\givenname

Patrice \surnameLe Calvez \urladdr \volumenumber10 \issuenumber \publicationyear2006 \papernumber52 \lognumber0753 \startpage2299 \endpage2349 \MR \Zbl \subjectprimarymsc200037B20 \subjectprimarymsc200037C25 \subjectprimarymsc200037E30 \subjectsecondarymsc200037E45 \subjectsecondarymsc200037J10 \proposedLeonid Polterovich \secondedYasha Eliashberg, Benson Farb \published8 December 2006 \publishedonline8 December 2006 \corresponding \editorCPR \version \arxivreference

{asciiabstract}

M Handel has proved in [Topology 38 (1999) 235–264] a fixed point theorem for an orientation preserving homeomorphism of the open unit disk, that may be extended to the closed disk and that satisfies a linking property of orbits. We give here a new proof of Handel’s fixed point theorem, based on Brouwer theory and some plane topology arguments. We will slightly improve the theorem by proving the existence of a simple closed curve of index 111. This index result was known to be true under an additional hypothesis and has been used by different authors (J Franks [NYJM 2 (1996) 1–19, Trans.AMS 348 (1996) 2637–2662] S Matsumoto [Topol. Appl. 104 (2000) 191–214]) to study homeomorphisms of surfaces.

{webabstract}

M Handel has proved in [Topology 38 (1999) 235–264] a fixed point theorem for an orientation preserving homeomorphism of the open unit disk, that may be extended to the closed disk and that satisfies a linking property of orbits. We give here a new proof of Handel’s fixed point theorem, based on Brouwer theory and some plane topology arguments. We will slightly improve the theorem by proving the existence of a simple closed curve of index 1. This index result was known to be true under an additional hypothesis and has been used by different authors (J Franks [NYJM 2 (1996) 1–19, Trans.AMS 348 (1996) 2637–2662] S Matsumoto [Topol. Appl. 104 (2000) 191–214]) to study homeomorphisms of surfaces.

Une nouvelle preuve du théorème de point fixe de Handel

Patrice Le Calvez Laboratoire Analyse
Géométrie et Applications
C.N.R.S.-U.M.R 7539
Institut Galilée

Université Paris 13
Avenue J.-B.Clément
93430 Villetaneuse
France
lecalvez@math.univ-paris13.fr
(1 June 2006; 28 October 2006)
Abstract

M Handel has proved in [11] a fixed point theorem for an orientation preserving homeomorphism of the open unit disk, that may be extended to the closed disk and that satisfies a linking property of orbits. We give here a new proof of Handel’s fixed point theorem, based on Brouwer theory and some plane topology arguments. We will slightly improve the theorem by proving the existence of a simple closed curve of index 111. This index result was known to be true under an additional hypothesis and has been used by different authors (J Franks [9, 8], S Matsumoto [16]) to study homeomorphisms of surfaces.

keywords:
brick decomposition
keywords:
Brouwer theory
keywords:
fixed point
keywords:
translation arc

0 Introduction

M Handel a énoncé et prouvé dans [11] un théorème d’existence de point fixe pour un homéomorphisme f𝑓f préservant l’orientation du disque 𝐃={z\C||z|<1}𝐃conditional-set𝑧\C𝑧1{\bf D}=\{z\in\C\,|\,|z|<1\}, qui se prolonge au bord et qui vérifie une propriété d’enlacement d’orbites qui s’énonce sous différentes formes, par exemple sous la forme suivante: il existe n𝑛n points zisubscript𝑧𝑖z_{i} dans 𝐃𝐃{\bf D} tels que

limkfk(zi)=αi,limk+fk(zi)=ωi,formulae-sequencesubscript𝑘superscript𝑓𝑘subscript𝑧𝑖subscript𝛼𝑖subscript𝑘superscript𝑓𝑘subscript𝑧𝑖subscript𝜔𝑖\lim_{k\to-\infty}f^{k}(z_{i})=\alpha_{i},\enskip\lim_{k\to+\infty}f^{k}(z_{i})=\omega_{i},

où les 2n2𝑛2n points αisubscript𝛼𝑖\alpha_{i} et ωisubscript𝜔𝑖\omega_{i} sont des points distincts de S1={z\C||z|=1}superscript𝑆1conditional-set𝑧\C𝑧1S^{1}=\{z\in\C\,|\,|z|=1\} et où les droites ΔisubscriptΔ𝑖\Delta_{i} passant par αisubscript𝛼𝑖\alpha_{i} et ωisubscript𝜔𝑖\omega_{i} délimitent un polygone convexe compact à n𝑛n côtés inclus dans 𝐃𝐃{\bf D}. Il s’agit d’un résultat d’une grande importance pour l’étude des homéomorphismes de surfaces, qui a maintes fois été utilisé dans le domaine (voir J Franks [9, 8] ou S Matsumoto [16]). Dans la plupart des cas où ce théorème est utilisé, l’homéomorphisme f𝑓f vérifie une propriété supplémentaire qui permet d’obtenir une conclusion plus forte: il existe une courbe fermée simple C𝐃𝐶𝐃C\subset{\bf D} ne contenant pas de point fixe de f𝑓f et dont l’indice est 111. Rappelons que si Γ:sΓ(s):Γmaps-to𝑠Γ𝑠\Gamma\mskip 0.7mu\colon\thinspace s\mapsto\Gamma(s) est un paramétrage de C𝐶C défini sur S1superscript𝑆1S^{1}, l’indice i(f,C)𝑖𝑓𝐶i(f,C) est égal au degré de l’application

sf(Γ(s))Γ(s)|f(Γ(s))Γ(s)|.maps-to𝑠𝑓Γ𝑠Γ𝑠𝑓Γ𝑠Γ𝑠s\mapsto{f(\Gamma(s))-\Gamma(s)\over|f(\Gamma(s))-\Gamma(s)|}.

Si i(f,C)0𝑖𝑓𝐶0i(f,C)\not=0, on sait alors que f𝑓f a un point fixe dans la composante connexe de 𝐃C𝐃𝐶{\bf D}\setminus C qui est simplement connexe.

La preuve de Handel de ce théorème de point fixe est considérée comme difficile. Elle utilise en particulier une généralisation de la classification de Nielsen-Thurston des homéomorphismes de surfaces, au cas du disque 𝐃𝐃{\bf D} privé d’une réunion finie d’orbites sans point limite. Elle utilise également la théorie de Brouwer des homéomorphismes du disque et une version homotopique de cette théorie. Nous donnons dans cet article une nouvelle preuve du théorème du point fixe de Handel qui n’utilise que la théorie de Brouwer “classique” et où n’apparaissent donc aucun argument géométrique (existence d’une métrique de courbure 11-1, groupes fuchsiens,…). Même si la preuve n’est pas très courte, elle n’utilise, outre une partie de la théorie de Brouwer, que des arguments simples de topologie plane. Nous prouverons que les hypothèses du théorème impliquent l’existence d’une chaîne fermée de disques libres, c’est-à-dire d’une famille (Di)i\Z/r\Zsubscriptsubscript𝐷𝑖𝑖\Z𝑟\Z(D_{i})_{i\in\Z/r\Z} de parties ouvertes disjointes, connexes et simplement connexes, vérifiant f(Di)Di=𝑓subscript𝐷𝑖subscript𝐷𝑖f(D_{i})\cap D_{i}=\emptyset, telle que k1fk(Di)Di+1subscript𝑘1superscript𝑓𝑘subscript𝐷𝑖subscript𝐷𝑖1\bigcup_{k\geq 1}f^{k}(D_{i})\cap D_{i+1}\not=\emptyset, pour tout i\Z/r\Z𝑖\Z𝑟\Zi\in\Z/r\Z. Le lemme de Franks [7] énonce qu’il existe alors une courbe fermée simple C𝐃𝐶𝐃C\subset{\bf D} ne contenant pas de point fixe de f𝑓f et dont l’indice est 111. Ainsi le résultat d’indice est vrai sous les hypothèses du théorème du point fixe de Handel, il n’y a pas besoin d’ajouter des hypothèses. Nous verrons également que l’hypothèse de prolongement au bord peut être légèrement affaiblie.

Énonçons donc le théorème, dont les hypothèses sont illustrées sur la \fullreffig1:

Théorème 0.1.

