑝1𝑛𝑘𝑘1𝛿T^{k,p}(M)=0,\quad\hbox{i.e.}\quad H^{k,p}(M)\quad\hbox{est s{\'{e}}par{\'{e}} pour}\quad 1<p<1+\frac{n-k}{k-1}\sqrt{-\delta}.

Des exemples homogènes montrent que la borne du Théorème 1.3 est optimale pour toutes les valeurs de n𝑛n, k𝑘k, δ𝛿\delta. Les espaces symétriques de rang un à courbure non constante sont de bons candidats lorsque k𝑘k est la dimension du corps de base, 222, 444 ou 888. Toutefois, il s’avère que leur cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} reste séparée au-delà de l’intervalle prescrit par le théorème 1.3, pour k=2𝑘2k=2, 444 ou 888 et δ=14𝛿14\delta=-\frac{1}{4}.

1.4 Torsion des espaces symétriques de rang un

Théorème 1.

Soit M𝑀M un espace symétrique de rang un à courbure non constante, de dimension n=m𝔡𝑛𝑚𝔡n=m\mathfrak{d}, 𝔡=2𝔡2\mathfrak{d}=2, 444 ou 888. On voit M𝑀M comme un produit semi-direct 𝐑αNsubscriptleft-normal-factor-semidirect-product𝛼𝐑𝑁{\bf R}\ltimes_{\alpha}N, où α𝛼\alpha a deux valeurs propres, 1 et 2. Etant donné ktrα/2𝑘tr𝛼2k\leq{\rm tr}\,\alpha/2, notons suivσ(k)suiv𝜎𝑘{\rm suiv}\,\sigma(k) le second élément, dans l’ordre décroissant, de l’ensemble σ(k)𝜎𝑘\sigma(k) des valeurs propres de ΛkαsuperscriptΛ𝑘superscript𝛼top\Lambda^{k}\alpha^{\top}. Si trα/p>suivσ(k1)tr𝛼𝑝suiv𝜎𝑘1{\rm tr}\,\alpha/p>{\rm suiv}\,\sigma(k-1), alors Tk,p(M)=0superscript𝑇𝑘𝑝𝑀0T^{k,p}(M)=0 sauf peut-être lorsque trα/p=maxσ(k1)tr𝛼𝑝𝜎𝑘1{\rm tr}\,\alpha/p=\max\sigma(k-1).

Par exemple, si k=𝔡𝑘𝔡k=\mathfrak{d}, l’intervalle du théorème 1.3 est [1,trα/maxσ(k1)[[1,{\rm tr}\,\alpha/\max\sigma(k-1)[. La torsion Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} reste donc nulle au-delà de cette borne. Il reste à traiter le cas limite p=trα/maxσ(𝔡1)=(m𝔡+𝔡2)/(2𝔡2)𝑝tr𝛼𝜎𝔡1𝑚𝔡𝔡22𝔡2p={\rm tr}\,\alpha/\max\sigma(\mathfrak{d}-1)=(m\mathfrak{d}+\mathfrak{d}-2)/(2\mathfrak{d}-2). Il est vraisemblable que la torsion est nulle pour cette valeur particulière, inaccessible par notre méthode. C’est le cas pour le plan hyperbolique complexe (𝔡=2𝔡2\mathfrak{d}=2, m=2𝑚2m=2). En effet, il s’agit des 2-formes L2superscript𝐿2L^{2}, cas où diverses méthodes sont disponibles, voir [3], [7]. Mieux, N. Lohoué, a prouvé que la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} reste séparée pour p𝑝p voisin de 2, lorsque 00 est isolé dans le spectre du laplacien L2superscript𝐿2L^{2}, d’abord dans le cas des espaces symétriques, [17], puis dans le cas général, [18]. Son résultat recouvre donc le nôtre dans ce cas particulier.

1.5 Cup-produit en cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}

Le produit extérieur d’une k𝑘k-forme fermée Lqsuperscript𝐿𝑞L^{q} et d’une \ell-forme fermée Lrsuperscript𝐿𝑟L^{r} est une (k+)𝑘(k+\ell)-forme fermée Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} si 1p=1q+1r1𝑝1𝑞1𝑟\frac{1}{p}=\frac{1}{q}+\frac{1}{r}. Si l’une des deux est exacte, il en est de même du produit. Le cup-produit \smile est donc bien défini en cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} : il va de Hk,q(M)×H,r(M)superscript𝐻𝑘𝑞𝑀superscript𝐻𝑟𝑀H^{k,q}(M)\times H^{\ell,r}(M) dans Hk+,p(M)superscript𝐻𝑘𝑝𝑀H^{k+\ell,p}(M).

Cette opération est clairement fonctorielle sous les difféomorphismes bilipschitziens. Nous aurons besoin d’un résultat un peu plus général.

Théorème.

[21] Soient M𝑀M, Msuperscript𝑀M^{\prime} des variétés riemanniennes complètes, simplement connexes, à courbure pincée négativement. Soit f:MM:𝑓𝑀superscript𝑀f:M\to M^{\prime} une quasiisométrie. Alors f𝑓f induit un isomorphisme f:H,p(M)H,p(M):superscript𝑓superscript𝐻𝑝superscript𝑀superscript𝐻𝑝𝑀f^{*}:H^{*,p}(M^{\prime})\to H^{*,p}(M) qui préserve le cup-produit.

1.6 Algèbre de Royden

Définition 1.

(Bourdon-Pajot [4], adapté au cas des variétés). Soit M𝑀M une variété riemannienne. Soit q1𝑞1q\geq 1. L’algèbre de Royden q(M)superscript𝑞𝑀\mathcal{R}^{q}(M) est l’espace des fonctions bornées u𝑢u sur M𝑀M telles que duLq𝑑𝑢superscript𝐿𝑞du\in L^{q}.

Par définition, tout uq(M)𝑢superscript𝑞𝑀u\in\mathcal{R}^{q}(M) définit une classe notée [du]H1,q(M)delimited-[]𝑑𝑢superscript𝐻1𝑞𝑀[du]\in H^{1,q}(M). Si M𝑀M est simplement connexe, l’application u[du]maps-to𝑢delimited-[]𝑑𝑢u\mapsto[du], q(M)H1,q(M)superscript𝑞𝑀superscript𝐻1𝑞𝑀\mathcal{R}^{q}(M)\to H^{1,q}(M) est surjective, et son noyau est 𝐑Idirect-sum𝐑𝐼{\bf R}\oplus II𝐼I désigne l’idéal des fonctions LqLsuperscript𝐿𝑞superscript𝐿L^{q}\cap L^{\infty}. Ce lien avec la cohomologie Lqsuperscript𝐿𝑞L^{q} rend les algèbres de Royden fonctorielles sous les quasiisométries, voir [4].

Théorème 2.

Soit M𝑀M une variété riemannienne complète de dimension n𝑛n, simplement connexe, dont la courbure sectionnelle K𝐾K satisfait 1Kδ<01𝐾𝛿0-1\leq K\leq\delta<0. Soient r>p1𝑟𝑝1r>p\geq 1, soit q𝑞q le réel tel que 1p=1q+1r1𝑝1𝑞1𝑟\frac{1}{p}=\frac{1}{q}+\frac{1}{r}. Supposons que

p<1+nkk1δetr<1+nk+1k2δ.formulae-sequence𝑝1𝑛𝑘𝑘1𝛿et𝑟1𝑛𝑘1𝑘2𝛿\displaystyle p<1+\frac{n-k}{k-1}\sqrt{-\delta}\quad\mathrm{et}\quad r<1+\frac{n-k+1}{k-2}\sqrt{-\delta}.

