[Uncaptioned image] [Uncaptioned image]

UNIVERSITÉ PARIS 11


THÈSE

Spécialité: PHYSIQUE THÉORIQUE

Présenté

pour obtenir le grade de
Docteur de l’Université Paris 11


par


Răzvan-Gheorghe Gurău


Sujet:

La renormalisation dans la théorie non commutative des champs


Soutenue le 19 décembre 2007 devant le jury composé de: Jean Bernard ZuberprésidentVincent Rivasseaudirecteur de thèseHarald GrosserapporteurEdwin LangmannrapporteurJacques Magnenexaminateurmissing-subexpressionJean Bernard Zuberprésidentmissing-subexpressionVincent Rivasseaudirecteur de thèsemissing-subexpressionHarald Grosserapporteurmissing-subexpressionEdwin Langmannrapporteurmissing-subexpressionJacques Magnenexaminateur\begin{array}[]{lll}&\mbox{Jean Bernard Zuber}&\mbox{pr\'{e}sident}\\ &\mbox{Vincent Rivasseau}&\mbox{directeur de th\`{e}se}\\ &\mbox{Harald Grosse}&\mbox{rapporteur}\\ &\mbox{Edwin Langmann}&\mbox{rapporteur}\\ &\mbox{Jacques Magnen}&\mbox{examinateur}\end{array}start_ARRAY start_ROW start_CELL end_CELL start_CELL Jean Bernard Zuber end_CELL start_CELL président end_CELL end_ROW start_ROW start_CELL end_CELL start_CELL Vincent Rivasseau end_CELL start_CELL directeur de thèse end_CELL end_ROW start_ROW start_CELL end_CELL start_CELL Harald Grosse end_CELL start_CELL rapporteur end_CELL end_ROW start_ROW start_CELL end_CELL start_CELL Edwin Langmann end_CELL start_CELL rapporteur end_CELL end_ROW start_ROW start_CELL end_CELL start_CELL Jacques Magnen end_CELL start_CELL examinateur end_CELL end_ROW end_ARRAY

Remerciements

Avant tout, je voudrais exprimer ma reconaissance á Vincent. Sans lui cette thèse n’aurait pas été possible. Il a été le meilleur directeur de thèse qu’on puisse avoir, non seulement pour ses calités scientifiques mais aussi pour ses qualités humaines. Au-delà de me former scientifiquement, il m’a appris l’ouverture, la rigueur et la critique (modérée par la bienveillance) et pour cela je lui serai endetté à jamais. Je ne pense pas avoir été le plus commode thésard, mais j’ai eu la chance et le privilège d’avoir été son élève. Il a toujours trouvé le temps de répondre à mes questions, même les plus bêtes, même répétées la dixième fois. Il a toujours préféré m’aider plutôt que me laisser me débrouiller tout seul. J’espère que notre collaboration se poursuivra par la suite, car il est pour moi un modéle humain et scientifique.

Je remercie à Jacques, de facto mon directeur de thèse adjoint. Nos collaborations m’ont appris surtout à ne jamais lâcher un problème. Il n’y a aucun problème trop difficile pour lui, et j’espère apprendre à lui ressembler. Sa fa con de toujours réduire un problème à l’essentiel, quoi qu’il devienne des fois difficile à suivre, est enviable. Après ces années passées ensemble j’espère avoir apris à utiliser mon intelect de la même fa con.

Je remercie à Jean Bernard Zuber, qui a eu la gentillesse d’accepter d’être le président de mon jury de thèse. Dans les trois années que nous avons enseigné ensemble le LP206 il m’a fait apprendre qu’il vaut mieux accepter les autres avant d’essayer à les améliorer. Je vous promets d’essayer de vous tutoyer!

A mes deux rapporteurs Harald Grosse et Edwin Langmann je voudrais les remercier d’avoir tout de suite accepté de faire partie de mon jury de thèse malgré les longues et peu commodes voyages qu’ils ont dû faire.

J’admire enormément les travaux de Harald Grosse, les travaux fondateurs pour les théories des champs non commutatives renormalisables. De ses travaux j’ai appris que la rigueur peut nous guider dans un labyrinthe de techniques et qu’il faut parfois faire un long calcul avant d’arriver à la compréhension. J’espère qu’en suivant son exemple je ne vais jamais me laisser intimidé par les dificultées techniques.

Les travaux d’Edwin Langmann sur la dualité Langmann-Szabo m’ont appris qu’il faut poursuivre des idées non standard et audacieuses pour leur beauté. De plus, les discussions avec lui ont ouvert mon intérêt pour les modèles matriciels que je voudrais approfondir dans le futur.

Je remercie Nikita Nekrasov qui a écrit un rapport sur ma thèse. Ses observations pertinentes m’ont amené a revoir et améliorer une partie de celle-ci. Il m’a aussi suggéré la référence [23] qui introduit un terme harmonique dans les théories noncommutatives sur le plan de Moyal. Ses très vastes travaux dans notre domaine montrent un esprit encyclopédique que j’espère acquérir un jour.

Je voudrais ensuite exprimer ma reconaissance à Monsier Gheorghe Nenciu, mon premier mentor. Les lectures qu’il m’a conseillées sont à la base de ma formation, et si jamais je trouve qu’une idée m’est familière c’est surtout grace à ses premiers conseils. Il est pour moi un example et un symbole d’honnêteté scientifique dans un contexte adverse. Ses encouragements ont beaucoup contribué à ma décision de continuer mes études en France et c’est pour cela aussi que je lui suis reconnaissant.

Je remercie à Madame Florina Stan qui m’a bénévolement enseigné les fondements de la physique. Pour avoir accepté de m’apprendre la physique à un moment très important de ma formation sans jamais demander rien en retour, elle reste pour moi une des grandes chances que j’ai eu.

Je voudrais aussi remercier à ma famille. Ma mère, mon père et ma soeur m’ont toujours soutenu dans ma decision de faire de la science. Ils ont toujours su m’aider et me conseiller, ainsi qu’à m’encourager de poursuivre mes idées. Ma décision d’apprendre la physique est dûe en grande partie à ma mère, qui a su me donner le bon livre à lire au bon moment de mon enface.

Je voudrais aussi exprimer mes remerciements à Marie-France Rivasseau pour avoir corrigé minutieusement le fran cais dans ma thèse. Si mon travail n’est pas présenté dans un fran cais parfait c’est uniquement dû aux corrections ajoutées après sa dernière lecture. Je voudrais aussi lui remercier de m’avoir si souvent re cu si chalereusement chez elle au cours de ces années.

Et surtout, je remercie à Delia. Elle a entiérement relu mon manuscrit et m’a énormérment aidé à mieux transmettre mes idees. Elle m’a toujours encouragé à me perfectionner, scientifiquement et personellement. Elle sait toujours me soutenir quand je passe des moments difficiles et je suis privilégié de l’avoir à mes côtés. Elle m’a appris à être plus fort et plus confiant en moi. Avoir arrivé aujord’hui à présenter ce travail est tout autant dû à la confiance qu’elle a eu en moi qu’à son effort et sacrifice chaque jour. C’est pour cela que cette thèse lui est dédiée.

Resumé

La théorie non commutative des champs est un candidat possible pour la quantification de la gravité. Dans notre thèse nous nous intéressons plus précisément au modéle ϕ4superscriptitalic-ϕ4\phi^{4}italic_ϕ start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT sur le plan de Moyal dans un potentiel harmonique, introduit par Grosse et Wulkenhaar. Dans ce modèle la dualité de Langmann-Szabo présente au niveau du vertex est étendue au propagateur. Le long de nos études plusieurs résultats ont été obtenus concernant ce modèle. Nous avons ainsi prouvé la renormalisabilite à touts les ordres directement dans l’espace des positions. Nous avons introduit la représentation paramétrique du modèle, ainsi que la représentation de Mellin Complète. Nous avons prouvé que le flot de la constante de couplage est borné à tous les ordres de la théorie des perturbations. De plus nous avons introduit la régularisation et la renormalisation dimmensionelle du modèle. Les directions futures de recherche comprennent l’étude des théories de jauge sur le plan de Moyal et leur possible pertinence pour la quantification de la gravitation. Les liens avec la théorie des cordes et la gravitation quantique à boucles pourront aussi être détaillés.

Abstract

Non commutative quantum field theory is a possible candidate for the quantization of gravity. In our thesis we study in detail the ϕ4italic-ϕ4\phi 4italic_ϕ 4 model on the Moyal plane with an harmonic potential. Introduced by Grosse and Wulkenhaar, this model exhibits the Langmann-Szabo duality not only for the vertex but also for the propagator. We have obtained several results concerning this model. We have proved the renormalisability of this theory at all orders in the position space. We have introduced the parametric and Complete Mellin representation for the model. Furthermore we have proved that the coupling constant has a bounded flow at all orders in perturbation theory. Finally we have achieved the dimensional regularization and renormalization of the model. Further possible studies include the study of gauge theory on the Moyal plane and there possible applications for the quantization of gravity. The connections with string theory and loop quantum gravity should also be investigated.

Chapitre 1 Introduction

Aujourd’hui la physique est une des sciences les plus accomplies. Elle explique avec une précision remarquable les phénomènes les plus divers, sur une plage d’échelles comprise entre l’échelle du système solaire et l’échelle nucléaire. Entre ces deux limites les lois physiques fondamentales (la mécanique quantique, l’électromagnétisme, la gravitation, etc.) sont aussi bien prédictives que simples. Elles comportent un nombre réduit de paramètres et de postulats. Les phénomènes émergents, comme la chimie, la biologie, etc., sont très complexes à cause du grand nombre des constituants et non pas de la complexité des principes fondateurs.

La situation dégénère au fur et à mesure qu’on s’écarte de cette fenêtre d’énergies: on manque de modèles non seulement suffisamment prédictifs mais surtout mathématiquement satisfaisants. Le modèle standard, qui s’est imposé pour la description de la physique à petite échelle, a plus de 30303030 paramètres indépendants et son Lagrangien est composé de plus de 100100100100 termes.

Toutes les théories physiques comprennent deux aspects: les lois valides à une certaine échelle d’énergie et la façon dont elles influencent les lois "effectives" à d’autres échelles d’énergie. Par exemple la mécanique quantique fournit une description presque parfaite des phénomènes à l’échelle atomique, mais il n’est pas raisonnable de l’appliquer directement au calcul de la pression d’un gaz dans une boîte. Pour ce calcul on doit utiliser la mécanique statistique classique.

Les phénomènes à l’échelle nucléaire sont décrits par la théorie des champs. Elle combine la mécanique quantique et la relativité restreinte (ce qui constitue un pas vers l’unification) et elle a une puissance prédictive impressionnante. L’histoire de la théorie des champs est remarquable en elle-même. Proposée dans les années 40404040 elle a failli être abandonnée dans les années 60606060 pour revenir en force dans les années 70707070.

L’outil conceptuel le plus neuf de cette théorie est la renormalisation. Au début simple "recette de cuisine" utile pour cacher des quantités infinies dans des paramètres non physiques, la renormalisation est devenue un des concepts de base de notre compréhension de la physique à très courte échelle grâce à l’interprétation moderne à la Wilson.

Etant donné une théorie à une échelle d’énergie élevée, la renormalisation nous indique comment cette théorie se transforme à toutes les échelles d’énergie plus basses (donc à plus grande distance). Ainsi, il se peut que la structure de la théorie se reproduise, mais les valeurs de ses paramètres changent (et dans ce cas la théorie est dite renormalisable), ou il se peut que la théorie initiale engendre une autre théorie effective complètement différente.

Comme nous ne connaissons pas la théorie ultime, nous pouvons supposer qu’à une énergie très élevée on a un réservoir avec toutes les théories possibles. Si l’une de ces théories ne survit pas sur plusieurs échelles alors, plutôt qu’une véritable théorie universelle, elle est un accident du point de vue des autres échelles. Par contre, si la théorie se reproduit sur plusieurs échelles nous allons la rencontrer génériquement. Cette remarque nous mène à considérer de préférence des théories renormalisables pour décrire la physique.

Parmi les théories des champs possibles nous nous intéressons aux théories des champs sur des espaces non commutatifs (TCNC). Ces théories pourraient être adaptées à la description de la physique au-delà du modèle standard. De plus, elles sont certainement pertinentes pour la description de la physique en champ fort. La question de leur renormalisabilité est donc fondamentale pour savoir si ces théories sont génériques et universelles au sens décrit ci-dessus. C’est l’étude de cette question qui est le thème central de notre thèse.

Comme la renormalisation est une technique assez compliquée nous devons nous poser la question du niveau de rigueur des résultats que nous souhaitons avoir. Il y a trois niveaux de rigueur que nous pourrions nous proposer dans notre étude.

Un résultat peut être vérifié jusqu’à un certain ordre de la théorie de perturbations. C’est le niveau auquel s’arrête le physicien expérimentateur. Le modèle standard a été vérifié dans les expériences de haute énergie jusqu’à l’ordre trois au moins dans certains effets fins comme le calcul du facteur g2𝑔2g-2italic_g - 2 de l’électron prédit avec dix chiffres en électrodynamique quantique 111Ce facteur est la quantité physique prédit avec la plus grande précision par une théorie.. Du point de vue du groupe de renormalisation la plus spectaculaire vérification est la variation de la constante de structure fine par deux pour cent sur la plage d’échelle accessibles aux expériences au LEP.

Le deuxième niveau de rigueur que nous pouvons nous proposer est de prouver un résultat à tous les ordres dans la théorie des perturbations. C’est le niveau du physicien théoricien, et c’est à ce niveau-ci que nous présentons tous les travaux de notre thèse.

Le troisième niveau est constructif. C’est le niveau ultime du physicien mathématicien. Il s’agit par exemple de prouver la ressommation au sens de Borel des séries de perturbations en une fonction, et ensuite d’étendre les propriétés prouvées pour la série à sa somme de Borel. Des développements récents prometteurs existent dans cette direction qui nous permettent d’espérer que la construction des modèles de théories des champs sur des espaces non commutatifs ne va pas tarder.

Dans le chapitre suivant nous présentons une introduction générale aux théories des champs sur des espaces non commutatifs. Le chapitre trois comprend une introduction générale au modèle Φ44subscriptsuperscriptΦabsent44\Phi^{\star 4}_{4}roman_Φ start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 4 end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT sur l’espace de Moyal et présente d’autres modèles traités par nous. Les chapitres quatre à huit présentent différents résultats obtenus au cours de notre thèse. Le chapitre neuf présente les conclusions de cette thèse. Le chapitre dix présente quelques aspects techniques concernant le plan de Moyal. Les appendices contiennent les différents travaux qui sont à la base de nos résultats.

Chapitre 2 Historique et problématique des TCNC

L’idée de chercher une représentation géométrique nouvelle du monde à très petite échelle est bien plus ancienne qu’on ne pourrait le croire. Des idées dans ce sens ont été avancées par Schrödinger [1] dès l’année 1934. Reprises par Heisenberg [2], Pauli et Oppenheimer, ces idées sont pour la première fois formulées mathématiquement par Snyder [3]. Les études initiales ont été motivées d’une part par l’étude des particules dans des forts champs magnétiques et d’autre part par l’espoir que le comportement à petite échelle (UV) de telles théories sera amélioré.

Après ces travaux initiaux, l’idée de combiner une non-commutativité des coordonnées avec la physique a été longtemps négligée à cause principalement des difficultés mathématiques (notamment liées à l’invariance de Lorentz) et du développement spectaculaire des théories des champs commutatives.