Soit f𝑓f un homéomorphisme de 𝐃𝐃{\bf D} qui préserve l’orientation et n𝑛n un entier supérieur ou égal à 333. On suppose que les hypothèses suivantes sont satisfaites:

  1. i.

    il existe une famille (zi)i\Z/n\Zsubscriptsubscript𝑧𝑖𝑖\Z𝑛\Z(z_{i})_{i\in\Z/n\Z} dans 𝐃𝐃{\bf D} et deux familles (αi)i\Z/n\Zsubscriptsubscript𝛼𝑖𝑖\Z𝑛\Z(\alpha_{i})_{i\in\Z/n\Z} et (ωi)i\Z/n\Zsubscriptsubscript𝜔𝑖𝑖\Z𝑛\Z(\omega_{i})_{i\in\Z/n\Z} dans S1superscript𝑆1S^{1}, telles que limkfk(zi)=αisubscript𝑘superscript𝑓𝑘subscript𝑧𝑖subscript𝛼𝑖\lim_{k\to-\infty}f^{k}(z_{i})=\alpha_{i} et limk+fk(zi)=ωisubscript𝑘superscript𝑓𝑘subscript𝑧𝑖subscript𝜔𝑖\lim_{k\to+\infty}f^{k}(z_{i})=\omega_{i}, pour tout iZ/n\Z𝑖𝑍𝑛\Zi\in\ Z/n\Z;

  2. ii.

    les 2n2𝑛2n points αisubscript𝛼𝑖\alpha_{i}, ωisubscript𝜔𝑖\omega_{i}, i\Z/n\Z𝑖\Z𝑛\Zi\in\Z/n\Z, sont distincts;

  3. iii.

    le seul, parmi ces points, qui se trouve sur l’intervalle ouvert du cercle orienté S1superscript𝑆1S^{1} joignant ωi1subscript𝜔𝑖1\omega_{i-1} à ωisubscript𝜔𝑖\omega_{i} est αi+1subscript𝛼𝑖1\alpha_{i+1};

  4. iv.

    f𝑓f se prolonge en un homéomorphisme de 𝐃(i\Z/n\Z{αi,ωi})𝐃subscript𝑖\Z𝑛\Zsubscript𝛼𝑖subscript𝜔𝑖{\bf D}\cup\left(\bigcup_{i\in\Z/n\Z}\{\alpha_{i},\omega_{i}\}\right).

Il existe alors une courbe fermée simple C𝐃𝐶𝐃C\subset{\bf D} ne contenant pas de point fixe de f𝑓f et dont l’indice est 111.

\labellist\pinlabel

α1subscript𝛼1\alpha_{1} [tl] at 94 7 \pinlabelα2subscript𝛼2\alpha_{2} [l] at 126 63 \pinlabelα3subscript𝛼3\alpha_{3} [b] at 60 126 \pinlabelα4subscript𝛼4\alpha_{4} [r] at 8 33 \pinlabelω1subscript𝜔1\omega_{1} [b] at 91 120 \pinlabelω2subscript𝜔2\omega_{2} [br] at 14 102 \pinlabelω3subscript𝜔3\omega_{3} [tr] at 27 11 \pinlabelω4subscript𝜔4\omega_{4} [tl] at 118 33 \endlabellist\cl \psfigfile=\figdir/H1-1

Figure 1:

Remarques

(1)\quaLe prolongement défini par (iv) fixe nécessairement les points αisubscript𝛼𝑖\alpha_{i} et ωisubscript𝜔𝑖\omega_{i}. Cette hypothèse de prolongement est indispensable. En effet, nous rappelerons dans la prochaine section que les orbites d’un homéomorphisme f𝑓f de 𝐃𝐃{\bf D}, qui préserve l’orientation et qui n’a pas de point fixe, n’ont pas de point limite (en d’autres termes tendent vers le bout de 𝐃𝐃{\bf D} en -\infty et ++\infty). Ainsi, si n3𝑛3n\geq 3 est fixé, si (zi)i\Z/n\Zsubscriptsubscript𝑧𝑖𝑖\Z𝑛\Z(z_{i})_{i\in\Z/n\Z} est une famille arbitraire de points de 𝐃𝐃{\bf D} d’orbites distinctes, si (αi)i\Z/n\Zsubscriptsubscript𝛼𝑖𝑖\Z𝑛\Z(\alpha_{i})_{i\in\Z/n\Z} et (ωi)i\Z/n\Zsubscriptsubscript𝜔𝑖𝑖\Z𝑛\Z(\omega_{i})_{i\in\Z/n\Z} sont deux familles arbitraires dans S1superscript𝑆1S^{1} qui vérifient les hypothèses (ii) et (iii), il n’est pas difficile de construire un homéomorphisme hh de 𝐃𝐃{\bf D} préservant l’orientation, pour que l’hypothèse (i) soit satisfaite par la famille (h(zi))i\Z/n\Zsubscriptsubscript𝑧𝑖𝑖\Z𝑛\Z(h(z_{i}))_{i\in\Z/n\Z} et l’homéomorphisme hfh1𝑓superscript1h\circ f\circ h^{-1}. L’hypothèse de prolongement qui est supposée dans l’article original de Handel est un peu plus forte: f𝑓f se prolonge en un homéomorphisme de \overline𝐃\overline𝐃\overline{\bf D}.

(2)\quaLa propriété d’enlacement (ici l’hypothèse (iii)) peut être formulée différement. Ainsi, dans l’article de Handel, les zisubscript𝑧𝑖z_{i} sont indexés par {1,,n}1𝑛\{1,\dots,n\}, et l’hypothèse (iii) est remplacée par les deux assertions suivantes:

(iii)\quatout intervalle de S1superscript𝑆1S^{1} délimité par deux points α𝛼\alpha-limites (resp. ω𝜔\omega-limites) contient un point ω𝜔\omega-limite (resp. α𝛼\alpha-limite);

(iii′′)\quapour tout i{1,,n}𝑖1𝑛i\in\{1,\dots,n\}, il existe i{1,,n}superscript𝑖1𝑛i^{\prime}\in\{1,\dots,n\} tel que αisubscript𝛼𝑖\alpha_{i} et ωisubscript𝜔𝑖\omega_{i} sont séparés sur S1superscript𝑆1S^{1} par αisubscript𝛼superscript𝑖\alpha_{i^{\prime}} et ωisubscript𝜔superscript𝑖\omega_{i^{\prime}}.

Expliquons rapidement pourquoi ces deux conditions impliquent que la propriété (iii) est vraie (à orientation près) si on ne garde qu’un certain nombre des zisubscript𝑧𝑖z_{i}. Notons ΔisubscriptΔ𝑖\Delta_{i} la droite affine réelle orientée, engendrée par le vecteur joignant αisubscript𝛼𝑖\alpha_{i} à ωisubscript𝜔𝑖\omega_{i}, et Πi+superscriptsubscriptΠ𝑖\Pi_{i}^{+} (resp. ΠisuperscriptsubscriptΠ𝑖\Pi_{i}^{-}) le demi-plan affine situé strictement à gauche (resp. à droite) de ΔisubscriptΔ𝑖\Delta_{i}. Quitte à perturber légèrement les points αisubscript𝛼𝑖\alpha_{i} et ωisubscript𝜔𝑖\omega_{i}, on peut supposer que l’intersection de trois droites ΔisubscriptΔ𝑖\Delta_{i} est toujours vide. Il suffit de trouver une partie I𝐼I de {1,,n}1𝑛\{1,\dots,n\} telle que l’intersection iIΠi+subscript𝑖𝐼superscriptsubscriptΠ𝑖\bigcap_{i\in I}\Pi_{i}^{+} ou iIΠisubscript𝑖𝐼superscriptsubscriptΠ𝑖\bigcap_{i\in I}\Pi_{i}^{-} soit relativement compacte dans 𝐃𝐃{\bf D}, puis de choisir IIsuperscript𝐼𝐼I^{\prime}\subset I, minimale parmi les parties de I𝐼I satisfaisant cette propriété. L’assertion (iii) implique que la fonction ν:\C1inΔi:𝜈\Csubscript1𝑖𝑛subscriptΔ𝑖\nu\mskip 0.7mu\colon\thinspace\C\setminus\bigcup_{1\leq i\leq n}\Delta_{i}\to{\mathbb{N}}, qui à z𝑧z associe le nombre de demi-plans Πi+superscriptsubscriptΠ𝑖\Pi_{i}^{+} contenant z𝑧z, prend exactement deux valeurs au voisinage de S1superscript𝑆1S^{1} et que ces deux valeurs sont des entiers consécutifs. L’assertion (iii′′) implique qu’il existe au moins deux droites ΔisubscriptΔ𝑖\Delta_{i} et ΔisubscriptΔsuperscript𝑖\Delta_{i^{\prime}} qui s’intersectent dans 𝐃𝐃{\bf D}. Au voisinage du point d’intersection, la fonction ν𝜈\nu prend trois valeurs consécutives. On en déduit que le maximum ou le minimum de la fonction ν𝜈\nu sur 𝐃1inΔi𝐃subscript1𝑖𝑛subscriptΔ𝑖{\bf D}\setminus\bigcup_{1\leq i\leq n}\Delta_{i} n’est pas l’une des deux valeurs près du bord. Dans le premier cas (resp. second cas), on considére une composante connexe U𝑈U de 𝐃1inΔi𝐃subscript1𝑖𝑛subscriptΔ𝑖{\bf D}\setminus\bigcup_{1\leq i\leq n}\Delta_{i} où ce maximum (resp. minimum) est atteint. Elle est relativement compacte dans 𝐃𝐃{\bf D} et on peut écrire U=iIΠi+𝑈subscript𝑖𝐼superscriptsubscriptΠ𝑖U=\bigcap_{i\in I}\Pi_{i}^{+} (resp. U=iIΠi𝑈subscript𝑖𝐼superscriptsubscriptΠ𝑖U=\bigcap_{i\in I}\Pi_{i}^{-}), où I{1,,n}𝐼1𝑛I\subset\{1,\dots,n\}.