Soit κHk1,r(V)𝜅superscript𝐻𝑘1𝑟𝑉\kappa\in H^{k-1,r}(V). Alors l’ensemble

κ={uq(M)|[du]κ=0}subscript𝜅conditional-set𝑢superscript𝑞𝑀delimited-[]𝑑𝑢𝜅0\displaystyle\mathcal{R}_{\kappa}=\{u\in\mathcal{R}^{q}(M)\,|\,[du]\smile\kappa=0\}

est une sous-algèbre de q(M)superscript𝑞𝑀\mathcal{R}^{q}(M).

Remarque 2.

Soit δ<14𝛿14\delta<-\frac{1}{4}, 𝔡=2𝔡2\mathfrak{d}=2, 444 ou 888, n=m𝔡+𝔡2𝑛𝑚𝔡𝔡2n=m\mathfrak{d}+\mathfrak{d}-2, k=𝔡𝑘𝔡k=\mathfrak{d}, q=r=2p𝑞𝑟2𝑝q=r=2p. Il existe p0(δ)>(m𝔡+𝔡2)/(2𝔡2)subscript𝑝0𝛿𝑚𝔡𝔡22𝔡2p_{0}(\delta)>(m\mathfrak{d}+\mathfrak{d}-2)/(2\mathfrak{d}-2) tel que le Théorème 2 s’applique pour tout p<p0𝑝subscript𝑝0p<p_{0}.

La borne sur p𝑝p donnée dans le théorème 2 est optimale, notamment pour le plan hyperbolique complexe. Plus précisément, on doit utiliser une version localisée dans certains ouverts, voir la Proposition 43 pour un énoncé précis. De même, on a simplifié l’énoncé suivant, dont la version technique est la Proposition 44.

Théorème 3.

Soit M=H2𝑀superscript𝐻2M=\mathbb{C}H^{2} le plan hyperbolique complexe. Soit p𝑝p tel que 2<p<42𝑝42<p<4. Soit q=r=2p𝑞𝑟2𝑝q=r=2p. Soit η𝜂\eta un point de la sphère à l’infini. Il existe une forme fermée ω𝜔\omega et une fonction u𝑢u sur M𝑀M telles que, pour tout cône V𝑉V de sommet η𝜂\eta sur un ouvert de la sphère à l’infini dont l’adhérence ne contient pas η𝜂\eta,

  1. 1.

    ωΩ1,p(V)𝜔superscriptΩ1𝑝𝑉\omega\in\Omega^{1,p}(V) et uq(V)𝑢superscript𝑞𝑉u\in\mathcal{R}^{q}(V) ;

  2. 2.

    [du][ω]=0delimited-[]𝑑𝑢delimited-[]𝜔0[du]\smile[\omega]=0 dans H2,p(V)superscript𝐻2𝑝𝑉H^{2,p}(V) ;

  3. 3.

    d(u2)[ω]0𝑑superscript𝑢2delimited-[]𝜔0d(u^{2})\smile[\omega]\not=0 dans H2,p(V)superscript𝐻2𝑝𝑉H^{2,p}(V).

C’est le théorème 3 qui ne s’étend pas aux autres espaces symétriques de rang un. Le mécanisme algébrique qui s’y oppose est expliqué dans le Corollaire 38.

1.7 Cup-produit et pincement

En combinant les (versions techniques des) théorèmes 1.5, 2 et 3, on obtient le pincement optimal pour le plan hyperbolique complexe.

Corollaire 3.

Soit M𝑀M une variété riemannienne complète de dimension n𝑛n, simplement connexe, dont la courbure sectionnelle K𝐾K satisfait 1Kδ<01𝐾𝛿0-1\leq K\leq\delta<0. Si δ<14𝛿14\delta<-\frac{1}{4}, M𝑀M n’est pas quasiisométrique au plan hyperbolique complexe H2superscript𝐻2\mathbb{C}H^{2}.

2 Méthode

2.1 Formule de Künneth

L’idée de [24] est qu’une forme fermée Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} sur une variété riemannienne à courbure sectionnelle négative pincée possède une valeur au bord, qui est une forme fermée de même degré sur le bord à l’infini. Cette valeur au bord ne dépend que de la classe de cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}. En degré 1, cette construction marche pour tout p1𝑝1p\geq 1. En degré supérieur, il faut supposer que p𝑝p est assez petit. [24] donne une borne en fonction du pincement de la courbure, celle du Théorème 1.3. L’opérateur valeur au bord injecte l’espace Hk,psuperscript𝐻𝑘𝑝H^{k,p} dans un espace fonctionnel de formes différentielles fermées sur le bord, cela entraîne que Hk,psuperscript𝐻𝑘𝑝H^{k,p} est séparé. Par exemple, pour le plan hyperbolique complexe, H2,psuperscript𝐻2𝑝H^{2,p} est séparé pour p<2𝑝2p<2.

Pour aller au-delà de la borne du Théorème 1.3, on développe un avatar de la formule de Künneth. En effet, une fois fixé un point à l’infini, la variété devient un produit 𝐑×H𝐑𝐻{\bf R}\times HH𝐻H est une horosphère. Toutefois, la métrique riemannienne sur ce produit n’est pas un produit riemannien, ni même un produit tordu (le cas des produits tordus est bien compris, voir [9, 11, 12, 13, 14, 15]). Lorsque la variété est homogène, il s’agit d’un produit pluri-tordu, au sens où la métrique croît exponentiellement, mais avec des taux de croissance différents suivant les directions. Du coup, la formule à la Künneth n’exprime pas la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} de 𝐑×H𝐑𝐻{\bf R}\times H en fonction de la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} de chaque facteur, mais elle en ramène le calcul à celui de la cohomologie d’un complexe ,psuperscript𝑝{\cal B}^{*,p} de formes différentielles sur H𝐻H. L’espace ,psuperscript𝑝{\cal B}^{*,p} est constitué de formes différentielles dont certaines composantes s’annulent et les autres appartiennent à des sortes d’espaces de Besov anisotropes. Par exemple, l’espace hyperbolique réel (à courbure constante) s’écrit 𝐑×𝐑n1𝐑superscript𝐑𝑛1{\bf R}\times{\bf R}^{n-1} et k,psuperscript𝑘𝑝{\cal B}^{k,p} est à peu de choses près l’espace des k𝑘k-formes différentielles fermées sur 𝐑n1superscript𝐑𝑛1{\bf R}^{n-1} à coefficients dans l’espace de Besov Bp,pk+(n1p)superscriptsubscript𝐵𝑝𝑝𝑘𝑛1𝑝\displaystyle B_{p,p}^{-k+(\frac{n-1}{p})}, voir [22]. Autrement dit, la question de savoir si la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} est séparée ou même nulle mêle analyse et algèbre.

Lorsque p=2𝑝2p=2, la torsion est liée à la présence de spectre proche de 00 pour le laplacien. Le calcul de la torsion pour des produits tordus s’apparente à l’étude des petites valeurs propres du laplacien sur les formes dans la limite adiabatique, voir par exemple [19] ou [6], où les considérations algébriques jouent un grand rôle. La nouveauté tient dans le fait que les poids (la “taille” des fibres) tendent simultanément vers l’infini et vers 00 suivant les directions (mélange de limite adiabatique et antiadiabatique). C’est le caractère antiadiabatique qui produit les espaces de Besov.

La preuve de la formule de Künneth est inspirée des travaux de A.N. Livsic [16] sur la cohomologie des systèmes dynamiques. Nous nous sommes aussi inspirés de la terminologie des systèmes dynamiques : l’hypothèse qui fait marcher la formule de Künneth pluri-tordue en degré k𝑘k, pour un exposant p𝑝p est l’existence d’un flot (k1,p)𝑘1𝑝(k-1,p)-Anosov. Un flot (0,)0(0,\infty)-Anosov n’est autre qu’un flot d’Anosov.