Nous avons aujourd’hui plusieurs raisons de nous intéresser de nouveau aux TCNC. Nous les rencontrons comme candidates pour la physique des hautes énergies mais aussi comme une description naturelle de la physique des particules non relativistes dans un champ magnétique fort. L’effet Hall quantique découvert en 1980 par von Klitzing [4] a été l’une des plus grandes surprises de la physique moderne: les électrons dans un champ fort ont un comportement collectif qui conduit à la quantification de la résistance. L’effet Hall fractionnaire, mis en évidence par Tsui et Störmer [5] n’a pas été prévu par les théoriciens et il est encore plus surprenant. Les travaux théoriques sur ce sujet ont culminé avec l’introduction par Laughlin [6] d’une fonction d’onde non locale décrivant le liquide de Hall. Cette fonction d’onde peut être interprétée en termes d’un gaz d’anyons, des objets ayant des charges fractionnaires. Ces objets ont été mis en évidence expérimentalement sous la forme de bruit de grènaille (voir [7] pour une présentation détaillée). Dans ces expériences nous "voyons" en quelque sorte concrètement les charges fractionaires.

En plus de la description de Laughlin nous disposons d’une description d’un système de Hall en terms d’une théorie de champ de Chern Simons. Une interprétation de cette théorie en terme de particules composées formées d’électrons habillés avec des quanta du champ magnétique à été proposée par Read [8].

Les deux descriptions de l’effet Hall font intervenir des objets non locaux. Leur analyse devrait faire intervenir en conséquence des théories de champs non locales. La non-localité peut, à son tour, être traduite comme provenant d’une description non commutative de l’espace. Ces considérations ont mené Susskind [9] à conjecturer que l’effet Hall devrait être bien décrit par une théorie de Chern Simons non commutative. Ses travaux formels ont été affinés par Polychronakos [10] qui a proposé une version matricielle avec des coupures raides (sharp cutoffs) du modèle de Chern Simons non commutatif comme théorie finitaire utilisable dans la description de l’effet Hall. Van Raamsdonk et al. [11] ont mis en correspondance les états propres de la théorie de Polychronakos avec les fonctions d’onde de Laughlin. Ces idées sont à la base de l’étude des liquides non commutatives (voir [12] pour une présentation du sujet).

Nous espérons que le développement dans cette thèse du groupe de renormalisation adaptée aux TCNC s’appliquera à ces problèmes. Il n’existe pas encore une étude de la renormalisation des théories de champs qui s’appliquent à l’effet Hall. Les comportements à longue distance caractéristiques de l’effet Hall devraient pouvoir être compris en termes d’un flot du groupe de renormalisation. Une telle étude apporterait l’explication ab initio de l’effet Hall fractionnaire ainsi qu’une description précise et unifiée des transitions entre tous les plateaux de Hall.

La deuxième raison en faveur de l’étude des TCNC est la physique des hautes énergies. Nous allons maintenant nous concentrer sur les arguments apportés par cette physique car la bonne théorie de la gravitation quantique reste à ce jour le "Graal" de la physique théorique moderne.

Une fois le modèle standard formulé dans les années 70707070 les physiciens ont commencé à se poser sérieusement le problème de la quantification de la gravitation. Après de nombreux efforts dans cette direction nous avons aujourd’hui plusieurs candidats pour cette théorie quantique de la gravitation. Parmi ces propositions la théorie des cordes et la gravité quantique à boucles sont les plus élaborées.

La théorie des cordes à été introduite dans les années 70707070 par Veneziano comme théorie effective des interactions fortes. A partir des travaux de 1984198419841984 de Green et Schwarz, qui prouvent l’absence d’anomalies, elle s’est imposée comme la proposition dominante dans la physique au delà du modèle standard. Les cordes supersymétriques semblent promettre une bonne théorie de la gravitation quantique. Le principal succès de cette théorie reste à ce jour la présence du graviton (particule de masse nulle et spin 2222) dans le spectre de la corde fermée. Ainsi elle nous fournit un formalisme qui unifie naturellement les champs de jauge avec les gravitons.

De plus l’entropie des trous noirs à été calculée par Strominger et Vafa [13] et ensuite Maldacena et al. [14]. Ce calcul, un grand succès de la théorie des cordes, est cependant limité à des trous noirs très particuliers (QM𝑄𝑀Q\approx Mitalic_Q ≈ italic_M, appellée aussi quasi-extrémaux).

D’autre part, malgré de nombreux efforts dans ce sense, la seconde quantification de la théorie des cordes et l’identification du vide restent non complètement elucidés. La possibilité de vides multiples compatibles avec la phenoménologie actuelle (le problème du "paysage") rendent les prédictions physiques difficiles.

La gravité quantique à boucles renonce totalement aux notions géométriques habituelles et essaie de les retrouver comme engendrées dynamiquement. L’objet fondamental dans cette théorie sont les réseaux de spins. Nous essayons d’associer à chaque configuration d’un réseau de spins un espace-temps. Cette hypothèse, certes séduisante est très difficile à manipuler et donne difficilement des prédictions.

Parmi les avancées récentes dans la domaine de la gravité quantique on doit aussi mentionner les théories de la relativité modifiées comme la relativité doublement restreinte. Cette dernière rend compte d’une longueur minimale égale pour tous les observateurs, fixée à l’échelle de Planck. On ne dispose pas pour l’instant d’un schéma de quantification satisfaisant de telles théories.

Pour tous ces raisons une théorie mathematiquement plus simple qui rende compte d’une partie des caractéristiques des théories présentées auparavant serait fort souhaitable.

Les TCNC étudiées dans cette thèse sont un autre candidat à la quantification de la gravité. A cause de leur énorme succès expérimental les théories des champs commutatives sont notre point de départ. Nous voulons trouver une description des phénomènes reconstituant dans une certaine limite la théorie des champs commutative mais qui, en plus, prenne en compte des effets de la relativité générale.

La théorie mathématique de la géométrie non commutative a été développée dans les années 80-90 par des mathématiciens comme Alain Connes, Michel Dubois-Violette, John Madore, etc.. Leurs travaux mathématiques ont semblé au début peu liés à la physique.

Tout a changé dans les années 90. Plusieurs résultats de la théorie des cordes ont pointé vers un régime limite de la théorie de type IIA décrit par la théorie non commutative sur le plan de Moyal. Cela, et l’espoir de construire des théories automatiquement régularisées dans l’UV, a relancé la recherche sur les TCNC. Assez tôt Filk [17] s’est rendu compte que dans les nouvelles TCNC le secteur planaire a le même comportement que les théories commutatives. La renormalisation du secteur planaire de ces théories, qui contient une infinité de graphes, est donc nécessaire.

Les théories de jauge non commutatives sur le plan de Moyal ont attiré l’intérêt à partir des travaux de Martin et Sanchez-Ruiz en 1999 [18]. Des études ont été menées sur le tore non commutatif par Sheikh-Jabbari [19]. Les auteurs ont vérifié la renormalisabilité à une boucle de ces théories.

Ces travaux ont culminé avec les travaux de Seiberg et Witten en 1999 [20]. Ces auteurs ont donné une relation (strictement formelle) entre les théories de Yang-Mills non commutatives et les théories ordinaires. Cette relation a engendré une activité fébrile et de milliers des papiers sur le sujet. Dans la même période, les travaux de Maldacena [21] ont mis en relation la théorie des cordes et les théories de jauge maximalement supersymétriques. Nous voyons ainsi un triangle de relation se développer entre les théories des champs commutatives, les TCNC et la théorie des cordes.

D’autre part, dans les années 97 Chamseddine et Connes [22] ont trouvé une reformulation du modèle standard (au niveau classique) en terme d’un principe d’action spectrale sur une géométrie non commutative très simple. Leurs travaux ont inspiré un vif intérêt (spécialement du côté des mathématiciens) et les actions spectrales ont aujourd’hui une vie scientifique propre. Malgré l’incontestable réussite de condenser le modèle standard sous une forme très compacte ces travaux suivent encore les schémas de quantification habituelle. En particulier ils ne fournissent pas un nouveau groupe de renormalisation pour le traitement du modèle standard ni une compréhension nouvelle de la gravité quantique. En ce sens les action spectrales semblent être seulement le sommet d’un iceberg non commutatif encore largement à découvrir.

Les TCNC ont été ensuite mis en relation avec la M-théorie compactifiée sur des tores, et une étude approfondie des instantons et solitons dans les TCNC a été menée par Nekrasov [23]. En plus la géométrie non commutative s’est avérée un outil très puissant pour la quantification par déformation dans la théorie des cordes. L’étude des groupes et groupoïdes quantiques a été entreprise à l’aide de la géométrie non commutative.

Entre les années 1995 et 2000 les progrès rapides dans les TCNC amenèrent l’espoir de faire des calculs plus sûrs et plus poussés que dans la théorie des cordes. Les TCNC avaient été prouvées renormalisables à une et deux boucles et tout le monde supposait qu’elles le seraient à tous les ordres. Un papier de 2000 par Chepelev et Roiban [24] (révélé aujourd’hui faux) semblait dire que c’était vraiment le cas. On avait alors une reformulation élégante du modèle standard, et on commençait à comprendre très bien les théories de jauge non commutatives. Un compte-rendu de l’état des TCNC dans l’année 2001 se trouve dans [25].

Les premiers troubles sont apparus peu après le papier de Chepelev et Roiban. Minwalla, Van Raamsdonk et Seiberg [26] ont trouvé un problème qui avait échappé à ces auteurs: il existe des graphes non-planaires qui sont convergents UV grâce à certains facteurs oscillants mais qui, à cause de leur comportement IR, insérés dans des graphes plus grands engendrent des divergences (ce phénomène est expliqué en détail dans le chapitre suivant). Ces divergences ne sont pas renormalisables et portent le nom de mélange UV/IR. Malgré ce problème, le comptage de puissance de Chepelev et Roiban semblait être correct. On sait aujourd’hui que ce n’est pas le cas. Même leur théorème de comptage des puissances (sans preuve publiée) s’est révélé en fait erroné.

Le mélange UV/IR est un problème fondamental des TCNC. Toute théorie des champs réels va souffrir de ces divergences. Malgré de nombreux efforts afin de surmonter ce problème on n’a pas trouvé de solution satisfaisante pendant quelques années. Entre temps les TCNC ont été abandonnées par une bonne partie de la communauté des cordes.

Pourquoi revenir sur des théories qui semblent inconsistantes? Nous allons présenter un "Gedanken Experiment" en faveur des TCNC.

Commençons par un argument classique de mécanique quantique, présenté par Feynman. Quand nous mesurons la position d’une particule (supposons un électron) nous l’illuminons avec un photon. Nous observons le processus d’absorbtion du photon par l’électron.

La précision de la mesure de la position de l’électron est donnée par la longueur d’onde du photon. Cette limitation est due au fait que la probabilité de présence du photon est étendue sur une largeur spatiale donnée par sa longueur d’onde. Pour l’augmenter on doit utiliser des photons d’énergie de plus en plus haute. Les photons vont subir un choc avec les électrons, et vont leur communiquer une certaine impulsion. Comme le choc est élastique on ne peut pas affirmer avec précision quelle impulsion va être transférée entre les photons et les électrons. L’impulsion de transfert maximal nous donne l’incertitude sur l’impulsion de l’électron. Les photons avec de hautes énergies vont perturber l’impulsion de l’électron de plus en plus. Les deux mesures sont concurrentes: accroître la précision de la mesure de la position d’un électron va augmenter l’incertitude de la mesure de son impulsion. Nous sommes ainsi forcés d’introduire le principe d’incertitude de Heisenberg.

Toutes les théories qui essaient de décrire l’au-delà du modèle standard ont convergé sur l’idée qu’il existe une échelle fondamentale dans la nature où les effets de la quantification de la gravitation seront ressentis: l’échelle de Planck Psubscript𝑃\ell_{P}roman_ℓ start_POSTSUBSCRIPT italic_P end_POSTSUBSCRIPT. Le rapport entre cette échelle et l’échelle de la corde joue un rôle essentiel dans la théorie des cordes. En même temps c’est l’échelle unité du réseau de spin dans la gravitation quantique, et l’échelle invariante dans la relativité doublement restreinte.

Il est assez naturel de conjecturer qu’à cette échelle la nature même de l’espace-temps présente des changements profonds. Il devrait être impossible de localiser un objet avec une précision plus petite que la longueur de Planck. Ce qui est plus profond et moins évident au sujet de l’échelle de Planck c’est qu’elle est plus profondément une échelle d’aire qu’une échelle de longueur.

Faisons une expérience de pensée inspirée par l’expérience classique de Feynman. Nous voudrions mesurer la position d’un électron dans l’espace-temps. Supposons qu’on est loin de toute matière donc que l’espace temps est plat. Nous envoyons un photon (ou toute autre particule) dans la direction de l’électron. Nous essayons de mesurer la position de l’électron à l’aide de ce photon. La longueur d’onde associée à un photon libre d’énergie E𝐸Eitalic_E est λhcE1𝜆𝑐superscript𝐸1\lambda\approx hcE^{-1}italic_λ ≈ italic_h italic_c italic_E start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT. C’est la précision maximale avec laquelle on peut localiser le photon dans sa direction de mouvement (et dans le temps). C’est ainsi la précision de la mesure de la position du point dans ces deux directions. Jusqu’ici on n’a pas innové par rapport à l’expérience de Feynman. Mais supposons maintenant qu’on veuille mesurer en même temps la position du point sur les directions transversales au mouvement du photon. A tout photon d’énergie E𝐸Eitalic_E on associe un rayon de Schwarzschild rSGEc4subscript𝑟𝑆𝐺𝐸superscript𝑐4r_{S}\approx GEc^{-4}italic_r start_POSTSUBSCRIPT italic_S end_POSTSUBSCRIPT ≈ italic_G italic_E italic_c start_POSTSUPERSCRIPT - 4 end_POSTSUPERSCRIPT. Ce rayon représente l’horizon du photon. Aucune information (comme la position d’un électron à l’intérieur de cet horizon) ne peut le franchir. Ce que nous pouvons affirmer avec certitude c’est que le point est soit à l’intérieur soit à l’extérieur de l’horizon. Le rayon de Schwarzschild nous donne une borne sur la précision de la localisation du point sur les deux directions orthogonales au mouvement du photon. Comme rSsubscript𝑟𝑆r_{S}italic_r start_POSTSUBSCRIPT italic_S end_POSTSUBSCRIPT augmente avec l’énergie, les mesures de la position d’un point sur les directions parallèles et orthogonales à son mouvement sont incompatibles!

Le produit de ces deux incertitudes est λrS=P2𝜆subscript𝑟𝑆superscriptsubscript𝑃2\lambda r_{S}=\ell_{P}^{2}italic_λ italic_r start_POSTSUBSCRIPT italic_S end_POSTSUBSCRIPT = roman_ℓ start_POSTSUBSCRIPT italic_P end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT. On ne peut pas sonder la géométrie sur des aires plus petites que cette aire fondamentale, le concept d’espace-temps continu doit être repensé!

Ce argument est classique et a été largement débattu au cours du temps. La principale critique qu’on lui a opposé c’est qu’il repose sur le préjugé que la relativité générale s’applique à des échelles où elle n’a jamais été testée. Cette critique n’est pas totalement fondée. En effet le seul ingrédient de relativité générale dont on s’est servi est la notion d’horizon. Cette notion est beaucoup plus large que la relativité générale. La thermodynamique des trous noirs, dont la théorie microscopique est gouvernée par une théorie quantique de la gravité encore à découvrir, est fondée sur cette notion111En effet, comme tout objet ne peut être observé qu’à travers son horizon, nous disposons aujourd’hui d’une entière théorie physique basèe sur le principe holographique, disant que tout phénomène observable doit être décrit comme une théorie sur la frontière du phńomène..