Nous allons continuer cette introduction en rappelant certaines applications importantes du théorème de Handel à l’étude des homéomorphismes de surfaces isotopes à l’identité. Si (Ft)t[0,1]subscriptsubscript𝐹𝑡𝑡01(F_{t})_{t\in[0,1]} est une isotopie issue de l’identité sur une surface M𝑀M, on peut définir la trajectoire γz:tFt(z):subscript𝛾𝑧maps-to𝑡subscript𝐹𝑡𝑧\gamma_{z}\mskip 0.7mu\colon\thinspace t\mapsto F_{t}(z) de tout point zM𝑧𝑀z\in M. Si z𝑧z est un point périodique, de période q1𝑞1q\geq 1, on obtient alors un lacet 0iq1γFi(z)subscriptproduct0𝑖𝑞1subscript𝛾superscript𝐹𝑖𝑧\prod_{0\leq i\leq q-1}\gamma_{F^{i}(z)} par assemblage des trajectoires, dont on note κ(zi)H1(M,\Z)𝜅subscript𝑧𝑖subscript𝐻1𝑀\Z\kappa(z_{i})\in H_{1}(M,\Z) la classe d’homologie. Les deux résultats qui suivent sont des conséquences directes du théorème de point fixe. Le premier est attribué par Franks dans [8] à M Betsvina et Handel, le second est dû à Franks [9]. Nous rappelerons également les grandes lignes des preuves que l’on trouve dans [9] et [8].

Théorème 0.2.

Soit M𝑀M une partie ouverte de la sphère S2superscript𝑆2S^{2}, dont le complémentaire a au moins trois composantes connexes, et \widetildeM\widetilde𝑀\widetilde M son revêtement universel. Soit (Ft)t[0,1]subscriptsubscript𝐹𝑡𝑡01(F_{t})_{t\in[0,1]} une isotopie sur M𝑀M issue de l’identité, et (ft)t[0,1]subscriptsubscript𝑓𝑡𝑡01(f_{t})_{t\in[0,1]} l’isotopie relevée à \widetildeM\widetilde𝑀\widetilde M qui est issue de l’identité. S’il existe un point périodique z0subscript𝑧0z_{0}, de période q1𝑞1q\geq 1, tel que κ(z0)=0𝜅subscript𝑧00\kappa(z_{0})=0, alors on peut trouver une courbe fermée simple C\widetildeM𝐶\widetilde𝑀C\subset\widetilde M ne contenant pas de point fixe de f1subscript𝑓1f_{1} et dont l’indice i(f1,C)𝑖subscript𝑓1𝐶i(f_{1},C) est 111. En particulier, F1subscript𝐹1F_{1} a au moins un point fixe.

Idée de la preuve.

On peut munir M𝑀M d’une structure riemannienne complète de courbure 11-1 et identifier le revêtement universel \widetildeM\widetilde𝑀\widetilde M au disque de Poincaré 𝐃𝐃{\bf D}. On sait alors que f1subscript𝑓1f_{1} se prolonge en un homéomorphisme de \overline𝐃\overline𝐃\overline{\bf D} qui fixe tout point de S1superscript𝑆1S^{1} (voir Handel et Thurston [12]). Notons ΓΓ\Gamma l’unique géodésique fermée qui est librement homotope à 0iq1γF1i(z0)subscriptproduct0𝑖𝑞1subscript𝛾superscriptsubscript𝐹1𝑖subscript𝑧0\prod_{0\leq i\leq q-1}\gamma_{F_{1}^{i}(z_{0})}. Tout relèvement de ΓΓ\Gamma dans 𝐃𝐃\bf D est une géodésique de 𝐃𝐃{\bf D} qui joint un point αS1𝛼superscript𝑆1\alpha\in S^{1} à un point ωS1𝜔superscript𝑆1\omega\in S^{1}. De plus, il existe un antécédent \wtildez0\wtildesubscript𝑧0\wtilde z_{0} de z0subscript𝑧0z_{0} tel que limkf1k(z0)=αsubscript𝑘superscriptsubscript𝑓1𝑘subscript𝑧0𝛼\lim_{k\to-\infty}f_{1}^{k}(z_{0})=\alpha et limk+f1k(z0)=ωsubscript𝑘superscriptsubscript𝑓1𝑘subscript𝑧0𝜔\lim_{k\to+\infty}f_{1}^{k}(z_{0})=\omega. Puisque ΓΓ\Gamma est homologue à zéro dans M𝑀M, il existe une fonction Λ:MΓ\Z:Λ𝑀Γ\Z\Lambda\mskip 0.7mu\colon\thinspace M\setminus\Gamma\to\Z, à support relativement compact, tel que Λ(z)Λ(z)Λsuperscript𝑧Λ𝑧\Lambda(z^{\prime})-\Lambda(z) représente le nombre d’intersection algébrique ΓΓΓsuperscriptΓ\Gamma\wedge\Gamma^{\prime} entre ΓΓ\Gamma et un arc quelconque ΓsuperscriptΓ\Gamma^{\prime} qui joint z𝑧z à zsuperscript𝑧z^{\prime}. L’un au moins des deux nombres maxΛΛ\max\Lambda ou minΛΛ\min\Lambda doit être non nul. Supposons par exemple que maxΛ0Λ0\max\Lambda\not=0 et fixons une composante connexe U𝑈U de MΓ𝑀ΓM\setminus\GammaΛΛ\Lambda atteint son maximum. Il n’est pas difficile de voir que U𝑈U est un disque ouvert, que sa frontière est une courbe fermée simple, réunion de p𝑝p sous-segments de ΓΓ\Gamma, et que U𝑈U est localement à gauche de chacun de ces segments. Toute composante connexe de la préimage de U𝑈U dans 𝐃𝐃{\bf D} est l’intersection (relativement compacte) de p𝑝p demi-plans géodésiques, à gauche de géodésiques relevant ΓΓ\Gamma. Parmi ces demi-plans, on choisit une famille dont l’intersection est relativement compacte dans 𝐃𝐃{\bf D}, et qui est minimale pour cette propriété. Les conditions du \fullrefthm0.1 sont alors vérifiées.∎

Théorème 0.3.

Soit M𝑀M une surface compacte orientable de genre g1𝑔1g\geq 1 et \widetildeM\widetilde𝑀\widetilde M son revêtement universel. Soit (Ft)t[0,1]subscriptsubscript𝐹𝑡𝑡01(F_{t})_{t\in[0,1]} une isotopie sur M𝑀M issue de l’identité et (ft)t[0,1]subscriptsubscript𝑓𝑡𝑡01(f_{t})_{t\in[0,1]} l’isotopie relevée à \widetildeM\widetilde𝑀\widetilde M qui est issue de l’identité. On suppose qu’il existe 2g+12𝑔12g+1 points périodiques zisubscript𝑧𝑖z_{i}, 0i2g0𝑖2𝑔0\leq i\leq 2g, tels que l’intérieur de l’enveloppe convexe des κ(zi)H1(M,\R)𝜅subscript𝑧𝑖subscript𝐻1𝑀\R\kappa(z_{i})\in H_{1}(M,\R) contient 00. Il existe alors une courbe fermée simple C\widetildeM𝐶\widetilde𝑀C\subset\widetilde M ne contenant pas de point fixe de f1subscript𝑓1f_{1} et dont l’indice i(f1,C)𝑖subscript𝑓1𝐶i(f_{1},C) est 111. En particulier, F1subscript𝐹1F_{1} a au moins deux points fixes.

Idée de la preuve.