2.2 Torsion

Les formes basiques sur 𝐑×H𝐑𝐻{\bf R}\times H sont les formes différentielles sur H𝐻H qui, quand on les tire en arrière sur 𝐑×H𝐑𝐻{\bf R}\times H, possèdent (ainsi que leur différentielle extérieure), 11-1 dérivée dans Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}. Cette propriété d’allure analytique entraîne aussi l’annulation pure et simple de certaines composantes.

Dans le langage de la formule de Künneth pluri-tordue, voici ce qui se produit dans le régime du Théorème 1.3 : le complexe des formes basiques ,psuperscript𝑝{\cal B}^{*,p} est de longueur 1, il n’est non nul qu’en un seul degré k𝑘k (dépendant de p𝑝p). Par conséquent, sa cohomologie, trivialement séparée, est égale à l’espace k,psuperscript𝑘𝑝{\cal B}^{k,p}, qui ne contient que des formes fermées.

Pour les espaces hyperboliques complexes, le complexe des formes basiques est souvent de longueur 2. C’est le cas, pour le plan hyperbolique complexe, lorsque 2<p<42𝑝42<p<4. Les espaces non nuls sont 1,psuperscript1𝑝{\cal B}^{1,p} et 2,psuperscript2𝑝{\cal B}^{2,p}. Ici, H𝐻H s’identifie au groupe d’Heisenberg de dimension 3, avec sa forme de contact invariante à gauche τ𝜏\tau. Les éléments de 1,psuperscript1𝑝{\cal B}^{1,p} sont des 111-formes différentielles de la forme ψ=uτ𝜓𝑢𝜏\psi=u\tau, où u𝑢u est une fonction appartenant à un espace de Besov anisotrope. Leurs différentielles s’écrivent duτ+udτ𝑑𝑢𝜏𝑢𝑑𝜏du\wedge\tau+u\,d\tau, i.e. elles se décomposent en deux morceaux, d0ψ=udτsubscript𝑑0𝜓𝑢𝑑𝜏d_{0}\psi=u\,d\tau et d1ψ=duτsubscript𝑑1𝜓𝑑𝑢𝜏d_{1}\psi=du\wedge\tau, le second s’exprimant au moyen des dérivées du premier. En voici deux conséquences.

  1. 1.

    Cette propriété n’est pas automatiquement satisfaite par une 222-forme fermée sur H𝐻H. Autrement dit, une 222-forme fermée de 2,psuperscript2𝑝{\cal B}^{2,p} est exacte si et seulement si elle satisfait une équation différentielle non triviale.

  2. 2.

    ψ𝜓\psi est déterminée algébriquement par dψ𝑑𝜓d\psi. Cela entraîne que l’image d1,p𝑑superscript1𝑝d{\cal B}^{1,p} est fermée dans 2,psuperscript2𝑝{\cal B}^{2,p}.

Le point 2 se généralise aux autres espaces symétriques de rang un, dans le degré égal à la dimension (222, 444 ou 888) du corps de base (et aussi bien d’autres degrés, voir le Théorème 1). En revanche, le phénomène 1 ne se produit pas dans ce degré. Il se produit dans d’autres degrés, mais c’est sans utilité pour la question du pincement optimal.

Pour une autre approche de la torsion dans le cas des espaces hyperboliques complexes, voir [20].

2.3 Algèbre de Royden

Dans le régime du Théorème 1.3, une forme fermée Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} est exacte si et seulement si sa valeur au bord est nulle. Il s’agit d’une condition non différentielle. L’espace des solutions est donc un module sur une algèbre de fonctions sur le bord (l’algèbre de Royden, introduite par M. Bourdon et H. Pajot, fait l’affaire) ? Pas exactement, puisque les valeurs au bord sont automatiquement fermées. Mais nous parvenons tout de même à saisir le changement, lorsque p𝑝p dépasse la borne du Théorème 1.3, de la caractérisation des formes exactes, au moyen de la structure multiplicative sur la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}. Si u𝑢u appartient à la bonne algèbre de Royden, et ω𝜔\omega est une forme fermée, duω𝑑𝑢𝜔du\wedge\omega est exacte si et seulement si sa valeur au bord duω𝑑subscript𝑢subscript𝜔du_{\infty}\wedge\omega_{\infty} est nulle. Les fonctions usubscript𝑢u_{\infty} satisfaisant cette propriété forment une sous-algèbre, c’est le Théorème 2.

Dans le cas du plan hyperbolique complexe, lorsque 2<p<42𝑝42<p<4, ω𝜔\omega est de degré 1, c’est la différentielle d’une fonction v𝑣v. Alors dudv𝑑𝑢𝑑𝑣du\wedge dv est exacte si et seulement si, en (presque) tout point du bord à l’infini, dudv𝑑𝑢𝑑𝑣du\wedge dv s’annule sur le plan de contact. De ce système d’equations différentielles bilinéaire, du premier ordre, sur le groupe d’Heisenberg, nous n’avons pas su trouver de solutions qui décroissent à l’infini. Ne disposant que d’un contre-exemple local à la propriété de sous-algèbre, nous avons dû donner une version localisée (au voisinage d’un point à l’infini) du Théorème 2, c’est la proposition 43. Avec l’invariance de la cohomologie Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p} (localisée) par quasiisométrie, on obtient le pincement optimal du plan hyperbolique complexe.

2.4 Plan de l’article

La formule de Künneth ne fonctionne pas pour certaines valeurs de p𝑝p baptisées exposants critiques, et calculés dans des exemples en section 3. La formule de Künneth pluri-tordue est énoncée et démontrée en 4. Les sections 5 et 6 tentent, de façon inparfaite, de cerner les espaces k,psuperscript𝑘𝑝{\cal B}^{k,p}. En section 7, on en tire un critère d’annulation de la torsion qui culmine avec la preuve du Théorème 1 en 7.3. On trouve en section 8 les preuves des Théorèmes 2 et 3, ou plutôt, de versions localisées de ces résultats. La preuve du Corollaire 3 s’en déduit aisément en section 9.

3 Exposants critiques

On note Gl+(n1)𝐺superscript𝑙𝑛1Gl^{+}(n-1) le groupe des matrices n1×n1𝑛1𝑛1n-1\times n-1 de déterminant strictement positif. On considère des représentations linéaires ρ𝜌\rho du groupe Gl+(n1)𝐺superscript𝑙𝑛1Gl^{+}(n-1) sur des espaces euclidiens, qui ont la propriété que le sous-groupe SO(n1)𝑆𝑂𝑛1SO(n-1) agit par isométries. Si M𝑀M est une variété orientée de dimension n𝑛n portant un champ de vecteurs ξ𝜉\xi qui ne s’annule pas, on construit le fibré vectoriel Eρsubscript𝐸𝜌E_{\rho} associé au fibré des repères directs ayant ξ𝜉\xi comme premier vecteur. Tout difféomorphisme préservant l’orientation et le champ ξ𝜉\xi agit sur le fibré Eρsubscript𝐸𝜌E_{\rho}. Si de plus M𝑀M porte une métrique riemannienne, alors Eρsubscript𝐸𝜌E_{\rho} porte une métrique lui aussi. On note ΛksuperscriptΛ𝑘\Lambda^{k} la représentation de Gl+(n1)𝐺superscript𝑙𝑛1Gl^{+}(n-1) sur Λk𝐑n1superscriptΛ𝑘superscript𝐑𝑛1\Lambda^{k}{\bf R}^{n-1}.