La façon la plus simple d’engendrer un principe d’incertitude entre les positions est d’introduire la non-commutation des coordonnées (en tant qu’opérateurs quantiques):

[xi,xj]=ıθij,superscript𝑥𝑖superscript𝑥𝑗italic-ısuperscript𝜃𝑖𝑗\displaystyle[x^{i},x^{j}]=\imath\theta^{ij}\;,[ italic_x start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT , italic_x start_POSTSUPERSCRIPT italic_j end_POSTSUPERSCRIPT ] = italic_ı italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT italic_i italic_j end_POSTSUPERSCRIPT , (2.1)

θ𝜃\thetaitalic_θ est une nouvelle constante analogue à la constante de Planck. Un espace de ce type porte le nom d’espace de Moyal. Nous pouvons évidemment essayer de traiter des commutateurs plus compliqués θij(x)superscript𝜃𝑖𝑗𝑥\theta^{ij}(x)italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT italic_i italic_j end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_x ).

Cet argument simple nous dit que les TCNC sont fondamentales pour la compréhension de la physique à l’échelle de Planck! Nous devons donc chercher des solutions afin de contourner les problèmes de ces théories comme le mélange UV/IR!

La solution du mélange a dû attendre les années 2003-2004 et les travaux fondateurs de Grosse et Wulkenhaar [27, 28, 29] portant sur le modèle ϕ44subscriptsuperscriptitalic-ϕ44\phi^{4}_{4}italic_ϕ start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT sur l’espace de Moyal 4superscript4{\mathbb{R}}^{4}blackboard_R start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT. Le vertex de cette théorie possède une symétrie non triviale222Introduit par Langmann et Szabo [30].: il a la même forme dans l’espace des positions et dans l’espace des impulsions. L’idée de Grosse et Wulkenhaar a été de modifier aussi le propagateur du modèle pour obéir à cette symétrie333Un tèrme du même type a été deja introduit dans [31] mais dans un contexte très different.! Cette modification relie les régimes UV et IR au niveau de l’action libre et constitue la bonne solution du mélange. Grosse et Wulkenhaar ont pu prouver que le modèle Φ44superscriptsubscriptΦ4absent4\Phi_{4}^{\star 4}roman_Φ start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 4 end_POSTSUPERSCRIPT ainsi modifié est renormalisable à tous les ordres de perturbation. Nous allons dorénavant appeler ce modèle vulcanisé.

Leurs travaux ont été ensuite repris et développés et la grande majorité des résultats de notre thèse porte sur ce sujet.

Nos études nous poussent à complètement changer notre intuition habituelle sur les petites et les grandes échelles. Il s’avére que penser aux échelles en termes de distance n’a plus de sens dans les TCNC: il y a une symétrie entre les comportements à longue et courte distance. Seul a un sens de parler de zones de haute et basse énergie. Comme l’énergie est bornée inférieurement on a une seule direction du groupe de renormalisation! Ce point de vue peut être qualifié de spectral, car on base notre analyse sur le spectre du hamiltonien. Il rejoint ainsi les idées de l’action spectrale et nous fournit probablement le bon cadre pour leur quantification future.

Nous pouvons adopter deux attitudes envers ce problème: soit essayer de trouver le plus vite possible le maximum de modèles ayant la symétrie de Langmann-Szabo et qui ne présentent pas de mélange, soit essayer de comprendre en plus grand détail la théorie Φ44superscriptsubscriptΦ4absent4\Phi_{4}^{\star 4}roman_Φ start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 4 end_POSTSUPERSCRIPT et le nouveau groupe de renormalisation qui lui est associé. Le long de cette thèse nous allons prendre le deuxième point de vue. Nous espérons ainsi dégager le plus grand nombre de traits spécifiques des TCNC sur l’espace de Moyal, et développer une panoplie d’outils plus complète.

Parmi les modèles récents vulcanises de TCNC nous avons le modèle de Gross-Neveu étudié par Vignes-Tourneret [32] et des propositions de théories de jauge développées indépendemment par Grosse et al. [33], de Goursac et al. [34]. Tandis que le modèle de Vignes-Tourneret a été prouvé renormalisable nous ne disposons pas encore de preuve que les théories de jauge récemment proposé le soient. Le modèle Φ63superscriptsubscriptΦ6absent3\Phi_{6}^{\star 3}roman_Φ start_POSTSUBSCRIPT 6 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 3 end_POSTSUPERSCRIPT a été prouvé renormalisable par Gross et Steinacker [35], et le modèle Φ36superscriptsubscriptΦ3absent6\Phi_{3}^{\star 6}roman_Φ start_POSTSUBSCRIPT 3 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 6 end_POSTSUPERSCRIPT par Zhi Tuo Wang.

Le premier trait spécifique des TCNC est la non-localité. Comme la notion de point perd son sens il est inévitable de perdre la notion de localité. Cette perte et tous les problèmes correspondants d’unitarité et perte d’invariance sous le groupe de Poincaré font que les TCNC ont des difficultés à s’imposer dans la communauté des physiciens.

Cependant une non-commutation de type Moyal est covariante sous le groupe de Lorentz restreint. Nous considérons les TCNC comme une première étape en direction de la physique de l’échelle de Planck. Nous conjecturons qu’au fur et à mesure qu’on monte dans les énergies on va rencontrer des comportements de TCNC sur l’espace de Moyal qui seront ensuite remplacés par des comportements plus compliqués avec un paramètre θ𝜃\thetaitalic_θ qui deviendra sans doute dynamique, jusqu’à l’échelle de Planck où nous espérons atteindre une formulation réellement indépendante du fond.

Chapitre 3 Le modèle Φ44subscriptsuperscriptΦabsent44\Phi^{\star 4}_{4}roman_Φ start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 4 end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT

Nous voulons entreprendre une étude qui nous révèle avec précision le plus grand nombre des traits spécifiques des TCNC. Pour cela nous sommes forcés de choisir un espace non commutatif très simple. Par la suite nous allons nous placer sur l’espace de Moyal. Sa description précise se trouve dans l’appendix 10.1. En quelques mots, il s’agit de l’espace Dsuperscript𝐷{\mathbb{R}}^{D}blackboard_R start_POSTSUPERSCRIPT italic_D end_POSTSUPERSCRIPT muni d’un produit non commutatif de façon que le commutateur des deux coordonnées soit une constante.

3.1 Définition du modèle

Nous voulons généraliser le modèle Φ44subscriptsuperscriptΦ44\Phi^{4}_{4}roman_Φ start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT commutatif défini par l’action:

S=dDx[12μϕ¯(x)μϕ(x)+12μ2ϕ¯(x)ϕ(x)+λ4!ϕ¯(x)ϕ(x)ϕ¯(x)ϕ(x)],𝑆superscript𝑑𝐷𝑥delimited-[]12subscript𝜇¯italic-ϕ𝑥subscript𝜇italic-ϕ𝑥12superscript𝜇2¯italic-ϕ𝑥italic-ϕ𝑥𝜆4¯italic-ϕ𝑥italic-ϕ𝑥¯italic-ϕ𝑥italic-ϕ𝑥\displaystyle S=\int d^{D}x[\frac{1}{2}\partial_{\mu}\bar{\phi}(x)\partial_{\mu}\phi(x)+\frac{1}{2}\mu^{2}\bar{\phi}(x)\phi(x)+\frac{\lambda}{4!}\bar{\phi}(x)\phi(x)\bar{\phi}(x)\phi(x)]\;,italic_S = ∫ italic_d start_POSTSUPERSCRIPT italic_D end_POSTSUPERSCRIPT italic_x [ divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG ∂ start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ( italic_x ) ∂ start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT italic_ϕ ( italic_x ) + divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG italic_μ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ( italic_x ) italic_ϕ ( italic_x ) + divide start_ARG italic_λ end_ARG start_ARG 4 ! end_ARG over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ( italic_x ) italic_ϕ ( italic_x ) over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ( italic_x ) italic_ϕ ( italic_x ) ] , (3.1)

qui décrit un boson chargé muni d’une interaction à quatre corps.

Dans un premier temps on va simplement remplacer les produits par des produits de Moyal:

S=dDx[12μϕ¯(x)μϕ(x)+12μ2ϕ¯ϕ(x)+λ2ϕ¯ϕϕ¯ϕ(x)],𝑆superscript𝑑𝐷𝑥delimited-[]12subscript𝜇¯italic-ϕ𝑥superscript𝜇italic-ϕ𝑥12superscript𝜇2¯italic-ϕitalic-ϕ𝑥𝜆2¯italic-ϕitalic-ϕ¯italic-ϕitalic-ϕ𝑥\displaystyle S=\int d^{D}x[\frac{1}{2}\partial_{\mu}\bar{\phi}(x)\star\partial^{\mu}\phi(x)+\frac{1}{2}\mu^{2}\bar{\phi}\star\phi(x)+\frac{\lambda}{2}\bar{\phi}\star\phi\star\bar{\phi}\star\phi(x)]\;,italic_S = ∫ italic_d start_POSTSUPERSCRIPT italic_D end_POSTSUPERSCRIPT italic_x [ divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG ∂ start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ( italic_x ) ⋆ ∂ start_POSTSUPERSCRIPT italic_μ end_POSTSUPERSCRIPT italic_ϕ ( italic_x ) + divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG italic_μ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ⋆ italic_ϕ ( italic_x ) + divide start_ARG italic_λ end_ARG start_ARG 2 end_ARG over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ⋆ italic_ϕ ⋆ over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ⋆ italic_ϕ ( italic_x ) ] , (3.2)

\star est le produit de Moyal défini par (10.1).

Une propriété (10.5) du produit de Moyal est que dans toute intégrale quadratique on peut le remplacer par le produit habituel. Par conséquent la partie libre de l’action est celle habituelle (commutative), la différence entre ce modèle et le modèle correspondant commutatif provenant exclusivement du terme d’interaction (explicité en eq. (10.1)).

Pour un champ scalaire réel, le modèle naïf souffre d’un nouveau type de divergence: le mélange ultraviolet infrarouge. Il existe un graphe (appelé tadpole non planaire pour des raisons qui seront plus claires par la suite), représenté dans la figure 3.1, qui est convergent ultraviolet, mais qui, enchaîné un nombre arbitraire de fois dans une boucle, engendre une divergence infrarouge aussi forte que l’on veut.

Refer to caption

Figure 3.1: Le tadpole nonplanaire

Son amplitude à impulsion de transfert p𝑝pitalic_p est:

𝒜d4keipμkνθμνk2+μ2p0p2,proportional-to𝒜superscript𝑑4𝑘superscript𝑒𝑖subscript𝑝𝜇subscript𝑘𝜈superscript𝜃𝜇𝜈superscript𝑘2superscript𝜇2subscriptsimilar-to-or-equals𝑝0superscript𝑝2\displaystyle{\cal A}\propto\int d^{4}k\frac{e^{ip_{\mu}k_{\nu}\theta^{\mu\nu}}}{k^{2}+\mu^{2}}\simeq_{p\to 0}p^{-2}\;,caligraphic_A ∝ ∫ italic_d start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT italic_k divide start_ARG italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_i italic_p start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT italic_k start_POSTSUBSCRIPT italic_ν end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT italic_μ italic_ν end_POSTSUPERSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG start_ARG italic_k start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT + italic_μ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG ≃ start_POSTSUBSCRIPT italic_p → 0 end_POSTSUBSCRIPT italic_p start_POSTSUPERSCRIPT - 2 end_POSTSUPERSCRIPT , (3.3)

et l’on peut engendrer une puissance négative de p𝑝pitalic_p toute aussi grande que l’on désire! Cette divergence ne peut pas être réabsorbée dans la redéfinition des paramètres initiaux de la théorie et rend la théorie non renormalisable.

Ce type de divergence s’avère être très générique dans la TCNC. Non seulement elle est présente dans toutes les théories réelles définies sur l’espace de Moyal, mais elle est aussi présente pour des théories définies sur des variétés non commutatives plus générales.

Il est vrai que ce mélange n’est pas présent dans une théorie complexe, car les graphes comme le tadpole non planaire ne sont pas permis dans un tel modèle, mais cette solution n’est pas satisfaisante. C’est plutôt un accident dû aux règles de contraction qu’une solution de principe.

Malgré de nombreux efforts sur ce sujet, le mélange n’a pu être résolu qu’avec l’introduction par Grosse et Wulkenhaar d’une modification de l’action initiale du modèle.

Le vertex de ce modèle possède une symétrie non triviale: son expression dans l’espace des impulsions et des positions est identique! On appelle cette symétrie la dualité de Langmann-Szabo. La percée de Grosse et Wulkenaar consiste dans l’addition d’un nouveau terme quadratique dans l’action pour rendre covariante sous cette transformation aussi la partie libre du modèle. Le modèle de Φ44subscriptsuperscriptΦabsent44\Phi^{\star 4}_{4}roman_Φ start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 4 end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT "vulcanisé" qui sera analysé en détail tout le long de cette thèse est donc décrit par l’action:

S=dDx[12μϕ¯μϕ+12Ω2x~2ϕ¯ϕ+12μ2ϕ¯ϕ+λ2ϕ¯ϕϕ¯ϕ],𝑆superscript𝑑𝐷𝑥delimited-[]12subscript𝜇¯italic-ϕsuperscript𝜇italic-ϕ12superscriptΩ2superscript~𝑥2¯italic-ϕitalic-ϕ12superscript𝜇2¯italic-ϕitalic-ϕ𝜆2¯italic-ϕitalic-ϕ¯italic-ϕitalic-ϕ\displaystyle S=\int d^{D}x[\frac{1}{2}\partial_{\mu}\bar{\phi}\star\partial^{\mu}\phi+\frac{1}{2}\Omega^{2}\tilde{x}^{2}\bar{\phi}\star\phi+\frac{1}{2}\mu^{2}\bar{\phi}\star\phi+\frac{\lambda}{2}\bar{\phi}\star\phi\star\bar{\phi}\star\phi]\;,italic_S = ∫ italic_d start_POSTSUPERSCRIPT italic_D end_POSTSUPERSCRIPT italic_x [ divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG ∂ start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ⋆ ∂ start_POSTSUPERSCRIPT italic_μ end_POSTSUPERSCRIPT italic_ϕ + divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG roman_Ω start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT over~ start_ARG italic_x end_ARG start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ⋆ italic_ϕ + divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG italic_μ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ⋆ italic_ϕ + divide start_ARG italic_λ end_ARG start_ARG 2 end_ARG over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ⋆ italic_ϕ ⋆ over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ⋆ italic_ϕ ] , (3.4)

avec x~=2θ1x~𝑥2superscript𝜃1𝑥\tilde{x}=2\theta^{-1}xover~ start_ARG italic_x end_ARG = 2 italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x.

Les études initiales de ce modèle ont été menées dans la base matricielle (BM) introduite dans l’appendice 10.1. Nous présentons par la suite un bref survol des principaux résultats obtenus par ces méthodes.