Dans le cas où g2𝑔2g\geq 2, la preuve est très proche de celle du \fullrefthm0.2. On munit M𝑀M d’une structure riemannienne de courbure 11-1 et on identifie \widetildeM\widetilde𝑀\widetilde M à 𝐃𝐃{\bf D}. On sait, là encore, que f1subscript𝑓1f_{1} se prolonge en un homéomorphisme de \overline𝐃\overline𝐃\overline{\bf D} qui fixe tout point de S1superscript𝑆1S^{1}. On note ΓisubscriptΓ𝑖\Gamma_{i} la géodésique fermée homotope à 0iqi1γF1i(z0)subscriptproduct0𝑖subscript𝑞𝑖1subscript𝛾superscriptsubscript𝐹1𝑖subscript𝑧0\prod_{0\leq i\leq q_{i}-1}\gamma_{F_{1}^{i}(z_{0})}, où qisubscript𝑞𝑖q_{i} est la période de zisubscript𝑧𝑖z_{i}. On peut alors trouver des entiers mi>0subscript𝑚𝑖0m_{i}>0 tels que i=02gmiκ(zi)=0superscriptsubscript𝑖02𝑔subscript𝑚𝑖𝜅subscript𝑧𝑖0\sum_{i=0}^{2g}m_{i}\kappa(z_{i})=0. La multi-courbe Γ=i=02gmiΓiΓsuperscriptsubscript𝑖02𝑔subscript𝑚𝑖subscriptΓ𝑖\Gamma=\sum_{i=0}^{2g}m_{i}\Gamma_{i} est homologue à zéro et on lui associe une fonction duale Λ:MΓ\Z:Λ𝑀Γ\Z\Lambda\mskip 0.7mu\colon\thinspace M\setminus\Gamma\to\Z, comme dans la preuve du \fullrefthm0.2. Là encore, on peut supposer que maxΛ0Λ0\max\Lambda\not=0. Pour montrer le résultat d’indice, il suffit de prouver que toute composante connexe U𝑈U de MΓ𝑀ΓM\setminus\GammaΛΛ\Lambda atteint son maximum est un disque ouvert, puis de reprendre les arguments donnés dans la preuve précédente. Puisque les classes [Γi]delimited-[]subscriptΓ𝑖[\Gamma_{i}] engendrent H1(M,\R)subscript𝐻1𝑀\RH_{1}(M,\R), l’application ι:H1(U,\R)H1(M,\R):subscript𝜄subscript𝐻1𝑈\Rsubscript𝐻1𝑀\R\iota_{*}\mskip 0.7mu\colon\thinspace H_{1}(U,\R)\to H_{1}(M,\R) induite par l’inclusion ι:UM:𝜄𝑈𝑀\iota\mskip 0.7mu\colon\thinspace U\to M doit être nulle. On en déduit que l’intersection algébrique entre deux lacets quelconques de U𝑈U est nul et donc que U𝑈U est de genre zéro. Il reste à montrer que son complémentaire est connexe. Dans le cas contraire, il existerait une partition non triviale {0,,2g}=I1I202𝑔square-unionsubscript𝐼1subscript𝐼2\{0,\dots,2g\}=I_{1}\sqcup I_{2}, telle que iI1mi[Γi]=iI2mi[Γi]=0subscript𝑖subscript𝐼1subscript𝑚𝑖delimited-[]subscriptΓ𝑖subscript𝑖subscript𝐼2subscript𝑚𝑖delimited-[]subscriptΓ𝑖0\sum_{i\in I_{1}}m_{i}[\Gamma_{i}]=\sum_{i\in I_{2}}m_{i}[\Gamma_{i}]=0, ce qui contredirait le fait que 00 est à l’intérieur de l’enveloppe convexe des [Γi]delimited-[]subscriptΓ𝑖[\Gamma_{i}].

Si g=1𝑔1g=1, la preuve est plus simple. On peut écrire M=\C/(\Z+i\Z)𝑀\C\Z𝑖\ZM=\C/(\Z+i\Z) et on sait alors que f1subscript𝑓1f_{1} commute avec les translations entières. On en déduit que f1Id\Csubscript𝑓1subscriptId\Cf_{1}-{\rm Id}_{\C} est une application bornée et donc que f1subscript𝑓1f_{1} se prolonge en un homéomorphisme sur le compactifié de \C\C\C obtenu en rajoutant les directions à l’infini. En d’autres termes, l’homéomorphisme \wtildef1=hf1h1\wtildesubscript𝑓1subscript𝑓1superscript1\wtilde f_{1}=h\circ f_{1}\circ h^{-1} de 𝐃𝐃{\bf D}, conjugué par h:\C𝐃,zz1+|z|:formulae-sequence\C𝐃maps-to𝑧𝑧1𝑧\displaystyle h\mskip 0.7mu\colon\thinspace\C\to{\bf D},z\mapsto{z\over 1+|z|}, se prolonge en l’identité sur S1superscript𝑆1S^{1}. Remarquons maintenant que \wtildef1\wtildesubscript𝑓1\wtilde f_{1} vérifie les hypothèses du \fullrefthm0.1. avec n=3𝑛3n=3.

Dans chacun des cas, on sait que f1subscript𝑓1f_{1} (et donc que F1subscript𝐹1F_{1}) a au moins un point fixe. Si F1subscript𝐹1F_{1} n’avait qu’un seul point fixe, la formule de Lefschetz nous dirait que son indice de Lefschetz est 22g22𝑔2-2g. Tout point fixe de f1subscript𝑓1f_{1} serait donc d’indice 22g22𝑔2-2g, ce qui impliquerait que l’indice de toute courbe fermée simple C𝐶C ne contenant pas de point fixe de f1subscript𝑓1f_{1} serait égal à m(22g)0𝑚22𝑔0m(2-2g)\leq 0, l’entier m𝑚m étant le nombre de points fixes dans la composante connexe simplement connexe de \widetildeMC\widetilde𝑀𝐶\widetilde M\setminus C. Le même raisonnement, en utilisant cette fois-ci la formule de Lefschetz-Nielsen, nous dit en fait que F1subscript𝐹1F_{1} a au moins deux points fixes qui se relèvent en des points fixes de f1subscript𝑓1f_{1}. ∎

En utilisant alors un simple argument de perturbation, Franks donne dans [9] la version plus générale suivante, où l’ensemble de rotation désigne la partie convexe et compacte formée des vecteurs de rotation (ou enlacements asymptotiques) de toutes les mesures boréliennes de probabilité invariantes par F1subscript𝐹1F_{1} (voir S Schwartzman [18]).

Théorème 0.4.

Soit M𝑀M une surface compacte orientable de genre g1𝑔1g\geq 1 et \widetildeM\widetilde𝑀\widetilde M son revêtement universel. Soit (Ft)t[0,1]subscriptsubscript𝐹𝑡𝑡01(F_{t})_{t\in[0,1]} une isotopie sur M𝑀M issue de l’identité et (ft)t[0,1]subscriptsubscript𝑓𝑡𝑡01(f_{t})_{t\in[0,1]} l’isotopie relevée à \widetildeM\widetilde𝑀\widetilde M qui est issue de l’identité. Si l’ensemble de rotation ρ(f1)H1(M,\R)𝜌subscript𝑓1subscript𝐻1𝑀\R\rho(f_{1})\subset H_{1}(M,\R) défini par l’isotopie contient 00 dans son intérieur, il existe alors une courbe fermée simple C\widetildeM𝐶\widetilde𝑀C\subset\widetilde M ne contenant pas de point fixe de f1subscript𝑓1f_{1} et dont l’indice i(f1,C)𝑖subscript𝑓1𝐶i(f_{1},C) est 111.

Les résultats précédents sont d’une grande utilité pour montrer l’existence de points fixes ou de points périodiques. Intéressons nous par exemple au cas où M𝑀M est une surface compacte munie d’une forme symplectique et l’isotopie (Ft)t[0,1]subscriptsubscript𝐹𝑡𝑡01(F_{t})_{t\in[0,1]} est hamiltonienne (i.e. induite par un champ de vecteurs hamiltonien de classe C1superscript𝐶1C^{1} dépendant du temps). Le vecteur de rotation de la mesure naturellement définie par la forme est alors égal à 00. Un résultat, dû indépendamment à A Floer [5] et à J C Sikorav [19], nous dit que F1subscript𝐹1F_{1} a au moins trois points fixes z𝑧z contractiles (i.e. tels que le lacet γzsubscript𝛾𝑧\gamma_{z} soit homotope à zéro). Dans [9], Franks donne une preuve de ce résultat qui se déduit du \fullrefthm0.4, toujours par des arguments de perturbation. La méthode de Franks a été généralisée au cas des homéomorphismes. Matsumoto [16] utilise également le théorème de point fixe de Handel pour donner la version topologique suivante de la conjecture d’Arnold pour les homéomorphismes de surfaces:

Théorème 0.5.

Soit M𝑀M une surface compacte orientable de genre g1𝑔1g\geq 1 et (Ft)t[0,1]subscriptsubscript𝐹𝑡𝑡01(F_{t})_{t\in[0,1]} une isotopie issue de l’identité. On suppose que F1subscript𝐹1F_{1} préserve la mesure de Lebesgue μ𝜇\mu et que le vecteur de rotation de cette mesure est nul. Il existe alors au moins trois points fixes contractiles.

Nous rappelerons dans la section qui suit certains points de la théorie des homéomorphismes du plan initiée par Brouwer. En particulier, nous donnerons des critères d’existence de courbes fermées simple d’indice 111 pour un homéomorphisme de 𝐃𝐃{\bf D} qui préserve l’orientation. Nous rappelerons dans la \fullrefsec2 la notion de décomposition en briques libre, qui sera l’outil principal pour montrer que ces critères sont vérifiés. Nous donnerons à la fin de la \fullrefsec2 le plan de la preuve du \fullrefthm0.1. Nous détaillerons cette preuve à partir de la \fullrefsec3. Nous allons conclure cette introduction en introduisant les principales définitions de cet article.

On écrira respectivement \overlineX\overline𝑋\overline X, Int(X)Int𝑋{\rm Int}(X), X𝑋\partial X pour l’adhérence, l’intérieur et la frontière d’une partie X𝑋X d’un espace topologique E𝐸E. On dira qu’une partie YE𝑌𝐸Y\subset E sépare deux parties connexes X1subscript𝑋1X_{1} et X2subscript𝑋2X_{2} si Y𝑌Y est disjoint de X1subscript𝑋1X_{1} et X2subscript𝑋2X_{2} et si X1subscript𝑋1X_{1} et X2subscript𝑋2X_{2} sont dans des composantes connexes différentes de EY𝐸𝑌E\setminus Y.