Définition 4.

Soit M𝑀M une variété riemannienne de dimension n𝑛n. Soit ξ𝜉\xi un champ de vecteurs unitaire complet sur M𝑀M. Soit ρ𝜌\rho une représentation linéaire du groupe Gl+(n1)𝐺superscript𝑙𝑛1Gl^{+}(n-1). On dit que ξ𝜉\xi est ρ𝜌\rho-Anosov s’il existe des constantes positives C𝐶C et η𝜂\eta et une décomposition

Eρ=Eρ+Eρsubscript𝐸𝜌direct-sumsuperscriptsubscript𝐸𝜌superscriptsubscript𝐸𝜌E_{\rho}=E_{\rho}^{+}\oplus E_{\rho}^{-}

invariante par le flot ϕtsubscriptitalic-ϕ𝑡\phi_{t} de ξ𝜉\xi, et telle que

  • quasi-orthogonalité : si e±Eρ±subscript𝑒plus-or-minussuperscriptsubscript𝐸𝜌plus-or-minuse_{\pm}\in E_{\rho}^{\pm}, alors

    |e+|2+|e|2C|e++e|2;superscriptsubscript𝑒2superscriptsubscript𝑒2𝐶superscriptsubscript𝑒subscript𝑒2|e_{+}|^{2}+|e_{-}|^{2}\leq C\,|e_{+}+e_{-}|^{2};
  • contraction : si eEρ±𝑒superscriptsubscript𝐸𝜌plus-or-minuse\in E_{\rho}^{\pm}, alors pour tout t0𝑡0t\geq 0,

    |ϕ±t(e)|Ceηt.subscriptitalic-ϕplus-or-minus𝑡𝑒𝐶superscript𝑒𝜂𝑡|\phi_{\pm t}(e)|\leq C\,e^{-\eta t}.

Soit p1𝑝1p\geq 1. On dit que ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-Anosov, ou bien que p𝑝p est un exposant non critique en degré k𝑘k si ξ𝜉\xi est ρ𝜌\rho-Anosov pour la représentation ρ=Λk(det)1/p𝜌tensor-productsuperscriptΛ𝑘superscript𝑑𝑒𝑡1𝑝\rho=\Lambda^{k}\otimes(det)^{-1/p} de Gl+(n1)𝐺superscript𝑙𝑛1Gl^{+}(n-1).

On dit que ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-contractant si ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-Anosov et Λ+k=0subscriptsuperscriptΛ𝑘0\Lambda^{k}_{+}=0. On dit que ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-dilatant si ξ𝜉-\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-contractant.

Concrètement, pour ρ=Λk𝜌superscriptΛ𝑘\rho=\Lambda^{k}, les sections du fibré dual (Eρ)superscriptsubscript𝐸𝜌(E_{\rho})^{*} s’identifient aux k𝑘k-formes différentielles sur M𝑀M annulées par le produit intérieur par ξ𝜉\xi, ιξsubscript𝜄𝜉\iota_{\xi}. Une décomposition (k,p)𝑘𝑝(k,p)-Anosov est une décomposition quasi-orthogonale

ΛkTMkerιξ=Λ+kΛksuperscriptΛ𝑘superscript𝑇𝑀kersubscript𝜄𝜉direct-sumsubscriptsuperscriptΛ𝑘subscriptsuperscriptΛ𝑘\Lambda^{k}T^{*}M\cap{\rm ker}\,\iota_{\xi}=\Lambda^{k}_{+}\oplus\Lambda^{k}_{-}

telle que

|(Λkdϕ±t)|Λ±|pconst.epηtJac(ϕt)|(\Lambda^{k}d\phi_{\pm t})_{|\Lambda_{\pm}}|^{p}\leq\hbox{const.}e^{-p\eta t}Jac(\phi_{t})

pour tout t0𝑡0t\geq 0. Si β𝛽\beta est une k𝑘k-forme différentielle sur M𝑀M qui, en chaque point, est à valeurs dans ΛsubscriptΛ\Lambda_{-}, alors, pour tout t0𝑡0t\geq 0,

ϕtβLpconst.eηtϕtβLp.subscriptnormsuperscriptsubscriptitalic-ϕ𝑡𝛽superscript𝐿𝑝const.superscript𝑒𝜂𝑡subscriptnormsuperscriptsubscriptitalic-ϕ𝑡𝛽superscript𝐿𝑝\displaystyle\parallel\phi_{t}^{*}\beta\parallel_{L^{p}}\leq\hbox{const.}\,e^{-\eta t}\parallel\phi_{t}^{*}\beta\parallel_{L^{p}}.

Remarque.   Un champ de vecteurs est Anosov au sens des systèmes dynamiques si et seulement si il est (0,+)0(0,+\infty)-Anosov.

Remarque.   Si la divergence div(ξ)𝑑𝑖𝑣𝜉div(\xi) est bornée, alors les exposants non critiques forment un ouvert de ]1,+]]1,+\infty].

Exemple.   S’il existe η>0𝜂0\eta>0 tel que div(ξ)η𝑑𝑖𝑣𝜉𝜂div(\xi)\geq\eta, alors aucun exposant p1𝑝1p\geq 1 n’est critique en degrés 00, seul 1 est critique en degré n1𝑛1n-1. Le champ ξ𝜉\xi est (0,p)0𝑝(0,p)-contractant pour tout p1𝑝1p\geq 1 et (n1,p)𝑛1𝑝(n-1,p)-dilatant pour tout p>1𝑝1p>1.

En effet, si k=0𝑘0k=0 ou k=n1𝑘𝑛1k=n-1, ΛkTMkerιξsuperscriptΛ𝑘superscript𝑇𝑀kersubscript𝜄𝜉\Lambda^{k}T^{*}M\cap{\rm ker}\,\iota_{\xi} est de dimension 111, Λ0dϕtsuperscriptΛ0𝑑subscriptitalic-ϕ𝑡\Lambda^{0}d\phi_{t} est l’identité, |Λn1dϕt|=Jac(ϕt)eηtsuperscriptΛ𝑛1𝑑subscriptitalic-ϕ𝑡𝐽𝑎𝑐subscriptitalic-ϕ𝑡superscript𝑒𝜂𝑡|\Lambda^{n-1}d\phi_{t}|=Jac(\phi_{t})\geq e^{\eta t}.

Les deux paragraphes suivants donnent des exemples moins triviaux.

3.1 Variétés à courbure négative pincée

Dans une variété simplement connexe à courbure négative, un champ de vecteurs de Busemann est la limite (lorsqu’elle existe) des gradients des fonctions distance à une suite de points tendant vers l’infini. Un tel champ ξ𝜉\xi est aussi différentiable que la métrique. Son flot augmente exponentiellement la longueur des vecteurs, donc ξ𝜉\xi est (k,+)𝑘(k,+\infty)-dilatant pour tout k=1,,n𝑘1𝑛k=1,\ldots,n. On s’attend à ce qu’il reste (k,p)𝑘𝑝(k,p)-dilatant pour p𝑝p assez grand. La proposition suivante le garantit, sous une hypothèse faisant intervenir les deux bornes de la courbure sectionnelle.

Proposition 5.

(Voir [24], Proposition 5). Soit M𝑀M une variété riemannienne complète de dimension n𝑛n, simplement connexe, dont la courbure sectionnelle K𝐾K satisfait 1Kδ<01𝐾𝛿0-1\leq K\leq\delta<0. Soit ξ𝜉\xi un champ de vecteurs de Busemann. Si k=0,,n1𝑘0𝑛1k=0,\cdots,n-1 et si p>1𝑝1p>1 satisfait

p<1+nk1kδ, (resp. p>1+nk1kδ),p<1+\frac{n-k-1}{k}\sqrt{-\delta},\quad\hbox{ (resp. }p>1+\frac{n-k-1}{k\sqrt{-\delta}}),

alors le champ ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-contractant (resp. (k,p)𝑘𝑝(k,p)-dilatant).