3.2 L’action dans la BM

L’action (3.4) s’écrit dans la base matricielle comme:

S=2πθm,n,k,l(ϕ¯mnHmn,klϕkl+λ2ϕ¯mnϕnkϕ¯klϕlm),𝑆2𝜋𝜃subscript𝑚𝑛𝑘𝑙subscript¯italic-ϕ𝑚𝑛subscript𝐻𝑚𝑛𝑘𝑙subscriptitalic-ϕ𝑘𝑙𝜆2subscript¯italic-ϕ𝑚𝑛subscriptitalic-ϕ𝑛𝑘subscript¯italic-ϕ𝑘𝑙subscriptitalic-ϕ𝑙𝑚\displaystyle S=2\pi\theta\sum_{m,n,k,l}\Big{(}\bar{\phi}_{mn}H_{mn,kl}\phi_{kl}+\frac{\lambda}{2}\bar{\phi}_{mn}\phi_{nk}\bar{\phi}_{kl}\phi_{lm}\Big{)}\,,italic_S = 2 italic_π italic_θ ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_m , italic_n , italic_k , italic_l end_POSTSUBSCRIPT ( over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_n end_POSTSUBSCRIPT italic_H start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_n , italic_k italic_l end_POSTSUBSCRIPT italic_ϕ start_POSTSUBSCRIPT italic_k italic_l end_POSTSUBSCRIPT + divide start_ARG italic_λ end_ARG start_ARG 2 end_ARG over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_n end_POSTSUBSCRIPT italic_ϕ start_POSTSUBSCRIPT italic_n italic_k end_POSTSUBSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG start_POSTSUBSCRIPT italic_k italic_l end_POSTSUBSCRIPT italic_ϕ start_POSTSUBSCRIPT italic_l italic_m end_POSTSUBSCRIPT ) , (3.5)

ou par ϕ¯¯italic-ϕ\bar{\phi}over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG on a noté la matrice hermitienne conjuguée de ϕitalic-ϕ\phiitalic_ϕ. Les indices m𝑚mitalic_m, n𝑛nitalic_n, etc. sont des paires de nombres entiers positifs m=(m1,m2)2𝑚superscript𝑚1superscript𝑚2superscript2m=(m^{1},m^{2})\in{\mathbb{N}}^{2}italic_m = ( italic_m start_POSTSUPERSCRIPT 1 end_POSTSUPERSCRIPT , italic_m start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT ) ∈ blackboard_N start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT.

La partie quadratique de l’action est donnée par (voir [28]):

Hmn,klsubscript𝐻𝑚𝑛𝑘𝑙\displaystyle H_{mn,kl}italic_H start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_n , italic_k italic_l end_POSTSUBSCRIPT =\displaystyle== [μ2+2(1+Ω2)θ(m+n+1)]δnkδml2(1Ω2)θdelimited-[]superscript𝜇221superscriptΩ2𝜃𝑚𝑛1subscript𝛿𝑛𝑘subscript𝛿𝑚𝑙21superscriptΩ2𝜃\displaystyle\Big{[}\mu^{2}+\frac{2(1+\Omega^{2})}{\theta}(m+n+1)\Big{]}\delta_{nk}\delta_{ml}-\frac{2(1-\Omega^{2})}{\theta}[ italic_μ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT + divide start_ARG 2 ( 1 + roman_Ω start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT ) end_ARG start_ARG italic_θ end_ARG ( italic_m + italic_n + 1 ) ] italic_δ start_POSTSUBSCRIPT italic_n italic_k end_POSTSUBSCRIPT italic_δ start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_l end_POSTSUBSCRIPT - divide start_ARG 2 ( 1 - roman_Ω start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT ) end_ARG start_ARG italic_θ end_ARG (3.6)
×\displaystyle\times× [(n+1)(m+1)δn+1kδm+1l+nmδn1kδm1l].delimited-[]𝑛1𝑚1subscript𝛿𝑛1𝑘subscript𝛿𝑚1𝑙𝑛𝑚subscript𝛿𝑛1𝑘subscript𝛿𝑚1𝑙\displaystyle\Big{[}\sqrt{(n+1)(m+1)}\delta_{n+1k}\delta_{m+1l}+\sqrt{nm}\delta_{n-1k}\delta_{m-1l}\Big{]}\;.[ square-root start_ARG ( italic_n + 1 ) ( italic_m + 1 ) end_ARG italic_δ start_POSTSUBSCRIPT italic_n + 1 italic_k end_POSTSUBSCRIPT italic_δ start_POSTSUBSCRIPT italic_m + 1 italic_l end_POSTSUBSCRIPT + square-root start_ARG italic_n italic_m end_ARG italic_δ start_POSTSUBSCRIPT italic_n - 1 italic_k end_POSTSUBSCRIPT italic_δ start_POSTSUBSCRIPT italic_m - 1 italic_l end_POSTSUBSCRIPT ] .

L’inverse de la partie quadratique est le propagateur. La grande réussite technique de Grosse et Wulkenhaar consiste dans le calcul explicite de ce propagathor, faisant intervenir des familles de polynômes orthogonaux.

Une preuve alternative et directe de leur résultat se trouve en appendice A. Le calcul rèpose sur l’astuce de Schwinger. Nous représentons la matrice inverse par l’intégrale:

H1=θ8Ω01dα1α(1α)θ8ΩH.superscript𝐻1𝜃8Ωsuperscriptsubscript01𝑑𝛼1𝛼superscript1𝛼𝜃8Ω𝐻\displaystyle H^{-1}=\frac{\theta}{8\Omega}\int_{0}^{1}\frac{d\alpha}{1-\alpha}(1-\alpha)^{\frac{\theta}{8\Omega}H}\,.italic_H start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT = divide start_ARG italic_θ end_ARG start_ARG 8 roman_Ω end_ARG ∫ start_POSTSUBSCRIPT 0 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT 1 end_POSTSUPERSCRIPT divide start_ARG italic_d italic_α end_ARG start_ARG 1 - italic_α end_ARG ( 1 - italic_α ) start_POSTSUPERSCRIPT divide start_ARG italic_θ end_ARG start_ARG 8 roman_Ω end_ARG italic_H end_POSTSUPERSCRIPT . (3.7)

Les seuls éléments matriciels non nuls sont donnés par:

[(1α)θ8ΩH]mm+h,l+hl=subscriptdelimited-[]superscript1𝛼𝜃8Ω𝐻𝑚𝑚𝑙𝑙absent\displaystyle[(1-\alpha)^{\frac{\theta}{8\Omega}H}]_{mm+h,l+hl}=[ ( 1 - italic_α ) start_POSTSUPERSCRIPT divide start_ARG italic_θ end_ARG start_ARG 8 roman_Ω end_ARG italic_H end_POSTSUPERSCRIPT ] start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_m + italic_h , italic_l + italic_h italic_l end_POSTSUBSCRIPT =
u=max(0,h)min(m,l)A(m,l,h,u)(C1+Ω1Ω)m+l2uE(m,l,h,u),superscriptsubscript𝑢𝑚𝑎𝑥0𝑚𝑖𝑛𝑚𝑙𝐴𝑚𝑙𝑢superscript𝐶1Ω1Ω𝑚𝑙2𝑢𝐸𝑚𝑙𝑢\displaystyle\sum_{u=max(0,-h)}^{min(m,l)}A(m,l,h,u)\Big{(}C\frac{1+\Omega}{1-\Omega}\Big{)}^{m+l-2u}E(m,l,h,u)\;,∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_u = italic_m italic_a italic_x ( 0 , - italic_h ) end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_m italic_i italic_n ( italic_m , italic_l ) end_POSTSUPERSCRIPT italic_A ( italic_m , italic_l , italic_h , italic_u ) ( italic_C divide start_ARG 1 + roman_Ω end_ARG start_ARG 1 - roman_Ω end_ARG ) start_POSTSUPERSCRIPT italic_m + italic_l - 2 italic_u end_POSTSUPERSCRIPT italic_E ( italic_m , italic_l , italic_h , italic_u ) , (3.8)

avec C=(1Ω)24Ω𝐶superscript1Ω24ΩC=\frac{(1-\Omega)^{2}}{4\Omega}italic_C = divide start_ARG ( 1 - roman_Ω ) start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG start_ARG 4 roman_Ω end_ARG, et

A(m,l,h,u)=m!(m+h)!l!(l+h)!(mu)!(lu)!(h+u)!u!𝐴𝑚𝑙𝑢𝑚𝑚𝑙𝑙𝑚𝑢𝑙𝑢𝑢𝑢\displaystyle A(m,l,h,u)=\frac{\sqrt{m!(m+h)!l!(l+h)!}}{(m-u)!(l-u)!(h+u)!u!}italic_A ( italic_m , italic_l , italic_h , italic_u ) = divide start_ARG square-root start_ARG italic_m ! ( italic_m + italic_h ) ! italic_l ! ( italic_l + italic_h ) ! end_ARG end_ARG start_ARG ( italic_m - italic_u ) ! ( italic_l - italic_u ) ! ( italic_h + italic_u ) ! italic_u ! end_ARG
E(m,l,h,u)=(1α)h+2u+12αm+l2u(1+Cα)m+l+h+1.𝐸𝑚𝑙𝑢superscript1𝛼2𝑢12superscript𝛼𝑚𝑙2𝑢superscript1𝐶𝛼𝑚𝑙1\displaystyle E(m,l,h,u)=\frac{(1-\alpha)^{\frac{h+2u+1}{2}}\alpha^{m+l-2u}}{(1+C\alpha)^{m+l+h+1}}\;.italic_E ( italic_m , italic_l , italic_h , italic_u ) = divide start_ARG ( 1 - italic_α ) start_POSTSUPERSCRIPT divide start_ARG italic_h + 2 italic_u + 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG end_POSTSUPERSCRIPT italic_α start_POSTSUPERSCRIPT italic_m + italic_l - 2 italic_u end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG start_ARG ( 1 + italic_C italic_α ) start_POSTSUPERSCRIPT italic_m + italic_l + italic_h + 1 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG . (3.9)

3.2.1 Les graphes de Feynman

Le modèle (3.5) est un modèle dit "pseudomatriciel111Pseudomatriciel car le propagateur n’est pas une matrice diagonale: il ne conserve pas parfaitement les indices matriciels". Les graphes de Feynman d’un tel modèle sont beaucoup plus riches en information topologique que ceux du modèle commutatif. Comme le propagateur lie deux indices à deux autres, nous le représentons par un ruban (voir fig. (3.2)).

Refer to caption
Figure 3.2: Le propagateur et le vertex dans l’espace des matrices

De même, le vertex est représenté comme un carrefour de quatre rubans (voir fig. 3.2). Les graphes de Feynman de ce modèle ressemblent à ceux d’un modèle matriciel à la différence que les indices ne sont pas parfaitement conservés le long des rubans.

Prenons l’exemple des deux tadpoles, présenté dans la figure 3.3.

Refer to caption
Figure 3.3: Le tadpole planaire et non planaire

Pour le premier tadpole l’indice d𝑑ditalic_d est sommé sur la boucle interne et les indices a𝑎aitalic_a, b𝑏bitalic_b et c𝑐citalic_c sont des indices externes. Pour le deuxième tous les indices sont des indices externes. Le tadpole dans la partie gauche de la figure a une face interne (avec indice de face d𝑑ditalic_d) et une face brisée par des pattes externes. Nous l’appelons "planaire". Le tadpole de droite a deux faces brisées et nous l’appelons (de manière impropre) non-planaire.

Tout graphe avec N𝑁Nitalic_N vertex, L𝐿Litalic_L propagateurs et F𝐹Fitalic_F faces dont B𝐵Bitalic_B brisées par les Nesubscript𝑁𝑒N_{e}italic_N start_POSTSUBSCRIPT italic_e end_POSTSUBSCRIPT pattes externes peut être dessiné sur une surface de Riemann de genre g𝑔gitalic_g, donné par:

22g=NL+F.22𝑔𝑁𝐿𝐹\displaystyle 2-2g=N-L+F\;.2 - 2 italic_g = italic_N - italic_L + italic_F . (3.10)

et avec B𝐵Bitalic_B frontières.

A chaque ligne on associe une orientation de ϕ¯¯italic-ϕ\bar{\phi}over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG à ϕitalic-ϕ\phiitalic_ϕ. Autour d’un vertex les flèches entrantes et sortantes se succèdent. A cause de cette propriété le modèle est appelé orientable. Séparons les deux bords d’un ruban en bord droit et bord gauche par rapport à cette orientation.

Pour un graphe donné, son complexe conjugué est donné par le graphe ayant toutes les flèches renversées. Dans le graphe complexe conjugué tous les bords droits sont devenus gauches et inversement.

Le propagateur de ce modèle est réel, et le vertex aussi. Par conséquent nous devons toujours extraire la partie réelle des fonctions de corrélation. Nous symétrisons toujours un graphe et son complexe conjugué. Par conséquent notre modèle a une symétrie parfaite entre la gauche et la droite222Ceci n’est pas le cas pour un modèle général. Nous verrons dans la sous-section suivante que les modèles qui ne possèdent pas cette symétrie sont considérablement plus compliqués..

Une notion très importante est celle de "graphe dual". A tout "graphe direct" on associe le graphe ayant toutes les faces remplacées par des vertex et tous les vertex par des faces. Ainsi nous le construisons de la manière suivante:

  • A toute face on associe son vertex dual.

  • A chaque indice que l’on rencontre en tournant autour de la face on associe un coin sur le vertex dual.

  • Tout propagateur de mn𝑚𝑛mnitalic_m italic_n à kl𝑘𝑙klitalic_k italic_l est remplacé par son dual allant de mk𝑚𝑘mkitalic_m italic_k à nl𝑛𝑙nlitalic_n italic_l.

L’exemple du graphe "sunshine" et de son dual est présenté dans la figure 3.4.

Refer to caption
Figure 3.4: Le sunshine et son dual

Les caractéristiques topologiques du graphe 𝒢𝒢{\cal G}caligraphic_G dual de G𝐺Gitalic_G sont:

𝒩(𝒢)=F(G),(𝒢)=N(G),(𝒢)=L(G),formulae-sequence𝒩𝒢𝐹𝐺formulae-sequence𝒢𝑁𝐺𝒢𝐿𝐺\displaystyle{\cal N}({\cal G})=F(G),\quad{\cal F}({\cal G})=N(G),\quad{\cal L}({\cal G})=L(G),caligraphic_N ( caligraphic_G ) = italic_F ( italic_G ) , caligraphic_F ( caligraphic_G ) = italic_N ( italic_G ) , caligraphic_L ( caligraphic_G ) = italic_L ( italic_G ) ,
𝒩e(𝒢)=B(G),(𝒢)=Ne(G),γ(𝒢)=g(G),formulae-sequencesubscript𝒩𝑒𝒢𝐵𝐺formulae-sequence𝒢subscript𝑁𝑒𝐺𝛾𝒢𝑔𝐺\displaystyle{\cal N}_{e}({\cal G})=B(G),\quad{\cal B}({\cal G})=N_{e}(G),\quad\gamma({\cal G})=g(G)\;,caligraphic_N start_POSTSUBSCRIPT italic_e end_POSTSUBSCRIPT ( caligraphic_G ) = italic_B ( italic_G ) , caligraphic_B ( caligraphic_G ) = italic_N start_POSTSUBSCRIPT italic_e end_POSTSUBSCRIPT ( italic_G ) , italic_γ ( caligraphic_G ) = italic_g ( italic_G ) , (3.11)

où nous avons noté en calligraphique le nombre de vertex, faces et lignes du graphe dual et avec γ𝛾\gammaitalic_γ son genre.

3.2.2 Comptage de puissances

On s’intéresse à établir le comptage de puissances de ce modèle. D’une manière opportune on se place à Ω=1Ω1\Omega=1roman_Ω = 1, où le modèle devient purement matriciel. Cela signifie que dans la figure 3.4 on a m1=m2subscript𝑚1subscript𝑚2m_{1}=m_{2}italic_m start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT = italic_m start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT et n1=n2subscript𝑛1subscript𝑛2n_{1}=n_{2}italic_n start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT = italic_n start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT. Nous devons par conséquent sommer un indice par face. Les modifications à Ω1Ω1\Omega\neq 1roman_Ω ≠ 1 seront indiquées au long du texte.