On appelera disque ouvert (resp. disque fermé) d’une surface M𝑀M toute partie homéomorphe à 𝐃𝐃{\bf D} (resp. à \overline𝐃\overline𝐃\overline{\bf D}).

On appelera arc une application continue γ𝛾\gamma d’un intervalle I\R𝐼\RI\subset\R vers une surface M𝑀M, ou plus précisément, une classe d’équivalence d’applications par reparamétrage préservant l’orientation. On utilisera souvent, par abus de langage, le mot arc pour désigner l’image de l’arc, en faisant bien attention qu’il n’y ait pas d’ambiguité.

Si γ1:I1M:subscript𝛾1subscript𝐼1𝑀\gamma_{1}\mskip 0.7mu\colon\thinspace I_{1}\to M et γ2:I2M:subscript𝛾2subscript𝐼2𝑀\gamma_{2}\mskip 0.7mu\colon\thinspace I_{2}\to M sont deux arcs tels que

supI1I1,infI2I2,γ1(supI1)=γ2(infI2),formulae-sequencesupremumsubscript𝐼1subscript𝐼1formulae-sequenceinfimumsubscript𝐼2subscript𝐼2subscript𝛾1supremumsubscript𝐼1subscript𝛾2infimumsubscript𝐼2\sup I_{1}\in I_{1},\enskip\enskip\inf I_{2}\in I_{2},\enskip\enskip\gamma_{1}(\sup I_{1})=\gamma_{2}(\inf I_{2}),

on notera γ1γ2subscript𝛾1subscript𝛾2\gamma_{1}\gamma_{2} l’arc naturellement défini par assemblage de γ1subscript𝛾1\gamma_{1} et γ2subscript𝛾2\gamma_{2}. Si J𝐽J est un intervalle de \Z\Z\Z et si (γj)jJsubscriptsubscript𝛾𝑗𝑗𝐽(\gamma_{j})_{j\in J} est une famille d’arcs γj:IjM:subscript𝛾𝑗subscript𝐼𝑗𝑀\gamma_{j}\mskip 0.7mu\colon\thinspace I_{j}\to M telle que

supIjIj,infIj+1Ij+1,γj(supIj)=γj+1(infIj+1),formulae-sequencesupremumsubscript𝐼𝑗subscript𝐼𝑗formulae-sequenceinfimumsubscript𝐼𝑗1subscript𝐼𝑗1subscript𝛾𝑗supremumsubscript𝐼𝑗subscript𝛾𝑗1infimumsubscript𝐼𝑗1\sup I_{j}\in I_{j},\enskip\enskip\inf I_{j+1}\in I_{j+1},\enskip\enskip\gamma_{j}(\sup I_{j})=\gamma_{j+1}(\inf I_{j+1}),

si j𝑗j et j+1𝑗1j+1 appartiennent à J𝐽J, on écrira jJγjsubscriptproduct𝑗𝐽subscript𝛾𝑗\displaystyle\prod_{j\in J}\gamma_{j} l’arc défini par assemblage des γjsubscript𝛾𝑗\gamma_{j}.

On appelera droite (resp. demi-droite négative, demi-droite positive, segment, cercle) d’une surface M𝑀M tout plongement topologique propre de \R\R\R (resp. ],0]]-\infty,0], [0,+[[0,+\infty[, [0,1]01[0,1], S1superscript𝑆1S^{1}), plus précisément, toute classe d’équivalence d’un tel plongement par reparamétrage préservant l’orientation. Un tel objet est alors déterminé par son image et une orientation. On utilisera, là encore, le mot droite, demi-droite, segment ou cercle, pour désigner l’image du plongement. Si γ𝛾\gamma est un segment ou une demi-droite, on notera int(γ)int𝛾{\rm int}(\gamma) l’arc privé des ses extrémités.

On notera Homeo+(𝐃)superscriptHomeo𝐃{\rm Homeo}^{+}({\bf D}) l’ensemble des homéomorphismes du disque 𝐃𝐃{\bf D} qui préservent l’orientation. Pour tout fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}) on notera Fix(f)Fix𝑓{\rm Fix}(f) l’ensemble des points fixes de f𝑓f. On dira qu’une partie X𝐃𝑋𝐃X\subset{\bf D} est libre si f(X)X=𝑓𝑋𝑋f(X)\cap X=\emptyset.

On identifiera \R2superscript\R2\R^{2} à \C\C\C, via l’isomorphisme naturel (x,y)x+iymaps-to𝑥𝑦𝑥𝑖𝑦(x,y)\mapsto x+iy.

1 Rappels sur la théorie de Brouwer

Commençons par rappeler le lemme de translation de Brouwer qui est le point fondamental de la théorie (voir [1], [2], [4] ou [10]):

Proposition 1.1.

Soit fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}). On peut trouver un cercle d’indice 1 dans chacun des deux cas suivants:

  • il existe un segment γ𝛾\gamma qui joint un point zFix(f2)Fix(f)𝑧Fixsuperscript𝑓2Fix𝑓z\in{\rm Fix}(f^{2})\setminus{\rm Fix}(f) à f(z)𝑓𝑧f(z) et tel que f(γ)γ={z,f(z)}𝑓𝛾𝛾𝑧𝑓𝑧f(\gamma)\cap\gamma=\{z,f(z)\};

  • il existe un segment γ𝛾\gamma qui joint un point zFix(f2)𝑧Fixsuperscript𝑓2z\not\in{\rm Fix}(f^{2}) à f(z)𝑓𝑧f(z), tel que f(γ)γ={f(z)}𝑓𝛾𝛾𝑓𝑧f(\gamma)\cap\gamma=\{f(z)\}, et un entier k2𝑘2k\geq 2 tel que fk(γ)γsuperscript𝑓𝑘𝛾𝛾f^{k}(\gamma)\cap\gamma\not=\emptyset.

Un segment γ𝛾\gamma qui joint un point zFix(f)𝑧Fix𝑓z\not\in{\rm Fix}(f) à f(z)𝑓𝑧f(z) et tel que

{f(γ)γ={z,f(z)}si f2(z)=zf(γ)γ={z}si f2(z)z,cases𝑓𝛾𝛾𝑧𝑓𝑧si f2(z)=z𝑓𝛾𝛾𝑧si f2(z)z,\begin{cases}f(\gamma)\cap\gamma=\{z,f(z)\}&\text{si $f^{2}(z)=z$}\\ f(\gamma)\cap\gamma=\{z\}&\text{si $f^{2}(z)\not=z$,}\end{cases}

s’appelle un arc de translation de f𝑓f (voir \fullreffig2).

\labellist\pinlabel

γ𝛾\gamma [b] at 59 57 \pinlabelγ𝛾\gamma [b] at 280 57 \pinlabelf(z)𝑓𝑧f(z) [l] at 119 42 \pinlabelf(z)𝑓𝑧f(z) [l] at 342 41 \pinlabelz𝑧z [r] at 218 41 \pinlabelz𝑧z [r] at 1 42 \pinlabelf(γ)𝑓𝛾f(\gamma) [t] at 60 31 \pinlabelf(γ)𝑓𝛾f(\gamma) [tl] at 300 35 \pinlabelf2(z)superscript𝑓2𝑧f^{2}(z) [r] at 296 0 \endlabellist\cl\psfigfile=\figdir/H2-1

Figure 2:

Il n’est pas difficile de montrer que tout point qui n’est pas fixe appartient à un arc de translation (nous en rappelerons d’ailleurs la preuve en \fullrefsec3). On en déduit l’énoncé suivant:

Proposition 1.2.

Soit fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}). S’il existe un point périodique qui n’est pas fixe, alors il existe un cercle d’indice 111.

Démonstration.

Supposons que zsuperscript𝑧z^{\prime} soit un point périodique de période q2𝑞2q\geq 2 et considérons un arc de translation γ𝛾\gamma joignant un point z𝑧z à f(z)𝑓𝑧f(z) et contenant zsuperscript𝑧z^{\prime}. Remarquons maintenant que l’une des deux hypothèses de la \fullrefprop1.1 est nécessairement vérifiée. ∎

Énonçons maintenant le lemme de Franks, introduit dans [7], qui étend le critère précédent. Pour cela, rappelons qu’une chaîne fermée de fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}) est une famille (Xi)i\Z/r\Zsubscriptsubscript𝑋𝑖𝑖\Z𝑟\Z(X_{i})_{i\in\Z/r\Z} de parties de 𝐃𝐃{\bf D} telle que, pour tout i\Z/r\Z𝑖\Z𝑟\Zi\in\Z/r\Z, k1fk(Xi)Xi+1subscript𝑘1superscript𝑓𝑘subscript𝑋𝑖subscript𝑋𝑖1\bigcup_{k\geq 1}f^{k}(X_{i})\cap X_{i+1}\not=\emptyset. L’entier r𝑟r est alors la longueur de la chaîne.

Proposition 1.3.

Soit fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}). S’il existe une chaîne fermée de disques ouverts libres disjoints deux à deux, alors il existe un cercle d’indice 1.

Démonstration.