3.2 Groupes de Lie

Proposition 6.

Soit G𝐺G un groupe de Lie muni d’une métrique riemannienne invariante à gauche. Soit ξ𝜉\xi un champ de vecteur invariant à gauche sur G𝐺G. On note ξ𝔤superscript𝜉bottomsuperscript𝔤\xi^{\bot}\subset\mathfrak{g}^{*} le sous-espace des formes linéaires qui s’annulent sur ξ𝜉\xi. On note w1,,wdim(𝔤)1subscript𝑤1subscript𝑤dim𝔤1w_{1},\ldots,w_{{\rm dim}\,(\mathfrak{g})-1} les parties réelles des valeurs propres de adξ𝑎superscriptsubscript𝑑𝜉topad_{\xi}^{\top} sur ξsuperscript𝜉bottom\xi^{\bot}, comptées autant de fois que leurs multiplicités. On note h=tradξ=j=1dim(𝔤)1wjtr𝑎subscript𝑑𝜉superscriptsubscript𝑗1dim𝔤1subscript𝑤𝑗\displaystyle h={\rm tr}\,ad_{\xi}=\sum_{j=1}^{{\rm dim}\,(\mathfrak{g})-1}w_{j}. Un réel p1𝑝1p\geq 1 est un exposant critique en degré k𝑘k pour ξ𝜉\xi si et seulement si h/p𝑝h/p s’écrit comme somme de k𝑘k nombres parmi les wjsubscript𝑤𝑗w_{j}.

Preuve.   Soit Λ+kΛk𝔤kerιξ=ΛkξsubscriptsuperscriptΛ𝑘superscriptΛ𝑘superscript𝔤kersubscript𝜄𝜉superscriptΛ𝑘superscript𝜉perpendicular-to\Lambda^{k}_{+}\subset\Lambda^{k}\mathfrak{g}^{*}\cap{\rm ker}\,\iota_{\xi}=\Lambda^{k}\xi^{\perp} (resp. ΛksubscriptsuperscriptΛ𝑘\Lambda^{k}_{-}) la somme des espaces caractéristiques de ΛkadξsuperscriptΛ𝑘𝑎superscriptsubscript𝑑𝜉top\Lambda^{k}ad_{\xi}^{\top} relatifs à des valeurs propres w𝑤w telles que hpw>0𝑝𝑤0h-pw>0 (resp. hpw<0𝑝𝑤0h-pw<0). On note de la même façon les sous-fibrés obtenus en translatant à gauche ces sous-espaces. Notons η0subscript𝜂0\eta_{0} le plus petit des nombres |hpw|𝑝𝑤|h-pw|w𝑤w décrit les valeurs propres de ΛkadξsuperscriptΛ𝑘𝑎subscript𝑑𝜉\Lambda^{k}ad_{\xi} sur ΛkξsuperscriptΛ𝑘superscript𝜉perpendicular-to\Lambda^{k}\xi^{\perp}. Fixons un η<η0𝜂subscript𝜂0\eta<\eta_{0}.

Par définition, LexptξRexptξ=Adexptξ=exp(tadξ)subscript𝐿𝑡𝜉subscript𝑅𝑡𝜉𝐴subscript𝑑𝑡𝜉𝑡𝑎subscript𝑑𝜉L_{\exp-t\xi}\circ R_{\exp t\xi}=Ad_{\exp t\xi}=\exp(t\,ad_{\xi}). Comme les sous-fibrés Λ±subscriptsuperscriptΛplus-or-minus\Lambda^{*}_{\pm} sont invariants par adξ𝑎subscript𝑑𝜉ad_{\xi}, ils sont invariants par les translations à droite ϕt=Rexptξsubscriptitalic-ϕ𝑡subscript𝑅𝑡𝜉\phi_{t}=R_{\exp t\xi} qui constituent le flot de ξ𝜉\xi.

Le champ de vecteurs ξ𝜉\xi a une divergence constante égale à hh, donc le jacobien de son flot vaut exactement ehtsuperscript𝑒𝑡e^{ht}.

Soit ωΛ+k𝜔subscriptsuperscriptΛ𝑘\omega\in\Lambda^{k}_{+} une forme différentielle invariante à gauche qui est dans l’image de ιξsubscript𝜄𝜉\iota_{\xi}. On a

(ϕt)ω=Adexptξω=(exptadξ)ω.superscriptsubscriptitalic-ϕ𝑡𝜔𝐴superscriptsubscript𝑑𝑡𝜉𝜔superscript𝑡𝑎subscript𝑑𝜉𝜔(\phi_{t})^{*}\omega=Ad_{\exp t\xi}^{*}\omega=(\exp t\,ad_{\xi})^{*}\omega.

Comme η<η0𝜂subscript𝜂0\eta<\eta_{0}, il existe une constante indépendante de ω𝜔\omega et de t𝑡t telle que pour tout t0𝑡0t\geq 0,

|(exptadξ)ω|const.et(hη)/p|ω|.superscript𝑡𝑎subscript𝑑𝜉𝜔const.superscript𝑒𝑡𝜂𝑝𝜔|(\exp t\,ad_{\xi})^{*}\omega|\leq\hbox{const.}e^{t(h-\eta)/p}|\omega|.

Il vient

|(ϕt)ω|p=const.eηtJ(ϕt)|ω|p.superscriptsuperscriptsubscriptitalic-ϕ𝑡𝜔𝑝const.superscript𝑒𝜂𝑡𝐽subscriptitalic-ϕ𝑡superscript𝜔𝑝|(\phi_{t})^{*}\omega|^{p}=\hbox{const.}e^{-\eta t}J(\phi_{t})|\omega|^{p}.

On conclut que p𝑝p est non critique en degré k𝑘k.

Inversement, s’il existe un couple de valeurs propres conjuguées (λ,λ¯)𝜆¯𝜆(\lambda,\overline{\lambda}) de (Λkadξ)|Λkξ(\Lambda^{k}ad_{\xi})_{|\Lambda^{k}\xi^{\perp}} de partie réelle h/p𝑝h/p, alors sur la partie réelle de la somme des sous-espaces caractéristiques correspondants, exptadξnorm𝑡𝑎subscript𝑑𝜉{\parallel\exp t\,ad_{\xi}\parallel} est polynomial en t𝑡t donc ne décroît pas exponentiellement, et p𝑝p est critique en degré k𝑘k.

Enfin, les valeurs propres de l’action de ξ𝜉\xi sur Λk(ξ)(𝔤)ksuperscriptΛ𝑘superscript𝜉bottomsuperscriptsuperscript𝔤tensor-productabsent𝑘\Lambda^{k}(\xi^{\bot})\subset(\mathfrak{g}^{*})^{\otimes k} sont les sommes de k𝑘k valeurs propres de adξ𝑎subscript𝑑𝜉ad_{\xi} sur ξsuperscript𝜉bottom\xi^{\bot}. q.e.d.

Corollaire 7.

Si G𝐺G n’est pas unimodulaire, un champ de vecteurs invariant à gauche générique sur G𝐺G a au plus un nombre fini d’exposants critiques.

Corollaire 8.