Nous décomposons les propagateurs en tranches:

1m+n+A=0𝑑tet(m+n+A)=i=0Ci,1𝑚𝑛𝐴superscriptsubscript0differential-d𝑡superscript𝑒𝑡𝑚𝑛𝐴superscriptsubscript𝑖0superscript𝐶𝑖\displaystyle\frac{1}{m+n+A}=\int_{0}^{\infty}dte^{-t(m+n+A)}=\sum_{i=0}^{\infty}C^{i}\;,divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG italic_m + italic_n + italic_A end_ARG = ∫ start_POSTSUBSCRIPT 0 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT ∞ end_POSTSUPERSCRIPT italic_d italic_t italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_t ( italic_m + italic_n + italic_A ) end_POSTSUPERSCRIPT = ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_i = 0 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT ∞ end_POSTSUPERSCRIPT italic_C start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT , (3.12)

avec

Ci=M(i+1)Mi𝑑tet(m+n+A)MieKMi(m+n+A).superscript𝐶𝑖superscriptsubscriptsuperscript𝑀𝑖1superscript𝑀𝑖differential-d𝑡superscript𝑒𝑡𝑚𝑛𝐴superscript𝑀𝑖superscript𝑒𝐾superscript𝑀𝑖𝑚𝑛𝐴\displaystyle C^{i}=\int_{M^{-(i+1)}}^{M^{-i}}dte^{-t(m+n+A)}\leq M^{-i}e^{-KM^{-i}(m+n+A)}\;.italic_C start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT = ∫ start_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - ( italic_i + 1 ) end_POSTSUPERSCRIPT end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_i end_POSTSUPERSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT italic_d italic_t italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_t ( italic_m + italic_n + italic_A ) end_POSTSUPERSCRIPT ≤ italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_i end_POSTSUPERSCRIPT italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_K italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_m + italic_n + italic_A ) end_POSTSUPERSCRIPT . (3.13)

Nous voulons sommer tous les indices de faces, à attribution des indices de tranches donnée (la somme sur les attributions est facile).

Pour tout graphe, considérons son dual. Il sera très important par la suite. Les indices des faces du graphe direct sont maintenant associés aux vertex du graphe dual.

A attribution d’échelle donnée, nous notons à l’étage i𝑖iitalic_i les composantes connexes Gkisuperscriptsubscript𝐺𝑘𝑖G_{k}^{i}italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT du graphe formé par toutes les lignes avec des indices supérieurs ou égaux à i𝑖iitalic_i. Il est facile de prouver que si un graphe n’est pas connexe alors son dual ne l’est pas non plus.

Supposons que le dual de Gkisuperscriptsubscript𝐺𝑘𝑖G_{k}^{i}italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT, noté 𝒢kisuperscriptsubscript𝒢𝑘𝑖{\cal G}_{k}^{i}caligraphic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT, n’est pas connexe. Alors Gkisuperscriptsubscript𝐺𝑘𝑖G_{k}^{i}italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ne sera pas connexe non plus, ce qui est faux. Nous concluons que les composantes connexes à l’échelle i𝑖iitalic_i du graphe dual 𝒢kisuperscriptsubscript𝒢𝑘𝑖{\cal G}_{k}^{i}caligraphic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT sont les duaux des composantes connexes Gkisuperscriptsubscript𝐺𝑘𝑖G_{k}^{i}italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT du graphe direct à l’échelle i𝑖iitalic_i.

Les préfacteurs des propagateurs donnent:

Mi=i;kM(𝒢ki).subscriptproductsuperscript𝑀subscript𝑖subscriptproduct𝑖𝑘superscript𝑀superscriptsubscript𝒢𝑘𝑖\displaystyle\prod_{\ell}M^{-i_{\ell}}=\prod_{i;k}M^{-{\cal L}({\cal G}_{k}^{i})}\;.∏ start_POSTSUBSCRIPT roman_ℓ end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_i start_POSTSUBSCRIPT roman_ℓ end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT = ∏ start_POSTSUBSCRIPT italic_i ; italic_k end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - caligraphic_L ( caligraphic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) end_POSTSUPERSCRIPT . (3.14)

Tout indice sommé avec la décroissance d’un propagateur d’échelle i𝑖iitalic_i va nous coûter M2isuperscript𝑀2𝑖M^{2i}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 2 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT. Nous avons donc intérêt à sommer les indices avec les propagateurs les plus infrarouges possible.

Appellons 𝒥𝒥{\cal J}caligraphic_J l’ensemble des propagateurs qu’on utilise pour sommer. Pour le construire commençons par la plus basse tranche. Parmi les lignes qui ont l’échelle exactement égale à i𝑖iitalic_i, on choisit toutes les lignes de tadpole et l’on efface les vertex sur lesquels elles se branchent. Ensuite on choisit le maximum des lignes qui relient des vertex, à condition qu’elles ne forment pas des boucles. Une fois qu’un maximum de lignes de l’échelle i𝑖iitalic_i a été choisi nous passons à l’échelle i+1𝑖1i+1italic_i + 1.

On obtient ainsi l’ensemble 𝒥𝒥{\cal J}caligraphic_J des lignes les plus infrarouges tel que tout vertex ait une ligne de tadpole, ou bien soit relié au reste des vertex par une ligne d’arbre.

Ensuite nous analysons notre graphe des hautes échelles vers les basses. Pour autant qu’un vertex porte encore des demi-lignes non contractées nous ne sommons pas son index. A l’échelle où toutes les demi-lignes du vertex se branchent sur des propagateurs nous sommons son index avec la ligne de l’ensemble 𝒥𝒥{\cal J}caligraphic_J qui le touche. Les sommes nous coûtent:

𝒥M2i=i,kM2[𝒩(𝒢ki)𝒩e(𝒢ki)].subscriptproduct𝒥superscript𝑀2subscript𝑖subscriptproduct𝑖𝑘superscript𝑀2delimited-[]𝒩superscriptsubscript𝒢𝑘𝑖subscript𝒩𝑒superscriptsubscript𝒢𝑘𝑖\displaystyle\prod_{\ell\in{\cal J}}M^{2i_{\ell}}=\prod_{i,k}M^{2[{\cal N}({\cal G}_{k}^{i})-{\cal N}_{e}({\cal G}_{k}^{i})]}\;.∏ start_POSTSUBSCRIPT roman_ℓ ∈ caligraphic_J end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 2 italic_i start_POSTSUBSCRIPT roman_ℓ end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT = ∏ start_POSTSUBSCRIPT italic_i , italic_k end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 2 [ caligraphic_N ( caligraphic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) - caligraphic_N start_POSTSUBSCRIPT italic_e end_POSTSUBSCRIPT ( caligraphic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) ] end_POSTSUPERSCRIPT . (3.15)

En mettant ensemble (3.14) et (3.15) et en passant aux nombres topologiques du graphe direct on obtient:

i,kM4g(Gki)2[B(Gki)1]Ne(Gki)42.subscriptproduct𝑖𝑘superscript𝑀4𝑔superscriptsubscript𝐺𝑘𝑖2delimited-[]𝐵superscriptsubscript𝐺𝑘𝑖1subscript𝑁𝑒superscriptsubscript𝐺𝑘𝑖42\displaystyle\prod_{i,k}M^{-4g(G_{k}^{i})-2[B(G_{k}^{i})-1]-\frac{N_{e}(G_{k}^{i})-4}{2}}\;.∏ start_POSTSUBSCRIPT italic_i , italic_k end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 4 italic_g ( italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) - 2 [ italic_B ( italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) - 1 ] - divide start_ARG italic_N start_POSTSUBSCRIPT italic_e end_POSTSUBSCRIPT ( italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) - 4 end_ARG start_ARG 2 end_ARG end_POSTSUPERSCRIPT . (3.16)

Nous pouvons maintenant comprendre pourquoi cette théorie ne possède pas le mélange UV/IR.

Dans la théorie non vulcanisée on ne peut pas sommer les indices avec des lignes de tadpole du graphe dual. Nous ne devons choisir dans 𝒥𝒥{\cal J}caligraphic_J que des lignes d’arbre. Supposons qu’à l’échelle basse i𝑖iitalic_i les demi lignes d’un vertex se branchent dans un tadpole. Nous sommes obligés de sommer son index avec une ligne d’arbre qui est d’échelle plus élevée j𝑗jitalic_j. La contribution totale est donc:

MiMjM2j=Mji,superscript𝑀𝑖superscript𝑀𝑗superscript𝑀2𝑗superscript𝑀𝑗𝑖\displaystyle M^{-i}M^{-j}M^{2j}=M^{j-i}\;,italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_i end_POSTSUPERSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_j end_POSTSUPERSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 2 italic_j end_POSTSUPERSCRIPT = italic_M start_POSTSUPERSCRIPT italic_j - italic_i end_POSTSUPERSCRIPT , (3.17)

qui n’est pas sommable sur j𝑗jitalic_j par rapport à i𝑖iitalic_i. Une telle contribution divergente, ayant plus d’une face brisée n’a pas la forme du lagrangien et ne peut pas être renormalisée!

Dans notre théorie, par contre, c’est possible de sommer avec les lignes de tadpole du graphe dual. On somme toujours un vertex avec la ligne la plus infrarouge qui le touche! Par conséquent, pour l’exemple ci-dessus on a:

MiMjM2i=M(ji),superscript𝑀𝑖superscript𝑀𝑗superscript𝑀2𝑖superscript𝑀𝑗𝑖\displaystyle M^{-i}M^{-j}M^{2i}=M^{-(j-i)}\;,italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_i end_POSTSUPERSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_j end_POSTSUPERSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 2 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT = italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - ( italic_j - italic_i ) end_POSTSUPERSCRIPT , (3.18)

qui est sommable sur j𝑗jitalic_j par rapport à i𝑖iitalic_i.

3.2.3 Renormalisation dans la BM

Le comptage de puissances établi dans la section précédente nous dit que les contributions divergentes viennent seulement des sous fonctions planaires avec une seule face brisée avec deux ou quatre pattes externes 333Pour le modèle à Ω1Ω1\Omega\neq 1roman_Ω ≠ 1 une étude plus détaillée aboutit à sélectionner parmi ces dernières seules les fonctions à quatre points avec des index conservés et les fonctions à deux points avec index conservé, ou avec un saut accumulé d’index de 2222 le long de la face externe.:

g(Gki)=0,B(Gki)=1,Ne(Gki)=2 ou 4.formulae-sequence𝑔superscriptsubscript𝐺𝑘𝑖0formulae-sequence𝐵superscriptsubscript𝐺𝑘𝑖1subscript𝑁𝑒superscriptsubscript𝐺𝑘𝑖2 ou 4\displaystyle g(G_{k}^{i})=0,\quad B(G_{k}^{i})=1,\quad N_{e}(G_{k}^{i})=2\text{ ou }4\;.italic_g ( italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) = 0 , italic_B ( italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) = 1 , italic_N start_POSTSUBSCRIPT italic_e end_POSTSUBSCRIPT ( italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) = 2 ou 4 . (3.19)

Nous notons Γ4(m,n,k,l)superscriptΓ4𝑚𝑛𝑘𝑙\Gamma^{4}(m,n,k,l)roman_Γ start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_m , italic_n , italic_k , italic_l ) la fonction à quatre points, planaire avec une seule face brisée, une particule irréductible amputée avec indices externes m𝑚mitalic_m, n𝑛nitalic_n, k𝑘kitalic_k et l𝑙litalic_l.

Nous notons Σ(m,n)Σ𝑚𝑛\Sigma(m,n)roman_Σ ( italic_m , italic_n ) la fonction à deux points, planaire avec une seule face brisée, une particule irréductible amputée avec des indices externes m𝑚mitalic_m et n𝑛nitalic_n.

Nous effectuons un développement de Taylor de la fonction à quatre points:

Γ4(m,n,k,l)=Γ4(0,0,0,0)+mmΓ4+.superscriptΓ4𝑚𝑛𝑘𝑙superscriptΓ40.0.0.0𝑚subscript𝑚superscriptΓ4\displaystyle\Gamma^{4}(m,n,k,l)=\Gamma^{4}(0,0,0,0)+m\partial_{m}\Gamma^{4}+\dots\;.roman_Γ start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_m , italic_n , italic_k , italic_l ) = roman_Γ start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT ( 0,0,0,0 ) + italic_m ∂ start_POSTSUBSCRIPT italic_m end_POSTSUBSCRIPT roman_Γ start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT + … . (3.20)

Le premier terme de la relation ci-dessus est logarithmiquement divergent. Pour le soustraire il suffit de rajouter dans l’action un contre-terme de la forme:

Γ4(0,0,0,0)ϕ¯mnϕnkϕ¯klϕlm.superscriptΓ40.0.0.0subscript¯italic-ϕ𝑚𝑛subscriptitalic-ϕ𝑛𝑘subscript¯italic-ϕ𝑘𝑙subscriptitalic-ϕ𝑙𝑚\displaystyle\Gamma^{4}(0,0,0,0)\bar{\phi}_{mn}\phi_{nk}\bar{\phi}_{kl}\phi_{lm}\;.roman_Γ start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT ( 0,0,0,0 ) over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_n end_POSTSUBSCRIPT italic_ϕ start_POSTSUBSCRIPT italic_n italic_k end_POSTSUBSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG start_POSTSUBSCRIPT italic_k italic_l end_POSTSUBSCRIPT italic_ϕ start_POSTSUBSCRIPT italic_l italic_m end_POSTSUBSCRIPT . (3.21)

La fonction à deux points a un développement de Taylor de la forme:

Σ(m,n)=Σ(0,0)+(m+n)Σ(0,0)+,Σ𝑚𝑛Σ0.0𝑚𝑛Σ0.0\displaystyle\Sigma(m,n)=\Sigma(0,0)+(m+n)\partial\Sigma(0,0)+\dots\;,roman_Σ ( italic_m , italic_n ) = roman_Σ ( 0,0 ) + ( italic_m + italic_n ) ∂ roman_Σ ( 0,0 ) + … , (3.22)

où l’on a noté ΣΣ\partial\Sigma∂ roman_Σ la dérivée de ΣΣ\Sigmaroman_Σ par rapport à un de ses indices externes (à cause de la symétrie gauche droite on peut choisir librement l’index par rapport auquel on dérive). Cette dérivée fait intervenir les fonctions à deux points avec un saut d’index sur les pattes externes.

La fonction à deux points s’écrit comme:

G2(m,n)=Hmn,nmΣ(0,0)(m+n)Σ(0,0),superscript𝐺2𝑚𝑛subscript𝐻𝑚𝑛𝑛𝑚Σ0.0𝑚𝑛Σ0.0\displaystyle G^{2}(m,n)=H_{mn,nm}-\Sigma(0,0)-(m+n)\partial\Sigma(0,0)\;,italic_G start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_m , italic_n ) = italic_H start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_n , italic_n italic_m end_POSTSUBSCRIPT - roman_Σ ( 0,0 ) - ( italic_m + italic_n ) ∂ roman_Σ ( 0,0 ) , (3.23)

et on reconnaît dans le premier terme une renormalisation quadratique de la masse et dans le deuxième une renormalisation logarithmique de la fonction d’onde 444À Ω1Ω1\Omega\neq 1roman_Ω ≠ 1 on analyse aussi les composantes G2(m±1,n±1,n,m)superscript𝐺2plus-or-minus𝑚1plus-or-minus𝑛1𝑛𝑚G^{2}(m\pm 1,n\pm 1,n,m)italic_G start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_m ± 1 , italic_n ± 1 , italic_n , italic_m ) qui seront renormalisées par les fonctions à deux points avec saut accumulé de 2222 au long du cycle extérieur entre les pattes externes Σ(m+1,n+1,n,m)=(m+1)(n+1)Σ(11,00)+Σ𝑚1𝑛1𝑛𝑚𝑚1𝑛1Σ11.00\Sigma(m+1,n+1,n,m)=\sqrt{(m+1)(n+1)}\Sigma(11,00)+\dotsroman_Σ ( italic_m + 1 , italic_n + 1 , italic_n , italic_m ) = square-root start_ARG ( italic_m + 1 ) ( italic_n + 1 ) end_ARG roman_Σ ( 11,00 ) + ….