Supposons qu’il existe une chaîne fermée de disques ouverts libres disjoints deux à deux. Parmi ces chaînes, choisissons en une de longueur minimale, notée (Di)i\Z/r\Zsubscriptsubscript𝐷𝑖𝑖\Z𝑟\Z(D_{i})_{i\in\Z/r\Z}. Pour tout i\Z/r\Z𝑖\Z𝑟\Zi\in\Z/r\Z, choisissons un point ziDisubscript𝑧𝑖subscript𝐷𝑖z_{i}\in D_{i} dont l’orbite positive rencontre Di+1subscript𝐷𝑖1D_{i+1}, en notant fki(zi)superscript𝑓subscript𝑘𝑖subscript𝑧𝑖f^{k_{i}}(z_{i}) le premier point où cette orbite rencontre Di+1subscript𝐷𝑖1D_{i+1}. Puisque r𝑟r est minimal, on peut remarquer que tout point fk(zi)superscript𝑓𝑘subscript𝑧𝑖f^{k}(z_{i}), 0<k<ki0𝑘subscript𝑘𝑖0<k<k_{i}, est en dehors de chaque disque de la chaîne. On peut construire une isotopie (ht)t[0,1]subscriptsubscript𝑡𝑡01(h_{t})_{t\in[0,1]} dans Homeo+(𝐃)superscriptHomeo𝐃{\rm Homeo}^{+}({\bf D}), issue de l’identité, telle que le support de chaque htsubscript𝑡h_{t} est inclus dans i\Z/r\ZDisubscript𝑖\Z𝑟\Zsubscript𝐷𝑖\bigcup_{i\in\Z/r\Z}D_{i}, et telle que h1subscript1h_{1} envoie fki(zi)superscript𝑓subscript𝑘𝑖subscript𝑧𝑖f^{k_{i}}(z_{i}) sur zi+1subscript𝑧𝑖1z_{i+1}. Remarquons alors que h1fsubscript1𝑓h_{1}\circ f a un point périodique de période i\Z/r\Zki2subscript𝑖\Z𝑟\Zsubscript𝑘𝑖2\sum_{i\in\Z/r\Z}k_{i}\geq 2. D’après la \fullrefprop1.2, il existe un cercle C𝐃Fix(h1f)𝐶𝐃Fixsubscript1𝑓C\subset{\bf D}\setminus{\rm Fix}(h_{1}\circ f) tel que i(h1f,C)=1𝑖subscript1𝑓𝐶1i(h_{1}\circ f,C)=1. Remarquons, puisque les disques Disubscript𝐷𝑖D_{i} sont libres, que Fix(htf)=Fix(f)Fixsubscript𝑡𝑓Fix𝑓{\rm Fix}(h_{t}\circ f)={\rm Fix}(f), pour tout t[0,1]𝑡01t\in[0,1]. On en déduit que la fonction ti(htf,C)maps-to𝑡𝑖subscript𝑡𝑓𝐶t\mapsto i(h_{t}\circ f,C) est bien définie. Elle est continue et à valeurs entières, elle est donc constante égale à 111. ∎

Nous dirons qu’un homéomorphisme fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}) est récurrent s’il vérifie les hypothèses du lemme de Franks, c’est-à-dire s’il existe une chaîne fermée de disques ouverts libres disjoints deux à deux. Nous pouvons alors énoncer deux classiques critères de récurrence:

Proposition 1.4.

Un homéomorphisme fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}) est récurrent s’il vérifie l’une des conditions suivantes:

  1. i.

    il existe une chaîne fermée de parties libres, connexes par arcs et disjointes deux à deux;

  2. ii.

    il existe un arc de translation γ𝛾\gamma qui joint un point zFix(f2)𝑧Fixsuperscript𝑓2z\not\in{\rm Fix}(f^{2}) à f(z)𝑓𝑧f(z) et un entier k2𝑘2k\geq 2 tel que fk(γ)γsuperscript𝑓𝑘𝛾𝛾f^{k}(\gamma)\cap\gamma\not=\emptyset.

Démonstration.

Supposons que la condition (i) est vérifiée. Parmi les chaînes fermées de parties libres connexes par arcs et disjointes deux à deux, choisissons en une de longueur minimale, notée (Xi)i\Z/r\Zsubscriptsubscript𝑋𝑖𝑖\Z𝑟\Z(X_{i})_{i\in\Z/r\Z}. Pour tout i\Z/r\Z𝑖\Z𝑟\Zi\in\Z/r\Z, choisissons un point ziXisubscript𝑧𝑖subscript𝑋𝑖z_{i}\in X_{i} dont l’orbite positive rencontre Xi+1subscript𝑋𝑖1X_{i+1} et notons fki(zi)superscript𝑓subscript𝑘𝑖subscript𝑧𝑖f^{k_{i}}(z_{i}) le premier point où cette orbite rencontre Xi+1subscript𝑋𝑖1X_{i+1}. D’après la minimalité de r𝑟r, deux cas sont possibles:

  • r=1𝑟1r=1 et fk1(z1)=z1superscript𝑓subscript𝑘1subscript𝑧1subscript𝑧1f^{k_{1}}(z_{1})=z_{1};

  • fki(zi)zi+1superscript𝑓subscript𝑘𝑖subscript𝑧𝑖subscript𝑧𝑖1f^{k_{i}}(z_{i})\not=z_{i+1}, pour tout i\Z/r\Z𝑖\Z𝑟\Zi\in\Z/r\Z.

Dans le premier cas, z1subscript𝑧1z_{1} est un point périodique de période k1>1subscript𝑘11k_{1}>1. Il suffit alors de choisir un disque ouvert contenant z1subscript𝑧1z_{1} et libre pour obtenir une chaîne fermée de longueur 111: l’existence d’un point périodique qui n’est pas fixe implique la récurrence. Dans le second cas, puisque chaque Xisubscript𝑋𝑖X_{i} est connexe par arcs, on peut trouver un segment γiXisubscript𝛾𝑖subscript𝑋𝑖\gamma_{i}\subset X_{i} joignant fki(zi)superscript𝑓subscript𝑘𝑖subscript𝑧𝑖f^{k_{i}}(z_{i}) à zi+1subscript𝑧𝑖1z_{i+1}. Si on remplace chaque γisubscript𝛾𝑖\gamma_{i} par un disque ouvert Disubscript𝐷𝑖D_{i}, voisinage assez proche de γisubscript𝛾𝑖\gamma_{i}, on obtient notre chaîne.

Supposons maintenant que la condition (ii) est vérifiée. On peut toujours supposer que fk(γ)γ=superscript𝑓superscript𝑘𝛾𝛾f^{k^{\prime}}(\gamma)\cap\gamma=\emptyset si 2k<k2superscript𝑘𝑘2\leq k^{\prime}<k et donc que fk(γ)superscript𝑓𝑘𝛾f^{k}(\gamma) ne contient pas f(z)𝑓𝑧f(z). Deux cas sont alors possibles:

  • fk(γ)γsuperscript𝑓𝑘𝛾𝛾f^{k}(\gamma)\cap\gamma se réduit à un seul point zsuperscript𝑧z^{\prime} et ce point est fk+1(z)superscript𝑓𝑘1𝑧f^{k+1}(z);

  • il existe un point z′′f(z)superscript𝑧′′𝑓𝑧z^{\prime\prime}\not=f(z) dont l’image par fksuperscript𝑓𝑘f^{k} appartient à γ𝛾\gamma.

Plaçons nous dans le premier cas. Si z=zsuperscript𝑧𝑧z^{\prime}=z, alors f𝑓f a un point périodique de période k+13𝑘13k+1\geq 3 et f𝑓f est donc récurrent. Si zzsuperscript𝑧𝑧z^{\prime}\not=z, le sous-segment de γ𝛾\gamma qui joint z𝑧z à zsuperscript𝑧z^{\prime} est libre et définit une chaîne fermée de longueur 111, la condition (i) est vérifiée. Plaçons nous maintenant dans le second cas. Choisissons zf(z)superscript𝑧𝑓𝑧z^{\prime}\not=f(z) sur γ𝛾\gamma assez proche de f(z)𝑓𝑧f(z) pour que le sous-segment de γ𝛾\gamma qui joint zsuperscript𝑧z^{\prime} à f(z)𝑓𝑧f(z) ne contienne pas z′′superscript𝑧′′z^{\prime\prime} et soit disjoint de fk(γ)superscript𝑓𝑘𝛾f^{k}(\gamma). Le sous-segment de γ𝛾\gamma qui joint z𝑧z à zsuperscript𝑧z^{\prime} est libre et définit une chaîne fermée de longueur 111, la condition (i) est encore vérifiée.∎

Notre propriété de récurrence, qui est clairement invariante par conjugaison, est en fait très faible. Considérons, dans le plan complexe \C\C\C, l’homéomorphisme g:z12z:𝑔maps-to𝑧12𝑧g\mskip 0.7mu\colon\thinspace z\mapsto-{1\over 2}z. Le demi-plan de Poincaré (z)>0𝑧0\Im(z)>0 est un domaine périodique de g𝑔g, de période 222. Ainsi, tout homéomorphisme fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}) qui est conjugué à g𝑔g est récurrent. Un tel homéomorphisme a une dynamique Nord-Sud entre le bout de 𝐃𝐃{\bf D} et un point fixe.