Soit H𝐻H un groupe de Lie d’algèbre de Lie 𝔥𝔥\mathfrak{h}. Soit α𝛼\alpha une dérivation de 𝔥𝔥\mathfrak{h}, semi-simple, à valeurs propres réelles. Autrement dit, il existe une base de 𝔥𝔥\mathfrak{h} dans laquelle la matrice de α𝛼\alpha est diagonale, diag(w1,,wn1)𝑑𝑖𝑎𝑔subscript𝑤1subscript𝑤𝑛1diag(w_{1},\ldots,w_{n-1}). Soit G=𝐑×H𝐺𝐑𝐻G={\bf R}\times H muni de la multiplication

(t,h)(t,h)=(t+t,etα(h)h).𝑡superscript𝑡superscript𝑡superscript𝑡superscript𝑒𝑡𝛼superscript(t,h)(t^{\prime},h^{\prime})=(t+t^{\prime},e^{t\alpha}(h)h^{\prime}).

Soit ξ=t𝜉𝑡\xi=\frac{\partial}{\partial t} le champ de vecteurs invariant à gauche correspondant au facteur 𝐑𝐑{\bf R}. Alors ξ=𝔥superscript𝜉bottomsuperscript𝔥\xi^{\bot}=\mathfrak{h}^{*}. Supposons h=tr(α)>0tr𝛼0h=\mathrm{tr}(\alpha)>0. Alors, pour tout k=0,n1=dim(H)formulae-sequence𝑘0𝑛1dim𝐻k=0,\ldots n-1={\rm dim}\,(H) et p1𝑝1p\geq 1,

Λ+(p)k={(wj1,,wjk)|wj1++wjk>h/p}=1kΛwj,subscriptsuperscriptΛ𝑘𝑝subscriptdirect-sumconditional-setsubscript𝑤subscript𝑗1subscript𝑤subscript𝑗𝑘subscript𝑤subscript𝑗1subscript𝑤subscript𝑗𝑘𝑝superscriptsubscripttensor-product1𝑘subscriptΛsubscript𝑤subscript𝑗\displaystyle\Lambda^{k}_{+(p)}=\bigoplus_{\{(w_{j_{1}},\ldots,w_{j_{k}})\,|\,w_{j_{1}}+\cdots+w_{j_{k}}>h/p\}}\bigotimes_{\ell=1}^{k}\Lambda_{w_{j_{\ell}}},

où, par convention, lorsqu’un même nombre w𝑤w est répété m𝑚m fois, le produit tensoriel doit être interprété comme une puissance extérieure m𝑚m-ème.

3.3 Exemples

Exemple.   Soit G=𝐑α𝐑2𝐺subscriptleft-normal-factor-semidirect-product𝛼𝐑superscript𝐑2G={\bf R}\ltimes_{\alpha}{\bf R}^{2} le produit semi-direct défini par la dérivation α=(λ001)𝛼matrix𝜆conditional001\alpha=\begin{pmatrix}\lambda&0\|0&1\end{pmatrix}. Si λ>0𝜆0\lambda>0, G𝐺G est à courbure sectionnelle strictement négative. G𝐺G est unimodulaire si et seulement si λ=1𝜆1\lambda=-1. Si λ=0𝜆0\lambda=0, G𝐺G est le produit riemannien d’une droite et d’un plan hyperbolique. Noter que pour tout 00\ell\not=0, les groupes obtenus pour les valeurs \ell et 1/11/\ell de λ𝜆\lambda sont isomorphes. Par conséquent, sans perdre de généralité, on peut se limiter aux valeurs de λ[1,1]𝜆delimited-[]1.1\lambda\in[-1,1].

On s’intéresse au champ de vecteurs invariant à gauche correspondant au facteur 𝐑𝐑{\bf R}. Si λ1𝜆1\lambda\not=-1, il n’a d’exposants critiques qu’en degré 1, il en a deux (ce sont p=1+1λ𝑝11𝜆p=1+\frac{1}{\lambda} et p=1+λ𝑝1𝜆p=1+\lambda) si λ0, 1𝜆0.1\lambda\not=0,\leavevmode\nobreak\ 1, un (c’est p=2𝑝2p=2) si λ=1𝜆1\lambda=1 et aucun si λ=0𝜆0\lambda=0.

Si λ=1𝜆1\lambda=-1, tout exposant p1𝑝1p\geq 1 est critique en degrés 0 et 2. En degré 1, aucun exposant n’est critique.

Exemple.   Espace hyperbolique réel. Soit G𝐺G le groupe des dilatations et translations de 𝐑n1superscript𝐑𝑛1{\bf R}^{n-1}. Alors G𝐺G agit simplement transitivement sur l’espace hyperbolique réel de dimension n𝑛n. Soit ξ𝜉\xi le champ de vecteurs invariant à gauche correspondant aux dilatations. Sur ξ=𝐑n1superscript𝜉perpendicular-tosuperscript𝐑𝑛1\xi^{\perp}={\bf R}^{n-1}, adξ𝑎subscript𝑑𝜉ad_{\xi} est l’identité. Il y a exactement un exposant critique pour chaque degré k=1,,n1𝑘1𝑛1k=1,\ldots,n-1, c’est p=n1k𝑝𝑛1𝑘p=\frac{n-1}{k}. Il n’y en a pas en degré 00. Dans le tableau, on note Λkk=Λk(𝐑n1)subscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘superscriptΛ𝑘superscriptsuperscript𝐑𝑛1\Lambda^{k}_{k}=\Lambda^{k}({\bf R}^{n-1})^{*}.

p𝑝p 111 (n1)/k𝑛1𝑘(n-1)/k ++\infty
Λ+(p)ksubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑝\Lambda^{k}_{+(p)} 00 ΛkksubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘\Lambda^{k}_{k}
Λ(p)ksubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑝\Lambda^{k}_{-(p)} ΛkksubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘\Lambda^{k}_{k} 00

Autrement dit, ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-contractant si et seulement si k=0𝑘0k=0 (pour tout p𝑝p) ou 1kn21𝑘𝑛21\leq k\leq n-2 et p<n1k𝑝𝑛1𝑘p<\frac{n-1}{k}. ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-dilatant si et seulement si k1𝑘1k\geq 1 et p>n1k𝑝𝑛1𝑘p>\frac{n-1}{k}.

Exemple.   Espace hyperbolique complexe. Soit G𝐺G le groupe des dilatations translations du groupe d’Heisenberg N𝑁N de dimension 2m12𝑚12m-1. Alors G𝐺G agit simplement transitivement sur l’espace hyperbolique complexe de dimension réelle n=2m𝑛2𝑚n=2m, i.e., la boule de 𝐂msuperscript𝐂𝑚{\bf C}^{m} munie de sa métrique de Bergmann. Soit ξ𝜉\xi le champ de vecteurs invariant à gauche correspondant aux dilatations. Sur ξ=𝔫superscript𝜉perpendicular-to𝔫\xi^{\perp}=\mathfrak{n}, adξ𝑎subscript𝑑𝜉ad_{\xi} induit une graduation 𝔫=𝔫1𝔫2𝔫direct-sumsubscript𝔫1subscript𝔫2\mathfrak{n}=\mathfrak{n}_{1}\oplus\mathfrak{n}_{2}. adξ𝑎subscript𝑑𝜉ad_{\xi} vaut l’identité sur 𝔫1subscript𝔫1\mathfrak{n}_{1} et 222 fois l’identité sur 𝔫2subscript𝔫2\mathfrak{n}_{2}. Une graduation des formes différentielles invariantes à gauche en découle. On numérote les sous-espaces par la valeur propre correspondante de ΛkadξsuperscriptΛ𝑘𝑎superscriptsubscript𝑑𝜉top\Lambda^{k}ad_{\xi}^{\top}. On a donc, pour k=1,,2m2𝑘1.2𝑚2k=1,\ldots,2m-2,