3.3 Autres modèles dans la BM

Nous voulons étendre les méthodes présentées dans ce chapitre à des modèles plus généraux. Nous voulons traiter un système de particules dans un champ magnétique constant. Cette étude devrait être pertinente pour l’effet Hall. De plus, l’invariance par translation n’est pas brisée dans ces théories, car les translations sont remplacées par des translations magnétiques. Suite à cette étude nous allons pouvoir déterminer si la vulcanisation peut être réinterprétée comme la présence d’un champ externe constant ou non.

Nous ne connaissons pas la forme de l’interaction entre les particules adaptée à l’effet Hall. En effet la littérature est très peu précise à ce sujet. Le consensus est que les interactions ne devraient pas jouer de rôle pour l’effet Hall entier mais qu’elles sont essentielles pour l’effet Hall fractionnaire. Cela dit, l’effet Hall fractionnaire ne repose pas sur la forme précise de l’interaction, il suffit d’avoir une interaction décroissante avec la distance pour l’obtenir.

Nous pourrions être tentés de prendre comme interaction celle de Coulomb, traduite par l’échange de photons. Certes, cette interaction est l’interaction fondamentale entre les électrons. Cependant, comme il s’agit de particules non relativistes il est raisonnable de supposer que l’interaction effective est différente. Nous supposons que cette interaction est à quatre corps. Le point de vue darwinien que nous adoptons dans cette thèse nous mène à considérer toutes les interactions qui sont juste renormalisables dans l’ultraviolet, étant ainsi des points fixes du groupe de renormalisatoin. Une fois achevée l’étude détaillée du propagateur, nous allons tester si les interactions de type Moyal entrent dans cette catégorie.

La partie quadratique de l’action est simple. Dans la jauge symétrique, la dérivée covariante est:

Dμ=μ+ıΩx~μ,subscript𝐷𝜇subscript𝜇italic-ıΩsubscript~𝑥𝜇\displaystyle D_{\mu}=\partial_{\mu}+\imath\Omega\tilde{x}_{\mu}\;,italic_D start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT = ∂ start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT + italic_ı roman_Ω over~ start_ARG italic_x end_ARG start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT , (3.24)

et le hamiltonien libre devient:

HΩ=12DμDμ=12(2+4Ω2θ2x2+2ıΩθx).subscript𝐻Ω12subscript𝐷𝜇subscript𝐷𝜇12superscript24superscriptΩ2superscript𝜃2superscript𝑥22italic-ıΩ𝜃𝑥\displaystyle H_{\Omega}=-\frac{1}{2}D_{\mu}D_{\mu}=\frac{1}{2}\left(-\partial^{2}+4\frac{\Omega^{2}}{\theta^{2}}x^{2}+2\imath\frac{\Omega}{\theta}x\wedge\partial\right)\;.italic_H start_POSTSUBSCRIPT roman_Ω end_POSTSUBSCRIPT = - divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG italic_D start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT italic_D start_POSTSUBSCRIPT italic_μ end_POSTSUBSCRIPT = divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG ( - ∂ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT + 4 divide start_ARG roman_Ω start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG start_ARG italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG italic_x start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT + 2 italic_ı divide start_ARG roman_Ω end_ARG start_ARG italic_θ end_ARG italic_x ∧ ∂ ) . (3.25)

Nous pouvons en effet analyser un modèle encore plus général, avec le Hamiltonien libre donné par:

HB=12(2+4Ω2θ2x2+2ıBθx).subscript𝐻𝐵12superscript24superscriptΩ2superscript𝜃2superscript𝑥22italic-ı𝐵𝜃𝑥\displaystyle H_{B}=\frac{1}{2}\left(-\partial^{2}+4\frac{\Omega^{2}}{\theta^{2}}x^{2}+2\imath\frac{B}{\theta}x\wedge\partial\right)\;.italic_H start_POSTSUBSCRIPT italic_B end_POSTSUBSCRIPT = divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG ( - ∂ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT + 4 divide start_ARG roman_Ω start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG start_ARG italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG italic_x start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT + 2 italic_ı divide start_ARG italic_B end_ARG start_ARG italic_θ end_ARG italic_x ∧ ∂ ) . (3.26)

L’étude détaillée du propagateur d’un tel modèle fait l’objet du travail présenté en annexe A.

Pour mener l’analyse en tranches de ce propagateur nous obtenons les représentations suivantes dans l’espace direct et dans la BM:

Lemma 3.3.1

Si H est:

HB=12[0212+Ω2x22ıB(x01x10)].subscript𝐻𝐵12delimited-[]superscriptsubscript02superscriptsubscript12superscriptΩ2superscript𝑥22italic-ı𝐵subscript𝑥0subscript1subscript𝑥1subscript0H_{B}=\frac{1}{2}\big{[}-\partial_{0}^{2}-\partial_{1}^{2}+\Omega^{2}x^{2}-2\imath B(x_{0}\partial_{1}-x_{1}\partial_{0})\Big{]}.italic_H start_POSTSUBSCRIPT italic_B end_POSTSUBSCRIPT = divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG 2 end_ARG [ - ∂ start_POSTSUBSCRIPT 0 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT - ∂ start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT + roman_Ω start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT - 2 italic_ı italic_B ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 0 end_POSTSUBSCRIPT ∂ start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT ∂ start_POSTSUBSCRIPT 0 end_POSTSUBSCRIPT ) ] . (3.27)

Le noyau intégral de l’opérateur etHsuperscript𝑒𝑡𝐻e^{-tH}italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_t italic_H end_POSTSUPERSCRIPT est:

etHB(x,x)=Ω2πsinhΩteA,superscript𝑒𝑡subscript𝐻𝐵𝑥superscript𝑥Ω2𝜋Ω𝑡superscript𝑒𝐴e^{-tH_{B}}(x,x^{\prime})=\frac{\Omega}{2\pi\sinh\Omega t}e^{-A},italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_t italic_H start_POSTSUBSCRIPT italic_B end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_x , italic_x start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT ) = divide start_ARG roman_Ω end_ARG start_ARG 2 italic_π roman_sinh roman_Ω italic_t end_ARG italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_A end_POSTSUPERSCRIPT , (3.28)
A=ΩcoshΩt2sinhΩt(x2+x2)ΩcoshBtsinhΩtxxıΩsinhBtsinhΩtxx.𝐴ΩΩ𝑡2Ω𝑡superscript𝑥2superscript𝑥2Ω𝐵𝑡Ω𝑡𝑥superscript𝑥italic-ıΩ𝐵𝑡Ω𝑡𝑥superscript𝑥A=\frac{\Omega\cosh\Omega t}{2\sinh\Omega t}(x^{2}+x^{\prime 2})-\frac{\Omega\cosh Bt}{\sinh\Omega t}x\cdot x^{\prime}-\imath\frac{\Omega\sinh Bt}{\sinh\Omega t}x\wedge x^{\prime}.italic_A = divide start_ARG roman_Ω roman_cosh roman_Ω italic_t end_ARG start_ARG 2 roman_sinh roman_Ω italic_t end_ARG ( italic_x start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT + italic_x start_POSTSUPERSCRIPT ′ 2 end_POSTSUPERSCRIPT ) - divide start_ARG roman_Ω roman_cosh italic_B italic_t end_ARG start_ARG roman_sinh roman_Ω italic_t end_ARG italic_x ⋅ italic_x start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT - italic_ı divide start_ARG roman_Ω roman_sinh italic_B italic_t end_ARG start_ARG roman_sinh roman_Ω italic_t end_ARG italic_x ∧ italic_x start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT . (3.29)

Et dans la base matricielle on a:

Lemma 3.3.2
(1α)mm+h,ll+hθ8ΩHB=(1α)mm+h,ll+hθ8ΩH(1α)B2Ωh.subscriptsuperscript1𝛼𝜃8Ωsubscript𝐻𝐵𝑚𝑚𝑙𝑙subscriptsuperscript1𝛼𝜃8Ω𝐻𝑚𝑚𝑙𝑙superscript1𝛼𝐵2Ω\displaystyle(1-\alpha)^{\frac{\theta}{8\Omega}H_{B}}_{mm+h,ll+h}=(1-\alpha)^{\frac{\theta}{8\Omega}H}_{mm+h,ll+h}(1-\alpha)^{-\frac{B}{2\Omega}h}\;.( 1 - italic_α ) start_POSTSUPERSCRIPT divide start_ARG italic_θ end_ARG start_ARG 8 roman_Ω end_ARG italic_H start_POSTSUBSCRIPT italic_B end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_m + italic_h , italic_l italic_l + italic_h end_POSTSUBSCRIPT = ( 1 - italic_α ) start_POSTSUPERSCRIPT divide start_ARG italic_θ end_ARG start_ARG 8 roman_Ω end_ARG italic_H end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_m + italic_h , italic_l italic_l + italic_h end_POSTSUBSCRIPT ( 1 - italic_α ) start_POSTSUPERSCRIPT - divide start_ARG italic_B end_ARG start_ARG 2 roman_Ω end_ARG italic_h end_POSTSUPERSCRIPT . (3.30)

Grâce à la simplicité du vertex de Moyal dans la BM, on peut espérer prouver la renormalisabilité de tels modèles de TCNC une fois que le comportement d’échelle de ce propagateur a été détaillé dans la BM.

Les principaux résultats de l’annexe A sont les suivants:

  • Nous trouvons toujours une décroissance d’ordre 1111 dans l’indice lm𝑙𝑚l-mitalic_l - italic_m. Les indices sont très bien conservés le long des rubans. Les modèles avec un tel propagateur sont pseudo-matriciels.

  • A BΩ𝐵ΩB\neq\Omegaitalic_B ≠ roman_Ω le comportement est semblable à celui à B=0𝐵0B=0italic_B = 0. Nous avons une décroissance d’ordre Misuperscript𝑀𝑖M^{i}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT dans l’indice h=nm𝑛𝑚h=n-mitalic_h = italic_n - italic_m (l’écart entre les bords des rubans) ce qui nous permet de reproduire le comptage de puissance de ϕ44superscriptsubscriptitalic-ϕ4absent4\phi_{4}^{\star 4}italic_ϕ start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 4 end_POSTSUPERSCRIPT. Dans cette catégorie entre le modèle LSZ𝐿𝑆𝑍LSZitalic_L italic_S italic_Z général.

  • Pour Ω=BΩ𝐵\Omega=Broman_Ω = italic_B la situation change drastiquement. Un modèle de ce type est le modèle de Gross-Neveu de [32]. Le comportement d’échelle est gouverné par un point col non-trivial dans l’espace d’indices de matrice. Dans la région d’indices près de ce col on perd les décroissances d’échelle en hhitalic_h. Il s’avère que le seul cas pour lequel cette perte est dangereuse est le "sunshine".

Le traitement de [32] est mené dans l’espace direct. Le propagateur n’a pas de décroissance dans v2superscript𝑣2v^{2}italic_v start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT mais seulement une oscillation eıΩuvsuperscript𝑒italic-ıΩ𝑢𝑣e^{\imath\Omega u\wedge v}italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı roman_Ω italic_u ∧ italic_v end_POSTSUPERSCRIPT. Un tel facteur oscillant nous permet en principe d’affirmer que uv1𝑢𝑣1u\wedge v\approx 1italic_u ∧ italic_v ≈ 1 (et nous donne le bon ordre de grandeur pour v𝑣vitalic_v) à l’aide des intégrations par parties. Les intégrations par partie requises pour chaque graphe sont décrites en détail dans [32]. Ces oscillations du propagateur doivent être combinées avec les oscillations des vertex. Il faut choisir un ensemble de variables indépendantes par rapport auxquelles on effectue les intégrations par partie.

Nous rencontrons le "problème du sunshine" à Ω=1Ω1\Omega=1roman_Ω = 1. Les oscillations des vertex compensent exactement celles des propagateurs! Cette compensation fait que nous ne pouvons pas obtenir le bon comptage des puissances. Dans l’espace des matrices le statut spécial de ce point peut être vu comme la rencontre du premier niveau de Landau. Dans la base matricielle le propagateur devient:

Cmn=1m,subscript𝐶𝑚𝑛1𝑚\displaystyle C_{mn}=\frac{1}{m}\;,italic_C start_POSTSUBSCRIPT italic_m italic_n end_POSTSUBSCRIPT = divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG italic_m end_ARG , (3.31)

et on n’a aucune décroissance en n𝑛nitalic_n!

Nous pouvons conclure que le point Ω=1Ω1\Omega=1roman_Ω = 1 a un statut très spécial pour ces modèles: la renormalisabilité de ces modèles à Ω=1Ω1\Omega=1roman_Ω = 1 est remise en question.

Nous n’avons pas trouvé pour l’instant une façon de découper ce propagateur en tranches dans l’espace direct ou dans la base matricielle adaptée à l’étude du point Ω=1Ω1\Omega=1roman_Ω = 1. Des progrès récents dans cette direction ont été faits par Disertori et Rivasseau, mais on manque encore de preuves que ces modèles à Ω=1Ω1\Omega=1roman_Ω = 1 soient renormalisables.

En effet il s’avère que ces problèmes sont génériques. Nous les rencontrons chaque fois que nous essayons de traiter la vulcanisatoin comme une pure dérivée covariante dans un champ externe constant.

Si les termes de vulcanisation ne sont pas engendrés par un champ de fond, quelle est donc leur origine? De plus, si l’on ne peut pas absorber la brisure de l’invariance par translation dans un changement de jauge, est-ce que ces théories peuvent être vraiment physiques?

Pour répondre à ces questions nous pensons que la clé est de trouver un modèle fermionique du type modèle de Gross-Neveu, vulcanisé sans singularité à Ω=1Ω1\Omega=1roman_Ω = 1. Une proposition de théorie fermionique est détaillée dans les conclusions. Malheureusement, pour l’instant ces théories brisent l’invariance par translation.

Chapitre 4 Renormalisation dans l’espace direct

Dans ce chapitre nous présentons une preuve alternative de la renormalisabilité de la théorie Φ44subscriptsuperscriptΦabsent44\Phi^{\star 4}_{4}roman_Φ start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 4 end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT.

Pourquoi a-t-on besoin d’une nouvelle preuve de la renormalisabilité? Il y a plusieurs arguments en faveur d’une telle démarche.

À cause de la complexité du propagateur dans la base matricielle, la preuve dans cette dernière est très technique. Nous souhaiterions avoir une preuve plus simple.

Plus important, la renormalisabilité d’une théorie repose sur deux caractéristiques: le comptage de puissances et la forme des contre-termes. Le comptage de puissances est assez transparent dans la base matricielle, mais la forme des contre-termes n’est pas du tout transparente. Qu’est-ce qui remplace le principe de localité pour notre théorie? L’étude qui suit nous mène à introduire un principe de Moyalité qui est la bonne généralisation de cette notion.