Énonçons pour finir le critère suivant, dû à L Guillou et F Le Roux (voir [15, page 39]), qui est un peu plus délicat à montrer:

Proposition 1.5.

Soit fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}). Supposons qu’il existe une chaîne fermée (Xi)i\Z/r\Zsubscriptsubscript𝑋𝑖𝑖\Z𝑟\Z(X_{i})_{i\in\Z/r\Z} de parties libres dont les intérieurs sont disjoints deux à deux et qui vérifient la propriété suivante: si z𝑧z et zsuperscript𝑧z^{\prime} sont deux points distincts de Xisubscript𝑋𝑖X_{i}, il existe un segment joignant z𝑧z à zsuperscript𝑧z^{\prime} tel que int(γ)Int(Xi)int𝛾Intsubscript𝑋𝑖{\rm int}(\gamma)\subset{\rm Int}(X_{i}). Alors f𝑓f est récurrent.

Pour démontrer le \fullrefthm0.1, nous prouverons le résultat plus fort suivant:

Théorème 1.6.

Si fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}) vérifie les hypothèses (i), (ii), (iii), (iv) du \fullrefthm0.1, alors f𝑓f est récurrent.

Le principe de la preuve est le suivant. Nous énoncerons un certain nombre d’hypothèses qui, si elles ne sont pas satisfaites par f𝑓f, obligent f𝑓f à vérifier l’une des deux assertions (i) ou (ii) de la \fullrefprop1.4 (et donc à être récurrent). Dans le cas où toutes ces conditions sont satisfaites, nous montrerons que f𝑓f vérifie les hypothèses de la \fullrefprop1.5, et est donc également récurrent. Nous construirons pour cela une décomposition en briques libre particulière de 𝐃Fix(f)𝐃Fix𝑓{\bf D}\setminus{\rm Fix}(f). Ces objets ont été introduits par M Flucher [6] puis développés par A Sauzet [17] (voir également [15] et [14]). Nous allons rappeler dans la \fullrefsec2 la définition ainsi que les principales propriétés des décompositions en briques.

2 Décomposition en briques

Une décomposition en briques d’une surface orientable M𝑀M (non nécessairement connexe) est la donnée d’un ensemble stratifié Σ(𝒟)Σ𝒟\Sigma({\cal D}) de dimension un, appelé squelette de la décomposition 𝒟𝒟\cal D, avec une sous-variété de dimension zéro S𝑆S tel que de tout sommet sS𝑠𝑆s\in S sont issues (localement) exactement trois arêtes. Les briques sont les adhérences des composantes connexes de MΣ(𝒟)𝑀Σ𝒟M\setminus\Sigma({\cal D}) et les arêtes les adhérences des composantes connexes de Σ(𝒟)SΣ𝒟𝑆\Sigma({\cal D})\setminus S. On notera A𝐴A l’ensemble des arêtes et B𝐵B l’ensemble des briques et on écrira 𝒟=(S,A,B)𝒟𝑆𝐴𝐵{\cal D}=(S,A,B) pour désigner une décomposition en briques. La \fullreffig3 donne un exemple de décomposition en briques.

\cl
\psfig

file=\figdir/H3-1

Figure 3:

Soit 𝒟=(S,A,B)𝒟𝑆𝐴𝐵{\cal D}=(S,A,B) une décomposition en briques de M𝑀M. On dit qu’une partie X𝑋X de B𝐵B est connexe si, pour toutes briques b,bX𝑏superscript𝑏𝑋b,b^{\prime}\in X, il existe une suite (bi)0insubscriptsubscript𝑏𝑖0𝑖𝑛(b_{i})_{0\leq i\leq n}, où b0=bsubscript𝑏0𝑏b_{0}=b et bn=bsubscript𝑏𝑛superscript𝑏b_{n}=b^{\prime}, telle que bisubscript𝑏𝑖b_{i} et bi+1subscript𝑏𝑖1b_{i+1} sont adjacentes si i{0,,n1}𝑖0𝑛1i\in\{0,\dots,n-1\}, c’est-à-dire contiennent une arête commune. On identifiera par la suite une partie X𝑋X de B𝐵B et la partie fermée de M𝑀M, réunion des briques de X𝑋X. Remarquons que X𝑋\partial X est une variété topologique de dimension 1, remarquons également que la connexité de XB𝑋𝐵X\subset B équivaut à la connexité de XM𝑋𝑀X\subset M ainsi qu’à celle de Int(X)MInt𝑋𝑀{\rm Int}(X)\subset M.

On dit que la décomposition 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} est une sous-décomposition de 𝒟𝒟{\cal D} si Σ(𝒟)Σsuperscript𝒟\Sigma({\cal D}^{\prime}) est inclus dans Σ(𝒟)Σ𝒟\Sigma({\cal D}). Tout sommet de 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} est un sommet de 𝒟𝒟\cal D, toute arête de 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} est réunion d’arêtes de 𝒟𝒟{\cal D} et toute brique de 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} réunion de briques de 𝒟𝒟{\cal D}. Si (Xi)iIsubscriptsubscript𝑋𝑖𝑖𝐼(X_{i})_{i\in I} est une partition de B𝐵B en parties connexes, alors iIXisubscript𝑖𝐼subscript𝑋𝑖\bigcup_{i\in I}\partial X_{i} est le squelette d’une sous-décomposition 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} de 𝒟𝒟\cal D dont les briques sont les Xisubscript𝑋𝑖X_{i}. En particulier si (Xi)iIsubscriptsubscript𝑋𝑖𝑖𝐼(X_{i})_{i\in I} est la partition en points, les briques de 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} et les briques de 𝒟𝒟\cal D sont les mêmes. Si 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} et 𝒟𝒟\cal D coïncident, on dira que 𝒟𝒟\cal D est une décomposition remplie: ceci signifie que toute arête de la décomposition est incluse dans exactement deux briques (ainsi la décomposition représentée sur la \fullreffig3 n’est pas remplie).

Si f𝑓f est un homéomorphisme de M𝑀M, on définit naturellement une applicationφ:𝒫(B)𝒫(B):𝜑𝒫𝐵𝒫𝐵\varphi\mskip 0.7mu\colon\thinspace{\cal P}(B)\to{\cal P}(B) en posant:

φ(X)={bB|ilexistebXtelquebf(b)}={bB|bf(X)}.𝜑𝑋absentconditional-set𝑏𝐵ilexistesuperscript𝑏𝑋telque𝑏𝑓superscript𝑏missing-subexpressionabsentconditional-set𝑏𝐵𝑏𝑓𝑋\eqalign{\varphi(X)&=\{b\in B\enskip|\enskip{\rm il\enskip existe}\enskip b^{\prime}\in X\enskip{\rm tel\enskip que}\enskip b\cap f(b^{\prime})\not=\emptyset\}\cr&=\{b\in B\enskip|\enskip b\cap f(X)\not=\emptyset\enskip\}.\cr}

Remarquons que φ(X)𝜑𝑋\varphi(X) est connexe si c’est le cas de X𝑋X. Remarquons également que pour toute famille (Xi)iIsubscriptsubscript𝑋𝑖𝑖𝐼(X_{i})_{i\in I} de parties de B𝐵B, on a:

φ(iIXi)=iIφ(Xi),φ(iIXi)iIφ(Xi).formulae-sequence𝜑subscript𝑖𝐼subscript𝑋𝑖subscript𝑖𝐼𝜑subscript𝑋𝑖𝜑subscript𝑖𝐼subscript𝑋𝑖subscript𝑖𝐼𝜑subscript𝑋𝑖\varphi(\bigcup_{i\in I}X_{i})=\bigcup_{i\in I}\varphi(X_{i}),\enskip\varphi(\bigcap_{i\in I}X_{i})\subset\bigcap_{i\in I}\varphi(X_{i}).

On définit de façon analogue une application φ:𝒫(B)𝒫(B):subscript𝜑𝒫𝐵𝒫𝐵\varphi_{-}\mskip 0.7mu\colon\thinspace{\cal P}(B)\to{\cal P}(B) en posant:

φ(X)={bB|ilexistebXtelquebf1(b)}={bB|bf1(X)}.subscript𝜑𝑋absentconditional-set𝑏𝐵ilexistesuperscript𝑏𝑋telque𝑏superscript𝑓1superscript𝑏missing-subexpressionabsentconditional-set𝑏𝐵𝑏superscript𝑓1𝑋\eqalign{\varphi_{-}(X)&=\{b\in B\enskip|\enskip{\rm il\enskip existe}\enskip b^{\prime}\in X\enskip{\rm tel\enskip que}\enskip b\cap f^{-1}(b^{\prime})\not=\emptyset\}\cr&=\{b\in B\enskip|\enskip b\cap f^{-1}(X)\not=\emptyset\}.\cr}

On définit le futur bsubscript𝑏b_{\geq} et le passé bsubscript𝑏b_{\leq} d’une brique b𝑏b en posant:

b=k0φk({b}),b=k0φk({b}).formulae-sequencesubscript𝑏subscript𝑘0superscript𝜑𝑘𝑏subscript𝑏subscript𝑘0superscriptsubscript𝜑𝑘𝑏b_{\geq}=\bigcup_{k\geq 0}\varphi^{k}(\{b\}),\enskip b_{\leq}=\bigcup_{k\geq 0}\varphi_{-}^{k}(\{b\}).