Λk𝔫=ΛkkΛk+1k=Λk𝔫1Λk1𝔫1(𝔫2).superscriptΛ𝑘superscript𝔫direct-sumsubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘subscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘1direct-sumsuperscriptΛ𝑘superscriptsubscript𝔫1tensor-productsuperscriptΛ𝑘1superscriptsubscript𝔫1superscriptsubscript𝔫2\displaystyle\Lambda^{k}\mathfrak{n}^{*}=\Lambda^{k}_{k}\oplus\Lambda^{k}_{k+1}=\Lambda^{k}\mathfrak{n}_{1}^{*}\oplus\Lambda^{k-1}\mathfrak{n}_{1}^{*}\otimes(\mathfrak{n}_{2})^{*}.

et, pour les valeurs extrêmes,

Λ0𝔫=Λ00=𝐑,Λ2m1𝔫=Λ2m2m1=Λ2m2𝔫1(𝔫2).formulae-sequencesuperscriptΛ0superscript𝔫subscriptsuperscriptΛ00𝐑superscriptΛ2𝑚1superscript𝔫subscriptsuperscriptΛ2𝑚12𝑚tensor-productsuperscriptΛ2𝑚2superscriptsubscript𝔫1superscriptsubscript𝔫2\displaystyle\Lambda^{0}\mathfrak{n}^{*}=\Lambda^{0}_{0}={\bf R},\quad\Lambda^{2m-1}\mathfrak{n}^{*}=\Lambda^{2m-1}_{2m}=\Lambda^{2m-2}\mathfrak{n}_{1}^{*}\otimes(\mathfrak{n}_{2})^{*}.

Aucun exposant n’est critique en degré 00. Seul 111 est critique en degré 2m12𝑚12m-1. Par conséquent, Λ+(p)0=0subscriptsuperscriptΛ0𝑝0\Lambda^{0}_{+(p)}=0, Λ(p)0=𝐑subscriptsuperscriptΛ0𝑝𝐑\Lambda^{0}_{-(p)}={\bf R} pour tout p1𝑝1p\geq 1, Λ+(p)2m1=Λ2m2m1subscriptsuperscriptΛ2𝑚1𝑝subscriptsuperscriptΛ2𝑚12𝑚\Lambda^{2m-1}_{+(p)}=\Lambda^{2m-1}_{2m}, Λ(p)2m1=0subscriptsuperscriptΛ2𝑚1𝑝0\Lambda^{2m-1}_{-(p)}=0 pour tout p>1𝑝1p>1. En chaque degré k=1,,2m2𝑘1.2𝑚2k=1,\ldots,2m-2, il y a exactement deux exposants critiques, p=2m/(k+1)𝑝2𝑚𝑘1p=2m/(k+1) et p=2m/k𝑝2𝑚𝑘p=2m/k. D’où le tableau.

p𝑝p 111 2m/(k+1)2𝑚𝑘12m/(k+1) 2m/k2𝑚𝑘2m/k ++\infty
Λ+(p)ksubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑝\Lambda^{k}_{+(p)} 00 Λk+1ksubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘1\Lambda^{k}_{k+1} ΛkkΛk+1kdirect-sumsubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘subscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘1\Lambda^{k}_{k}\oplus\Lambda^{k}_{k+1}
Λ(p)ksubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑝\Lambda^{k}_{-(p)} ΛkkΛk+1kdirect-sumsubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘subscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘1\Lambda^{k}_{k}\oplus\Lambda^{k}_{k+1} ΛkksubscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘\Lambda^{k}_{k} 00

Autrement dit, ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-contractant si et seulement si k=0𝑘0k=0 (pour tout p𝑝p) ou 1k2m21𝑘2𝑚21\leq k\leq 2m-2 et p<2mk+1𝑝2𝑚𝑘1p<\frac{2m}{k+1}. ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-dilatant si et seulement si k1𝑘1k\geq 1 et p>2mk𝑝2𝑚𝑘p>\frac{2m}{k}.

Exemple.   Espace hyperbolique quaternionien ou octonionien. Soit N𝑁N le radical unipotent du parabolique minimal de Sp(m,1)𝑆𝑝𝑚.1Sp(m,1), m2𝑚2m\geq 2 (resp. de F420superscriptsubscript𝐹420F_{4}^{-20}). Son algèbre de Lie 𝔫𝔫\mathfrak{n} possède une dérivation α𝛼\alpha ayant exactement deux valeurs propres 111 et 222. Autrement dit, 𝔫=𝔫1𝔫2𝔫direct-sumsubscript𝔫1subscript𝔫2\mathfrak{n}=\mathfrak{n}_{1}\oplus\mathfrak{n}_{2}dim(𝔫1)=4m4dimsubscript𝔫14𝑚4{\rm dim}\,(\mathfrak{n}_{1})=4m-4 (resp. 8) et dim(𝔫2)=3dimsubscript𝔫23{\rm dim}\,(\mathfrak{n}_{2})=3 (resp. 7). Alors G=𝐑αN𝐺subscriptleft-normal-factor-semidirect-product𝛼𝐑𝑁G={\bf R}\ltimes_{\alpha}N agit simplement transitivement sur l’espace hyperbolique quaternionien de dimension réelle n=4m𝑛4𝑚n=4m (resp. le plan hyperbolique octonionien). Soit ξ𝜉\xi le champ de vecteurs invariant à gauche correspondant au facteur 𝐑𝐑{\bf R}, de sorte que adξ=α𝑎subscript𝑑𝜉𝛼ad_{\xi}=\alpha. La graduation des formes différentielles invariantes à gauche comporte 444 (resp. 8) sous-espaces en degrés k=3,,4m4𝑘3.4𝑚4k=3,\ldots,4m-4 (resp. 7 et 8), moins pour les valeurs extrêmes. Posons 𝔡=4𝔡4\mathfrak{d}=4 pour les quaternions et 𝔡=8𝔡8\mathfrak{d}=8 (et m=2𝑚2m=2) pour les octonions. Alors, pour k=𝔡1,,𝔡m𝔡𝑘𝔡1𝔡𝑚𝔡k=\mathfrak{d}-1,\ldots,\mathfrak{d}m-\mathfrak{d},

Λk𝔫=j=0𝔡1Λk+jk=j=0𝔡1Λkj𝔫1Λj(𝔫2).superscriptΛ𝑘superscript𝔫superscriptsubscriptdirect-sum𝑗0𝔡1subscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘𝑗superscriptsubscriptdirect-sum𝑗0𝔡1tensor-productsuperscriptΛ𝑘𝑗superscriptsubscript𝔫1superscriptΛ𝑗superscriptsubscript𝔫2\displaystyle\Lambda^{k}\mathfrak{n}^{*}=\bigoplus_{j=0}^{\mathfrak{d}-1}\Lambda^{k}_{k+j}=\bigoplus_{j=0}^{\mathfrak{d}-1}\Lambda^{k-j}\mathfrak{n}_{1}^{*}\otimes\Lambda^{j}(\mathfrak{n}_{2})^{*}.

et, pour les valeurs extrêmes,

Λk𝔫=j=0kΛk+jk si k𝔡2,Λk𝔫=j=k𝔡m+𝔡𝔡1Λk+jk si k𝔡m𝔡+1.formulae-sequencesuperscriptΛ𝑘superscript𝔫superscriptsubscriptdirect-sum𝑗0𝑘subscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘𝑗formulae-sequence si 𝑘𝔡2formulae-sequencesuperscriptΛ𝑘superscript𝔫superscriptsubscriptdirect-sum𝑗𝑘𝔡𝑚𝔡𝔡1subscriptsuperscriptΛ𝑘𝑘𝑗 si 𝑘𝔡𝑚𝔡1\displaystyle\Lambda^{k}\mathfrak{n}^{*}=\bigoplus_{j=0}^{k}\Lambda^{k}_{k+j}\quad\textrm{ si }k\leq\mathfrak{d}-2,\quad\Lambda^{k}\mathfrak{n}^{*}=\bigoplus_{j=k-\mathfrak{d}m+\mathfrak{d}}^{\mathfrak{d}-1}\Lambda^{k}_{k+j}\quad\textrm{ si }k\geq\mathfrak{d}m-\mathfrak{d}+1.