En D=4𝐷4D=4italic_D = 4 le propagateur dans l’espace direct est [36]:

C(x,x)=0𝑑tΩ2[2πsinhΩt]2eΩ4cothΩt2(xx)2Ω4sinhΩt2(x+x)2μ02t,𝐶𝑥superscript𝑥superscriptsubscript0differential-d𝑡superscriptΩ2superscriptdelimited-[]2𝜋Ω𝑡2superscript𝑒Ω4hyperbolic-cotangentΩ𝑡2superscript𝑥superscript𝑥2Ω4Ω𝑡2superscript𝑥superscript𝑥2superscriptsubscript𝜇02𝑡C(x,x^{\prime})=\int_{0}^{\infty}dt\frac{\Omega^{2}}{[2\pi\sinh\Omega t]^{2}}e^{-\frac{\Omega}{4}\coth\frac{\Omega t}{2}(x-x^{\prime})^{2}-\frac{\Omega}{4}\sinh\frac{\Omega t}{2}(x+x^{\prime})^{2}-\mu_{0}^{2}t}\;,italic_C ( italic_x , italic_x start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT ) = ∫ start_POSTSUBSCRIPT 0 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT ∞ end_POSTSUPERSCRIPT italic_d italic_t divide start_ARG roman_Ω start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG start_ARG [ 2 italic_π roman_sinh roman_Ω italic_t ] start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - divide start_ARG roman_Ω end_ARG start_ARG 4 end_ARG roman_coth divide start_ARG roman_Ω italic_t end_ARG start_ARG 2 end_ARG ( italic_x - italic_x start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT ) start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT - divide start_ARG roman_Ω end_ARG start_ARG 4 end_ARG roman_sinh divide start_ARG roman_Ω italic_t end_ARG start_ARG 2 end_ARG ( italic_x + italic_x start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT ) start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT - italic_μ start_POSTSUBSCRIPT 0 end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT italic_t end_POSTSUPERSCRIPT , (4.1)

et le vertex [17] peut se représenter comme:

V(x1,x2,x3,x4)=δ(x1x2+x3x4)ei1i<j4(1)i+j+1xiθ1xj,𝑉subscript𝑥1subscript𝑥2subscript𝑥3subscript𝑥4𝛿subscript𝑥1subscript𝑥2subscript𝑥3subscript𝑥4superscript𝑒𝑖subscript1𝑖𝑗4superscript1𝑖𝑗1subscript𝑥𝑖superscript𝜃1subscript𝑥𝑗V(x_{1},x_{2},x_{3},x_{4})=\delta(x_{1}-x_{2}+x_{3}-x_{4})e^{i\sum_{1\leqslant i<j\leqslant 4}(-1)^{i+j+1}x_{i}\theta^{-1}x_{j}}\;,italic_V ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT , italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT , italic_x start_POSTSUBSCRIPT 3 end_POSTSUBSCRIPT , italic_x start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT ) = italic_δ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT + italic_x start_POSTSUBSCRIPT 3 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT ) italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_i ∑ start_POSTSUBSCRIPT 1 ⩽ italic_i < italic_j ⩽ 4 end_POSTSUBSCRIPT ( - 1 ) start_POSTSUPERSCRIPT italic_i + italic_j + 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT italic_i end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT italic_j end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT , (4.2)

avec xθ1y2θ(x1y2x2y1+x3y4x4y3)𝑥superscript𝜃1𝑦2𝜃subscript𝑥1subscript𝑦2subscript𝑥2subscript𝑦1subscript𝑥3subscript𝑦4subscript𝑥4subscript𝑦3x\theta^{-1}y\equiv\frac{2}{\theta}(x_{1}y_{2}-x_{2}y_{1}+x_{3}y_{4}-x_{4}y_{3})italic_x italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_y ≡ divide start_ARG 2 end_ARG start_ARG italic_θ end_ARG ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT italic_y start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT italic_y start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT + italic_x start_POSTSUBSCRIPT 3 end_POSTSUBSCRIPT italic_y start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT italic_y start_POSTSUBSCRIPT 3 end_POSTSUBSCRIPT ).

La partie interaction de l’action est réelle. On représente le vertex comme dans l’équation (4.2), mais on devrait se rappeler que la somme des parties imaginaires est nulle. De plus, le vertex est invariant sous la transformation 13131\leftrightarrow 31 ↔ 3 et 24242\leftrightarrow 42 ↔ 4.

La fonction δ𝛿\deltaitalic_δ du vertex nous impose que les quatre champs soient positionnés dans les coins d’un parallélogramme. Le facteur d’oscillation fait intervenir l’aire du parallélogramme. Il la contraint à être d’ordre θ𝜃\thetaitalic_θ.

La valeur de θ𝜃\thetaitalic_θ, le commutateur des deux coordonnées, nous donne en terme de mécanique quantique la plus petite aire qu’on peut mesurer. Il est donc naturel de trouver que l’interaction de quatre champs est maximale quand ils se distribuent sur une surface d’aire minimale admise.

Pour tout propagateur nous introduisons une variable "courte" u𝑢uitalic_u (et une "longue" v𝑣vitalic_v) égale à la différence (somme) entre les positions des deux extrémités du propagateur. Dans la zone ultraviolette (tM2i𝑡superscript𝑀2𝑖t\approx M^{-2i}italic_t ≈ italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 2 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT) on a uMi𝑢superscript𝑀𝑖u\approx M^{-i}italic_u ≈ italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_i end_POSTSUPERSCRIPT et vMi𝑣superscript𝑀𝑖v\approx M^{i}italic_v ≈ italic_M start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT. Ces variables sont centrales pour la suite.

Nous avons déjà vu que dans l’espace direct les vertex sont représentés par des parallélogrammes. Chaque parallélogramme est muni d’un sens de rotation correspondant à l’ordre cyclique des quatre coins. Pour représenter un graphe nous représentons tous ses vertex avec le même sens de rotation (trigonométrique) sur un plan et ensuite nous branchons les propagateurs représentés par des lignes.

4.1 Le comptage de puissances

Le propagateur de la théorie Φ44subscriptsuperscriptΦ44\Phi^{4}_{4}roman_Φ start_POSTSUPERSCRIPT 4 end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT commutative est borné dans une tranche par:

CiM2ieMi|u|.superscript𝐶𝑖superscript𝑀2𝑖superscript𝑒superscript𝑀𝑖𝑢\displaystyle C^{i}\leq M^{2i}e^{-M^{i}|u|}\;.italic_C start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ≤ italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 2 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_M start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT | italic_u | end_POSTSUPERSCRIPT . (4.3)

Le comptage de puissance est neutre car tout vertex a en moyenne deux propagateurs, donc un préfacteur M4isuperscript𝑀4𝑖M^{4i}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 4 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT et un point à intégrer, ce qui nous rapporte M4isuperscript𝑀4𝑖M^{-4i}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 4 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT.

Pour la théorie Φ44subscriptsuperscriptΦabsent44\Phi^{\star 4}_{4}roman_Φ start_POSTSUPERSCRIPT ⋆ 4 end_POSTSUPERSCRIPT start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT, nous décompossons le propagateur (à masse nulle) comme:

C=iCiCi=M2(i+1)M2i𝑑tΩ2[2πsinhΩt]2eΩ4cothΩt2u2Ω4sinhΩt2v2,formulae-sequence𝐶subscript𝑖superscript𝐶𝑖superscript𝐶𝑖superscriptsubscriptsuperscript𝑀2𝑖1superscript𝑀2𝑖differential-d𝑡superscriptΩ2superscriptdelimited-[]2𝜋Ω𝑡2superscript𝑒Ω4hyperbolic-cotangentΩ𝑡2superscript𝑢2Ω4Ω𝑡2superscript𝑣2\displaystyle C=\sum_{i}C^{i}\quad C^{i}=\int_{M^{-2(i+1)}}^{M^{-2i}}dt\frac{\Omega^{2}}{[2\pi\sinh\Omega t]^{2}}e^{-\frac{\Omega}{4}\coth\frac{\Omega t}{2}u^{2}-\frac{\Omega}{4}\sinh\frac{\Omega t}{2}v^{2}}\;,italic_C = ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_i end_POSTSUBSCRIPT italic_C start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT italic_C start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT = ∫ start_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 2 ( italic_i + 1 ) end_POSTSUPERSCRIPT end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 2 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT italic_d italic_t divide start_ARG roman_Ω start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG start_ARG [ 2 italic_π roman_sinh roman_Ω italic_t ] start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - divide start_ARG roman_Ω end_ARG start_ARG 4 end_ARG roman_coth divide start_ARG roman_Ω italic_t end_ARG start_ARG 2 end_ARG italic_u start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT - divide start_ARG roman_Ω end_ARG start_ARG 4 end_ARG roman_sinh divide start_ARG roman_Ω italic_t end_ARG start_ARG 2 end_ARG italic_v start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT , (4.4)

et le propagateur dans une tranche est borné par:

CiM2ieMi|u|Mi|v|.superscript𝐶𝑖superscript𝑀2𝑖superscript𝑒superscript𝑀𝑖𝑢superscript𝑀𝑖𝑣\displaystyle C^{i}\leq M^{2i}e^{-M^{i}|u|-M^{-i}|v|}\;.italic_C start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ≤ italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 2 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_M start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT | italic_u | - italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - italic_i end_POSTSUPERSCRIPT | italic_v | end_POSTSUPERSCRIPT . (4.5)

Tout vertex a en moyenne deux propagateurs comme avant, donc un facteur M4isuperscript𝑀4𝑖M^{4i}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 4 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT, et nous devons intégrer deux variables courtes et deux variables longues. Nous utilisons la fonction δ𝛿\deltaitalic_δ pour intégrer l’une des variables longues. Nous obtenons M8isuperscript𝑀8𝑖M^{-8i}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 8 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT pour les intégrales courtes et M4isuperscript𝑀4𝑖M^{4i}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 4 italic_i end_POSTSUPERSCRIPT pour l’intégrale longue: le comptage de puissances est de nouveau neutre.

Cette argument doit être affiné pour une attribution d’échelle générale (de nouveau la somme sur les attributions est simple). Choisissons un arbre qui est compatible avec l’attribution d’échelle 111Cela signifie qu’il est sous arbre dans tout les composantes connexes a chaque étage.. En intégrant les variables longues de l’arbre avec les fonctions δ𝛿\deltaitalic_δ et en bornant les facteurs oscillants par 1111, l’amplitude d’un graphe 𝒜𝒜{\cal A}caligraphic_A est bornée par:

𝒜Gsubscript𝒜𝐺\displaystyle{\cal A}_{G}caligraphic_A start_POSTSUBSCRIPT italic_G end_POSTSUBSCRIPT GM2iTM4i=i,kM2L(Gki)i,kM4[N(Gki)1]absentsubscriptproduct𝐺superscript𝑀2subscript𝑖subscriptproduct𝑇superscript𝑀4subscript𝑖subscriptproduct𝑖𝑘superscript𝑀2𝐿superscriptsubscript𝐺𝑘𝑖subscriptproduct𝑖𝑘superscript𝑀4delimited-[]𝑁superscriptsubscript𝐺𝑘𝑖1\displaystyle\leq\prod_{\ell\in G}M^{2i_{\ell}}\prod_{\ell\in T}M^{-4i_{\ell}}=\prod_{i,k}M^{2L(G_{k}^{i})}\prod_{i,k}M^{-4[N(G_{k}^{i})-1]}≤ ∏ start_POSTSUBSCRIPT roman_ℓ ∈ italic_G end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 2 italic_i start_POSTSUBSCRIPT roman_ℓ end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT ∏ start_POSTSUBSCRIPT roman_ℓ ∈ italic_T end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 4 italic_i start_POSTSUBSCRIPT roman_ℓ end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT = ∏ start_POSTSUBSCRIPT italic_i , italic_k end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 2 italic_L ( italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) end_POSTSUPERSCRIPT ∏ start_POSTSUBSCRIPT italic_i , italic_k end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 4 [ italic_N ( italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) - 1 ] end_POSTSUPERSCRIPT (4.6)
=i,kM[Ne(Gki)4],absentsubscriptproduct𝑖𝑘superscript𝑀delimited-[]subscript𝑁𝑒superscriptsubscript𝐺𝑘𝑖4\displaystyle=\prod_{i,k}M^{-[N_{e}(G_{k}^{i})-4]}\;,= ∏ start_POSTSUBSCRIPT italic_i , italic_k end_POSTSUBSCRIPT italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - [ italic_N start_POSTSUBSCRIPT italic_e end_POSTSUBSCRIPT ( italic_G start_POSTSUBSCRIPT italic_k end_POSTSUBSCRIPT start_POSTSUPERSCRIPT italic_i end_POSTSUPERSCRIPT ) - 4 ] end_POSTSUPERSCRIPT ,

car pour toutes les lignes de boucle le facteur obtenu par l’intégration de la variable longue compense exactement celui de la variable courte.

Il faut améliorer ce comptage de puissance pour obtenir les modifications dues à la topologie du graphe. Pour cela l’on doit exploiter les facteurs oscillants des vertex. Ils s’expriment à l’aide d’une opération topologique, appelée premier mouvement de Filk.

Soit une ligne du graphe qui joint deux vertex. Nous réduisons cette ligne et nous collons les deux vertex adjacents dans un seul grand vertex. Cette opération conserve le sens de rotation des vertex. Itérons cette opération pour toutes les lignes d’un arbre dans le graphe pour aboutir à un graphe réduit, appelé rosette, formé d’un seul vertex ayant uniquement des lignes de tadpole (un exemple est présenté dans la figure 4.1).

Refer to caption Refer to caption

Figure 4.1: Premier mouvement de Filk: la ligne 2222 est réduite et les vertex se collent.

Cette opération ne modifie ni le genre g𝑔gitalic_g, ni le nombre de faces F𝐹Fitalic_F, ni le nombre de faces brisées B𝐵Bitalic_B du graphe. Si le graphe est non-planaire il y aura un croisement des deux lignes de la rosette (voir par exemple 4.2).

Refer to caption

Figure 4.2: Une rosette nonplanaire

A un tel croisement correspond un facteur oscillant eıvavbsuperscript𝑒italic-ısubscript𝑣𝑎subscript𝑣𝑏e^{\imath v_{a}\wedge v_{b}}italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı italic_v start_POSTSUBSCRIPT italic_a end_POSTSUBSCRIPT ∧ italic_v start_POSTSUBSCRIPT italic_b end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT entre les variables longues des deux lignes de boucle (eıv2v4superscript𝑒italic-ısubscript𝑣2subscript𝑣4e^{\imath v_{2}\wedge v_{4}}italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı italic_v start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ∧ italic_v start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT dans Fig: 4.2). Si, avant de borner l’oscillation par 1111, on utilise ce facteur pour intégrer la variable v2subscript𝑣2v_{2}italic_v start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT on arrive à gagner un facteur M4iasuperscript𝑀4subscript𝑖𝑎M^{-4i_{a}}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 4 italic_i start_POSTSUBSCRIPT italic_a end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT (M4i2superscript𝑀4subscript𝑖2M^{-4i_{2}}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT - 4 italic_i start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT dans Fig. 4.2) au lieu de payer un facteur M4ibsuperscript𝑀4subscript𝑖𝑏M^{4i_{b}}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 4 italic_i start_POSTSUBSCRIPT italic_b end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT (M4i4superscript𝑀4subscript𝑖4M^{4i_{4}}italic_M start_POSTSUPERSCRIPT 4 italic_i start_POSTSUBSCRIPT 4 end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT dans Fig. 4.2), ce qui rend toute fonction non-planaire convergente. Un argument similaire nous donne l’amélioration due aux faces brisées. Nous obtenons ainsi, directement dans l’espace direct, un comptage de puissance partiel de la théorie, suffisant pour prouver la renormalisabilité.