On définit de même le futur strict b>subscript𝑏b_{>} et le passé strict b<subscript𝑏b_{<} en posant:

b>=k1φk({b}),b<=k1φk({b}).formulae-sequencesubscript𝑏subscript𝑘1superscript𝜑𝑘𝑏subscript𝑏subscript𝑘1superscriptsubscript𝜑𝑘𝑏b_{>}=\bigcup_{k\geq 1}\varphi^{k}(\{b\}),\enskip b_{<}=\bigcup_{k\geq 1}\varphi_{-}^{k}(\{b\}).

Remarquons que les conditions suivantes sont équivalentes:

bb>,b>=b,bb<,b<=b,b<b,bb>.formulae-sequence𝑏subscript𝑏formulae-sequencesubscript𝑏subscript𝑏formulae-sequence𝑏subscript𝑏formulae-sequencesubscript𝑏subscript𝑏formulae-sequencesubscript𝑏subscript𝑏subscript𝑏subscript𝑏b\in b_{>},\enskip b_{>}=b_{\geq},\enskip b\in b_{<},\enskip b_{<}=b_{\leq},\enskip b_{<}\cap b_{\geq}\not=\emptyset,\enskip b_{\leq}\cap b_{>}\not=\emptyset.

L’existence d’une brique bB𝑏𝐵b\in B pour laquelle ces conditions sont vérifiées équivaut à l’existence d’une chaîne fermée constituée de briques.

On dira qu’une décomposition en briques 𝒟=(S,A,B)𝒟𝑆𝐴𝐵{\cal D}=(S,A,B) est libre si toute brique de 𝒟𝒟{\cal D} est libre. Si f𝑓f n’a pas de point fixe, il est toujours possible, quitte à choisir les briques assez petites, de construire une décomposition en briques libre. On déduit immédiatement de la \fullrefprop1.5:

Proposition 2.1.

Soit fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}) un homéomorphisme différent de l’identité et 𝒟=(S,A,B)𝒟𝑆𝐴𝐵{\cal D}=(S,A,B) une décomposition en briques libre de 𝐃Fix(f)𝐃Fix𝑓{\bf D}\setminus{\rm Fix}(f). S’il existe bB𝑏𝐵b\in B tel que bb>𝑏subscript𝑏b\in b_{>}, alors f𝑓f est récurrent.

Rappelons la définition de décomposition libre maximale, notion introduite par Sauzet dans sa thèse [17]. Soit f𝑓f un homéomorphisme sans point fixe d’une surface M𝑀M et 𝒟𝒟\cal D une décomposition en briques libre. On peut trouver une sous-décomposition 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} de 𝒟𝒟\cal D qui est libre et telle que toute sous-décomposition stricte de 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} n’est plus libre. On dit que 𝒟superscript𝒟{\cal D}^{\prime} est une décomposition en briques libre maximale. Remarquons que toute décomposition en briques libre maximale est remplie. Remarquons également que la réunion de deux briques adjacentes n’est pas libre. Dans sa thèse, Sauzet montre, dans le cas où M=𝐃𝑀𝐃M={\bf D}, que toute brique b𝑏b est adjacente à une brique qui rencontre f(b)𝑓𝑏f(b) et à une brique qui rencontre f1(b)superscript𝑓1𝑏f^{-1}(b). Nous allons prouver un résultat similaire si M𝑀M est le complémentaire de l’ensemble des points fixes d’un homéomorphisme non trivial fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}). Plus précisément:

Proposition 2.2.

Soit fHomeo+(𝐃)𝑓superscriptHomeo𝐃f\in{\rm Homeo}^{+}({\bf D}) un homéomorphisme différent de l’identité et 𝒟=(S,A,B)𝒟𝑆𝐴𝐵{\cal D}=(S,A,B) une décomposition en briques libre maximale de 𝐃Fix(f)𝐃Fix𝑓{\bf D}\setminus{\rm Fix}(f). Alors, l’une au moins des assertions suivantes est vraie:

  1. i.

    il existe une chaîne fermée de briques de B𝐵B (et f𝑓f est donc récurrent);

  2. ii.

    toute brique b𝑏b est adjacente à une brique qui rencontre f(b)𝑓𝑏f(b) et à une brique qui rencontre f1(b)superscript𝑓1𝑏f^{-1}(b).

Dans le second cas, on en déduit que les parties bsubscript𝑏b_{\geq}, b>subscript𝑏b_{>}, bsubscript𝑏b_{\leq} et b<subscript𝑏b_{<} sont connexes.

Démonstration.

Expliquons d’abord le dernier point. Si (ii) est vérifié, les ensembles {b}φ({b}\{b\}\cup\varphi(\{b\} et {b}φ({b})𝑏subscript𝜑𝑏\{b\}\cup\varphi_{-}(\{b\}) sont connexes et on peut écrire

b=k0φk({b})=k0φk({b}φ({b})).subscript𝑏subscript𝑘0superscript𝜑𝑘𝑏subscript𝑘0superscript𝜑𝑘𝑏𝜑𝑏b_{\geq}=\bigcup_{k\geq 0}\varphi^{k}(\{b\})=\bigcup_{k\geq 0}\varphi^{k}\left(\{b\}\cup\varphi(\{b\})\right).

Ainsi, bsubscript𝑏b_{\geq} est connexe, étant l’union de parties connexes Xk=φk({b}φ({b}))subscript𝑋𝑘superscript𝜑𝑘𝑏𝜑𝑏X_{k}=\varphi^{k}\left(\{b\}\cup\varphi(\{b\})\right) telles que XkXk+1subscript𝑋𝑘subscript𝑋𝑘1X_{k}\cap X_{k+1}\not=\emptyset. De même on peut écrire

b>=k1φk({b}φ({b}))subscript𝑏subscript𝑘1superscript𝜑𝑘𝑏𝜑𝑏b_{>}=\bigcup_{k\geq 1}\varphi^{k}\left(\{b\}\cup\varphi(\{b\})\right)

ainsi que

b=k0φk({b}φ({b})),b<=k1φk({b}φ({b})).formulae-sequencesubscript𝑏subscript𝑘0superscriptsubscript𝜑𝑘𝑏subscript𝜑𝑏subscript𝑏subscript𝑘1superscriptsubscript𝜑𝑘𝑏subscript𝜑𝑏b_{\leq}=\bigcup_{k\geq 0}\varphi_{-}^{k}\left(\{b\}\cup\varphi_{-}(\{b\})\right),\enskip b_{<}=\bigcup_{k\geq 1}\varphi_{-}^{k}\left(\{b\}\cup\varphi_{-}(\{b\})\right).

Prouvons maintenant que l’une des assertions (i) ou (ii) est vraie. Commençons par compactifier 𝐃𝐃{\bf D} en ajoutant le bout \infty et prolongeons f𝑓f en un homéomorphisme de la sphère 𝐃{}square-union𝐃{\bf D}\sqcup\{\infty\} qui fixe \infty. On sait, d’après M. Brown et J. Kister [3], que toute composante connexe de 𝐃Fix(f)𝐃Fix𝑓{\bf D}\setminus{\rm Fix}(f) est fixe (et n’est donc pas libre). Ainsi la frontière de toute brique b𝑏b est non vide. C’est une sous-variété topologique de dimension un, et donc une réunion de cercles et de droites de 𝐃Fix(f)𝐃Fix𝑓{\bf D}\setminus{\rm Fix}(f).

Commençons par le cas où b𝑏\partial b admet au moins deux composantes connexes Γ1subscriptΓ1\Gamma_{1} et Γ2subscriptΓ2\Gamma_{2}. Fixons une arête a1Γ1subscript𝑎1subscriptΓ1a_{1}\subset\Gamma_{1} (resp. a2Γ2subscript𝑎2subscriptΓ2a_{2}\subset\Gamma_{2}) et notons b1subscript𝑏1b_{1} (resp. b2subscript𝑏2b_{2}) la brique adjacente à b𝑏b qui contient a1subscript𝑎1a_{1} (resp. a2subscript𝑎2a_{2}). On sait que ni bb1𝑏subscript𝑏1b\cup b_{1}, ni bb2𝑏subscript𝑏2b\cup b_{2} n’est libre, puisque 𝒟𝒟\cal D est une décomposition libre maximale. Ainsi, b1subscript𝑏1b_{1} et b2subscript𝑏2b_{2} rencontrent f(b)f1(b)𝑓𝑏superscript𝑓1𝑏f(b)\cup f^{-1}(b). Si b𝑏b ne vérifie pas la condition (ii), l’un des ensembles f(b)𝑓𝑏f(b) ou f1(b)superscript𝑓1𝑏f^{-1}(b) rencontre à la fois b1subscript𝑏1b_{1} et b2subscript𝑏2b_{2}. On peut supposer, sans perte de généralité, que c’est f(b)𝑓𝑏f(b). L’ensemble connexe φ({b})𝜑𝑏\varphi(\{b\}) contient donc b1subscript𝑏1b_{1} et b2subscript𝑏2b_{2}