h=tr(α)=𝔡m+𝔡2tr𝛼𝔡𝑚𝔡2h=\mathrm{tr}(\alpha)=\mathfrak{d}m+\mathfrak{d}-2. Les exposants critiques sont les (𝔡m+𝔡2)/(k+j)𝔡𝑚𝔡2𝑘𝑗(\mathfrak{d}m+\mathfrak{d}-2)/(k+j), j=max{0,k𝔡m+𝔡},,min{k,𝔡1}𝑗0𝑘𝔡𝑚𝔡𝑘𝔡1j=\max\{0,k-\mathfrak{d}m+\mathfrak{d}\},\ldots,\min\{k,\mathfrak{d}-1\}. Il y en a 𝔡𝔡\mathfrak{d} si k=𝔡1,,𝔡m𝔡𝑘𝔡1𝔡𝑚𝔡k=\mathfrak{d}-1,\ldots,\mathfrak{d}m-\mathfrak{d}, moins pour les valeurs extrêmes de k𝑘k. On trouve que ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-contractant si et seulement si k=0𝑘0k=0 (pour tout p𝑝p) ou 1k𝔡m𝔡1𝑘𝔡𝑚𝔡1\leq k\leq\mathfrak{d}m-\mathfrak{d} et p<𝔡m+𝔡2k+min{k,𝔡1}𝑝𝔡𝑚𝔡2𝑘𝑘𝔡1p<\frac{\mathfrak{d}m+\mathfrak{d}-2}{k+\min\{k,\mathfrak{d}-1\}}. ξ𝜉\xi est (k,p)𝑘𝑝(k,p)-dilatant si et seulement si k1𝑘1k\geq 1 et p>𝔡m+𝔡2k+max{0,k𝔡m+𝔡}𝑝𝔡𝑚𝔡2𝑘0𝑘𝔡𝑚𝔡p>\frac{\mathfrak{d}m+\mathfrak{d}-2}{k+\max\{0,k-\mathfrak{d}m+\mathfrak{d}\}}. Le spectre de ΛkαsuperscriptΛ𝑘𝛼\Lambda^{k}\alpha est l’intervalle d’entiers [max{k,2k𝔡m+𝔡},,min{2k,k+𝔡1}]𝑘.2𝑘𝔡𝑚𝔡2𝑘𝑘𝔡1[\max\{k,2k-\mathfrak{d}m+\mathfrak{d}\},\ldots,\min\{2k,k+\mathfrak{d}-1\}]. Si 1k𝔡m11𝑘𝔡𝑚11\leq k\leq\mathfrak{d}m-1, son plus grand élément est maxσ(k)=min{2k,k1+𝔡}𝜎𝑘2𝑘𝑘1𝔡\max\sigma(k)=\min\{2k,k-1+\mathfrak{d}\}. Si 2k𝔡m22𝑘𝔡𝑚22\leq k\leq\mathfrak{d}m-2, le suivant, par ordre décroissant, est suivσ(k)=min{2k+1,k1+𝔡}1suiv𝜎𝑘2𝑘1𝑘1𝔡1\mathrm{suiv}\,\sigma(k)=\min\{2k+1,k-1+\mathfrak{d}\}-1. Ces formules sont aussi valables pour les espaces hyperboliques réels (avec 𝔡=1𝔡1\mathfrak{d}=1) et complexes (avec 𝔡=2𝔡2\mathfrak{d}=2).

Remarque.   Sachant que les espaces symétriques de rang un à courbure non constante sont 1414-\frac{1}{4}-pincés, on constate que l’intervalle [1,1+nkk1δ[[1,1+\frac{n-k}{k-1}\sqrt{-\delta}[ pour lequel la Proposition 5 garantit que les champs de vecteurs de Busemann sont (k1,p)𝑘1𝑝(k-1,p)-contractants coïncide avec l’intervalle observé pour ces espaces, [1,𝔡m+𝔡2k+min{k,𝔡1}[[1,\frac{\mathfrak{d}m+\mathfrak{d}-2}{k+\min\{k,\mathfrak{d}-1\}}[, seulement lorsque k=𝔡𝑘𝔡k=\mathfrak{d}.

De même, l’intervalle de (k1,p)𝑘1𝑝(k-1,p)-dilatation de la Proposition 5 est optimal pour les espaces symétriques de rang un à courbure non constante seulement pour k=n𝔡+1𝑘𝑛𝔡1k=n-\mathfrak{d}+1.

4 Formule de Künneth pluri-tordue

Dans cette section, on démontre le principal résultat technique de cet article, le théorème 4.

4.1 L’opérateur B𝐵B

Proposition 9.

Soit p1𝑝1p\geq 1. Soit M𝑀M une variété riemannienne, soit ξ𝜉\xi un champ de vecteurs unitaire complet et (k,p)𝑘𝑝(k,p)-Anosov sur M𝑀M, de flot ϕtsubscriptitalic-ϕ𝑡\phi_{t}. On note Λ+Λdirect-sumsubscriptΛsubscriptΛ\Lambda_{+}\oplus\Lambda_{-} la décomposition (k,p)𝑘𝑝(k,p)-Anosov des k𝑘k-formes annulées par ιξsubscript𝜄𝜉\iota_{\xi}. Si ωΛkTxM𝜔superscriptΛ𝑘subscriptsuperscript𝑇𝑥𝑀\omega\in\Lambda^{k}T^{*}_{x}M, on note ω±subscript𝜔plus-or-minus\omega_{\pm} la projection orthogonale de ω𝜔\omega sur Λ±TxMsubscriptΛplus-or-minussubscriptsuperscript𝑇𝑥𝑀\Lambda_{\pm}T^{*}_{x}M. Alors les opérateurs

B¯:ω0(ϕt)ω𝑑t0+(ϕt)ω+𝑑t,:¯𝐵maps-to𝜔superscriptsubscript0superscriptsubscriptitalic-ϕ𝑡subscript𝜔differential-d𝑡superscriptsubscript0superscriptsubscriptitalic-ϕ𝑡subscript𝜔differential-d𝑡\overline{B}:\omega\mapsto\int_{-\infty}^{0}(\phi_{t})^{*}\omega_{-}\,dt-\int_{0}^{+\infty}(\phi_{t})^{*}\omega_{+}\,dt,
i=ιξ= produit intérieur par ξ𝑖subscript𝜄𝜉 produit intérieur par 𝜉i=\iota_{\xi}=\hbox{ produit int{\'{e}}rieur par }\xi

et

B=B¯i𝐵¯𝐵𝑖B=\overline{B}i

sont bornés sur les k+1𝑘1k+1-formes Lpsuperscript𝐿𝑝L^{p}. De plus, il satisfont Bi=iB=0𝐵𝑖𝑖𝐵0Bi=iB=0, i(1dB)=0𝑖1𝑑𝐵0i(1-dB)=0.

Preuve.   Par hypothèse, pour tout xM𝑥𝑀x\in M et tout t0𝑡0t\geq 0,

|(ϕt)iω+|p(x)const.eηt|iω+|p(ϕtx)Jϕ