4.2 Les soustractions

Nous venons de comprendre dans le nouveau contexte pourquoi seules les fonctions planaires à une seule face brisée avec deux ou quatre pattes externes sont divergentes. Il faut maintenant comprendre pourquoi ces divergences ont la forme du Lagrangien initial. Qu’est-ce qui remplace la notion de localité dans notre théorie?

Soit une fonction divergente à quatre points. Si tous les propagateurs internes sont très ultraviolets leurs extrémités sont presque confondues. Dans ces conditions la fonction est un pavage planaire de parallélogrammes. Ils vont forcément avoir la forme d’un parallélogramme entre les points externes! De plus l’aire orientée du parallélogramme résultant est la somme des aires orientées des parallélogrammes. La fonction réproduit précisément la forme du produit de Moyal! Un exemple est présenté dans la figure 4.3.

Refer to caption

Figure 4.3: Un pavage divergent

En termes mathématiques cela se traduit par le lemme suivant:

Lemma 4.2.1

La contribution de vertex d’un graphe planaire à une face brisée peut s’exprimer sous la forme:

δ(i(1)i+1xi+lTul)eıi,j(1)i+j+1xiθ1xj𝛿subscript𝑖superscript1𝑖1subscript𝑥𝑖subscript𝑙𝑇subscript𝑢𝑙superscript𝑒italic-ısubscript𝑖𝑗superscript1𝑖𝑗1subscript𝑥𝑖superscript𝜃1subscript𝑥𝑗\displaystyle\delta(\sum_{i}(-1)^{i+1}x_{i}+\sum_{l\in T\cup{\cal L}}u_{l})e^{\imath\sum_{i,j}(-1)^{i+j+1}x_{i}\theta^{-1}x_{j}}italic_δ ( ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_i end_POSTSUBSCRIPT ( - 1 ) start_POSTSUPERSCRIPT italic_i + 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT italic_i end_POSTSUBSCRIPT + ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_l ∈ italic_T ∪ caligraphic_L end_POSTSUBSCRIPT italic_u start_POSTSUBSCRIPT italic_l end_POSTSUBSCRIPT ) italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_i , italic_j end_POSTSUBSCRIPT ( - 1 ) start_POSTSUPERSCRIPT italic_i + italic_j + 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT italic_i end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT italic_j end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT
eılT,ljulθ1(1)jxj+ılT,lj(1)jxjθ1ulsuperscript𝑒italic-ısubscriptformulae-sequence𝑙𝑇precedes𝑙𝑗subscript𝑢𝑙superscript𝜃1superscript1𝑗subscript𝑥𝑗italic-ısubscriptformulae-sequence𝑙𝑇succeeds𝑙𝑗superscript1𝑗subscript𝑥𝑗superscript𝜃1subscript𝑢𝑙\displaystyle e^{\imath\sum_{l\in T\cup{\cal L},\;l\prec j}u_{l}\theta^{-1}(-1)^{j}x_{j}+\imath\sum_{l\in T\cup{\cal L},\;l\succ j}(-1)^{j}x_{j}\theta^{-1}u_{l}}italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_l ∈ italic_T ∪ caligraphic_L , italic_l ≺ italic_j end_POSTSUBSCRIPT italic_u start_POSTSUBSCRIPT italic_l end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT ( - 1 ) start_POSTSUPERSCRIPT italic_j end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT italic_j end_POSTSUBSCRIPT + italic_ı ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_l ∈ italic_T ∪ caligraphic_L , italic_l ≻ italic_j end_POSTSUBSCRIPT ( - 1 ) start_POSTSUPERSCRIPT italic_j end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT italic_j end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_u start_POSTSUBSCRIPT italic_l end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT
eıl,lT,llulθ1ulılTulθ1vl2ε(l)ılulθ1wl2ε(l)superscript𝑒italic-ısubscriptformulae-sequence𝑙superscript𝑙𝑇precedes𝑙superscript𝑙subscript𝑢𝑙superscript𝜃1subscript𝑢superscript𝑙italic-ısubscript𝑙𝑇subscript𝑢𝑙superscript𝜃1subscript𝑣𝑙2𝜀𝑙italic-ısubscript𝑙subscript𝑢𝑙superscript𝜃1subscript𝑤𝑙2𝜀𝑙\displaystyle e^{-\imath\sum_{l,l^{\prime}\in T\cup{\cal L},\;l\prec l^{\prime}}u_{l}\theta^{-1}u_{l^{\prime}}-\imath\sum_{l\in T}\frac{u_{l}\theta^{-1}v_{l}}{2}\varepsilon(l)-\imath\sum_{l\in{\cal L}}\frac{u_{l}\theta^{-1}w_{l}}{2}\varepsilon(l)}italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_ı ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_l , italic_l start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT ∈ italic_T ∪ caligraphic_L , italic_l ≺ italic_l start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT end_POSTSUBSCRIPT italic_u start_POSTSUBSCRIPT italic_l end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_u start_POSTSUBSCRIPT italic_l start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT end_POSTSUBSCRIPT - italic_ı ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_l ∈ italic_T end_POSTSUBSCRIPT divide start_ARG italic_u start_POSTSUBSCRIPT italic_l end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_v start_POSTSUBSCRIPT italic_l end_POSTSUBSCRIPT end_ARG start_ARG 2 end_ARG italic_ε ( italic_l ) - italic_ı ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_l ∈ caligraphic_L end_POSTSUBSCRIPT divide start_ARG italic_u start_POSTSUBSCRIPT italic_l end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_w start_POSTSUBSCRIPT italic_l end_POSTSUBSCRIPT end_ARG start_ARG 2 end_ARG italic_ε ( italic_l ) end_POSTSUPERSCRIPT
eıl,lT;llulθ1wlε(l),superscript𝑒italic-ısubscriptformulae-sequence𝑙formulae-sequencesuperscript𝑙𝑇superscript𝑙𝑙subscript𝑢superscript𝑙superscript𝜃1subscript𝑤𝑙𝜀𝑙\displaystyle e^{-\imath\sum_{l\in{\cal L},\,l^{\prime}\in{\cal L}\cup T;\;l^{\prime}\subset l}u_{l^{\prime}}\theta^{-1}w_{l}\varepsilon(l)}\ ,italic_e start_POSTSUPERSCRIPT - italic_ı ∑ start_POSTSUBSCRIPT italic_l ∈ caligraphic_L , italic_l start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT ∈ caligraphic_L ∪ italic_T ; italic_l start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT ⊂ italic_l end_POSTSUBSCRIPT italic_u start_POSTSUBSCRIPT italic_l start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_w start_POSTSUBSCRIPT italic_l end_POSTSUBSCRIPT italic_ε ( italic_l ) end_POSTSUPERSCRIPT , (4.7)

T𝑇Titalic_T est l’arbre réduit et {\cal L}caligraphic_L est l’ensemble des lignes de boucle.

Dans la première ligne du lemme ci-dessus on reconnaît la forme du noyau du produit de Moyal. Nous effectuons un développement de Taylor dans la deuxième ligne ci-dessus. Tous les termes correctifs font intervenir au moins une insertion d’une variable courte u𝑢uitalic_u, ce qui les rend sous-dominants. Comme la fonction à quatre points est logarithmiquement divergente l’on peut négliger les contributions sous-dominantes. Nous concluons que la partie divergente de la fonction a quatre points reproduit bien le produit de Moyal.

La fonction à deux points est plus compliquée. Elle se divise dans la contribution des tadpoles qui sont de la forme:

𝒜=𝑑u𝑑vδ(x1x2+u)eıx1θ1x2F(u,v),𝒜differential-d𝑢differential-d𝑣𝛿subscript𝑥1subscript𝑥2𝑢superscript𝑒italic-ısubscript𝑥1superscript𝜃1subscript𝑥2𝐹𝑢𝑣\displaystyle{\cal A}=\int dudv\,\delta(x_{1}-x_{2}+\sum u)e^{\imath x_{1}\theta^{-1}x_{2}}F(u,v)\;,caligraphic_A = ∫ italic_d italic_u italic_d italic_v italic_δ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT + ∑ italic_u ) italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT italic_F ( italic_u , italic_v ) , (4.8)

et les autres contributions qui peuvent être mises sous la forme:

𝒜=𝑑u𝑑vδ(x1x2+u)δ(x2+u+v)F(u,v).𝒜differential-d𝑢differential-d𝑣𝛿subscript𝑥1subscript𝑥2𝑢𝛿subscript𝑥2𝑢𝑣𝐹𝑢𝑣\displaystyle{\cal A}=\int dudv\,\delta(x_{1}-x_{2}+\sum u)\delta(-x_{2}+\sum u+\sum v)F(u,v)\;.caligraphic_A = ∫ italic_d italic_u italic_d italic_v italic_δ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT + ∑ italic_u ) italic_δ ( - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT + ∑ italic_u + ∑ italic_v ) italic_F ( italic_u , italic_v ) . (4.9)

Nous allons effectuer un développement de Taylor des contributions du haut. Commençons par les tadpoles:

𝒜𝒜\displaystyle{\cal A}caligraphic_A =\displaystyle== δ(x1x2)eıx1θ1x2𝑑u𝑑vF(u,v)𝛿subscript𝑥1subscript𝑥2superscript𝑒italic-ısubscript𝑥1superscript𝜃1subscript𝑥2differential-d𝑢differential-d𝑣𝐹𝑢𝑣\displaystyle\delta(x_{1}-x_{2})e^{\imath x_{1}\theta^{-1}x_{2}}\int dudv\,F(u,v)italic_δ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT ∫ italic_d italic_u italic_d italic_v italic_F ( italic_u , italic_v ) (4.10)
+\displaystyle++ δ(x1x2)eıx1θ1x2𝑑u𝑑v(u)F(u,v)superscript𝛿subscript𝑥1subscript𝑥2superscript𝑒italic-ısubscript𝑥1superscript𝜃1subscript𝑥2differential-d𝑢differential-d𝑣𝑢𝐹𝑢𝑣\displaystyle\delta^{\prime}(x_{1}-x_{2})e^{\imath x_{1}\theta^{-1}x_{2}}\int dudv\,(\sum u)F(u,v)italic_δ start_POSTSUPERSCRIPT ′ end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT ∫ italic_d italic_u italic_d italic_v ( ∑ italic_u ) italic_F ( italic_u , italic_v )
+\displaystyle++ δ′′(x1x2)eıx1θ1x2𝑑u𝑑v(u)(u)F(u,v).superscript𝛿′′subscript𝑥1subscript𝑥2superscript𝑒italic-ısubscript𝑥1superscript𝜃1subscript𝑥2differential-d𝑢differential-d𝑣𝑢𝑢𝐹𝑢𝑣\displaystyle\delta^{\prime\prime}(x_{1}-x_{2})e^{\imath x_{1}\theta^{-1}x_{2}}\int dudv\,(\sum u)(\sum u)F(u,v)\;.italic_δ start_POSTSUPERSCRIPT ′ ′ end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT ∫ italic_d italic_u italic_d italic_v ( ∑ italic_u ) ( ∑ italic_u ) italic_F ( italic_u , italic_v ) .

Toutes les intégrales du haut sont gaussiennes. Par conséquent, le second terme est nul.

Le premier terme est une contribution locale, de masse, quadratiquement divergente. Le dernier terme est une contribution logarithmiquement divergente. Pour voir à quel opérateur ce dernier correspond nous allons lisser l’amplitude avec des fonctions test:

𝑑x1𝑑x2δ′′(x1x2)eıx1θ1x2ϕ¯(x1)ϕ(x2)differential-dsubscript𝑥1differential-dsubscript𝑥2superscript𝛿′′subscript𝑥1subscript𝑥2superscript𝑒italic-ısubscript𝑥1superscript𝜃1subscript𝑥2¯italic-ϕsubscript𝑥1italic-ϕsubscript𝑥2\displaystyle\int dx_{1}dx_{2}\,\delta^{\prime\prime}(x_{1}-x_{2})\,e^{\imath x_{1}\theta^{-1}x_{2}}\bar{\phi}(x_{1})\phi(x_{2})∫ italic_d italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT italic_d italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT italic_δ start_POSTSUPERSCRIPT ′ ′ end_POSTSUPERSCRIPT ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) italic_e start_POSTSUPERSCRIPT italic_ı italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT end_POSTSUPERSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT ) italic_ϕ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT )
=𝑑x1𝑑x2δ(x1x2)(1+ıθ1x2)2ϕ¯(x1)ϕ(x2).absentdifferential-dsubscript𝑥1differential-dsubscript𝑥2𝛿subscript𝑥1subscript𝑥2superscriptsubscript1italic-ısuperscript𝜃1subscript𝑥22¯italic-ϕsubscript𝑥1italic-ϕsubscript𝑥2\displaystyle=\int dx_{1}dx_{2}\,\delta(x_{1}-x_{2})\left(\partial_{1}+\imath\theta^{-1}x_{2}\right)^{2}\bar{\phi}(x_{1})\phi(x_{2})\;.= ∫ italic_d italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT italic_d italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT italic_δ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) ( ∂ start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT + italic_ı italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT ) italic_ϕ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) . (4.11)

Cet opérateur n’est pas de la forme du lagrangien initial. La subtilité consiste à comprendre qu’il faut combiner ce tadpole avec son complexe conjugué. En effet, comme notre modèle est réel, il est naturel de toujours combiner les graphes avec leurs complexes conjugués. D’une manière équivalente, l’on peut brancher un même graphe sur la combination réelle des patte externes comme:

𝑑x1𝑑x2δ(x1x2)(1+ıθ1x2)2[ϕ¯(x1)ϕ(x2)+ϕ(x1)ϕ¯(x2)].differential-dsubscript𝑥1differential-dsubscript𝑥2𝛿subscript𝑥1subscript𝑥2superscriptsubscript1italic-ısuperscript𝜃1subscript𝑥22delimited-[]¯italic-ϕsubscript𝑥1italic-ϕsubscript𝑥2italic-ϕsubscript𝑥1¯italic-ϕsubscript𝑥2\displaystyle\int dx_{1}dx_{2}\,\delta(x_{1}-x_{2})\left(\partial_{1}+\imath\theta^{-1}x_{2}\right)^{2}[\bar{\phi}(x_{1})\phi(x_{2})+\phi(x_{1})\bar{\phi}(x_{2})]\;.∫ italic_d italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT italic_d italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT italic_δ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT - italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) ( ∂ start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT + italic_ı italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT - 1 end_POSTSUPERSCRIPT italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT [ over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT ) italic_ϕ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) + italic_ϕ ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 1 end_POSTSUBSCRIPT ) over¯ start_ARG italic_ϕ end_ARG ( italic_x start_POSTSUBSCRIPT 2 end_POSTSUBSCRIPT ) ] . (4.12)

En dévéloppant l’expression ci-dessus, nous trouvons que la somme des deux tadpoles nous fournit un contre-terme pour l’opérateur:

2+1θ2x2.superscript21superscript𝜃2superscript𝑥2\displaystyle\partial^{2}+\frac{1}{\theta^{2}}x^{2}\;.∂ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT + divide start_ARG 1 end_ARG start_ARG italic_θ start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT end_ARG italic_x start_POSTSUPERSCRIPT 2 end_POSTSUPERSCRIPT . (4.13)

Nous devons maintenant effectuer un développement de Taylor des autres contributions à la fonction à deux points:

𝒜𝒜\displaystyle{\cal A}caligraphic_A =\displaystyle== 𝑑u𝑑vδ(x1x2+u)δ(x2+u+v)F(u,v)differential-d𝑢differential-d𝑣𝛿subscript𝑥1subscript